Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bob le coureur
  • Bob le coureur
  • : Activités de Bob le coureur en rapport avec la course à pied : entraînements, course, bobos...
  • Contact

Résultats 2014

Date Course Dist Temps Classement
        M50 Overl TL
05.07 Lac de Joux   12.7 55'18 3/59 321/293  
22.06 Lutry  TL09 10.0 42'22 8/24 43/128 2/34
13.06 Romanel  TL08 10.4 45'21 5/30 34/137 1/34
07.06 Savigny  TL07 9.3 41'50 7/42 61/2481 1/32
01.06 Semi Fribourg 21.1 1h33'18 11/127 88/632  
23.05 Pully  TL06 10.3 46'02 7/42 61/245 1/30
03.05 Nozon  TL05 13.3 1h14'14 11/55 81/274 1/28
26.04 20 Km LS  DL 20.0 1h26'23 27/248 339/2869  
12.04 Cheseaux  TL04 10.3 42'10 14/145 94/723 2/28
05.04 Bambi  TL03 7.5 31'28 3/28 22/128 2/26
22.03 Chavannes  TL02 6.0 28'18 9/19 41/101 4/21
15.03 Kerzers   15.0 1h05'18 74/490 770/5531  
02.03 CS Cross ZH   6.0 25'39 5/7 45/58  
18.01 Cross LS  TL01 8.0 34'28 22/59 103/251 5/17


5 courses
Total :  744 km - 158h  (vélo   250 km)
Décembre   :      km (vélo     km)
Novembre   :      km (vélo     km)
Octobre    :      km (vélo     km)
Septembre  :      km (vélo     km)
Août       :      km (vélo     km)
Juillet    :      km (vélo     km)
Juin       :      km (vélo     km)
Mai        :      km (vélo     km)

Avril      :   96 km (vélo   0 km)
Mars       :  296 km (vélo  54 km)
Février    :  202 km (vélo  30 km)
Janvier    :  160 km (vélo 165 km)

TL = Trophée lausannois   GT = Galops du terroir
DL = Défi sportif lausannois

Courses à venir

Courses à venir 2014

TL = Trophée lausannois   GT = Galops du terroir
D = Défi sportif lausannois

Date Course Dist Parc Site Inscr Res13
26.04 20km Lausanne DL 20.0
10.0

03.05

Nozon TL5 13.3
22.05 Tour Sauvabelin 5.0
23.05 Pully TL6 10.0
24.05 Journée du véloDL 100.0
07.06 Savigny TL7 9.7
13.06 Romanel TL8 10.2

18.06

Goumoens GT4 10.0

21.06

Marche romande DL 30.0
22.06 Lutry TL9 10.0
04.07 Ecublens 10.0

05.07

Lac Joux GT6 12.0
24.0

06.07

Rochers Naye 7.0

27.07

Plans - Névé 7.0

01.08

Carrouge 7.0

10.08

Sierre-Zinal 31.0
06.09 Bussigny TL10 11.7
13.09 Semi Orbe GT8 11.6
20.09 Vulliens 10.6
24.09 Piste YverdonGT9 5.0
27.09 Renens TL11 9.7
04.10 24h de natation DL 2.0
05.10 Morat-Fribourg 17.17
12.10 Poznan 42.2
26.10 Marathon
Lausanne DL 
10.0
21.1
42.2
08.11 Forcethon
Talent TL12
12.0
29.11 Prilly TL13 9.8
14.12 Midnight Run
Lausanne DL
5.0
7.5

 

Résultats 2013

Date Course Dist Temps Classement
        M40 Overl TL
14.12 Midnight Run DL 7.2 30'41 21/130 90/552  
07.12 Escalade 7.2 30'01 230/2185 984/793  
01.12 Cross Monthey 8.3 42'09 10/23 21/38  
23.11 Prilly TL13 8.5 35'38 24/60 69/203 12/49
09.11 Talent TL12 12.1 55'37 21/60 52/199 12/49
27.10 Semi Lausanne DL 21.2 1h35'54 106/833 903/5264  
06.10 Morat-Fribourg 17.4 1h18'34 106/833 903/5264  
28.09 Taleines 10.0 47'40 18/33 32/57  
21.09 Renens TL11 9.7 42.20 15/49 40/156 19/49
18.09 5km Yverdon GT 5.0 20'26 7/11 19/33  
25.08 Triathlon LS relais 0.5
21.0
5.0
1h16'09   5/37  
06.07 Ecublens TL10 10.0 Aband     21/49
23.06 Lutry TL08 10.0 42'36 15/39 45/121 18/49
22.06 Marche romande DL 17.5 2h59'22      
14.06 Romanel TL07 10.2 Aband     22/48
01.06 Savigny TL06 9.3 41'37 14/49 44/169 12/48
24.05 Pully TL05 10.0 47'42 26/81 85/264 18/46
04.05 CO Benenté DL 8.3 1h39'45   16/30  
27.04 10km Lausanne DL 10.0 44'37 60/484 627/4137  
20.04 Crissier 9.4 43'54 50/244 155/750 19/43
13.04 Cheseaux TL04 10.3 44'35 50/244 155/750 19/43
07.04 Milan 42.6 3h16'50 117/687 519/ 3116  
25.03 Chavannes TL02 6.0 28'18 22/40 50/126 23/39
20.03 Kerzers 15.0 1h05'52 118/583 689/ 3250  
19.01 Cross LS TL01 8.0 -     21/27


24 courses
Total :  1'778 km - 158h  (vélo   1'562 km)
Décembre   :  141 km (vélo   0 km)
Novembre   :  152 km (vélo   0 km)
Octobre    :  215 km (vélo  48 km)
Septembre  :  206 km (vélo 157 km)
Août       :   73 km (vélo 229 km)
Juillet    :   12 km (vélo 660 km)
Juin       :  118 km (vélo 261 km)
Mai        :  103 km (vélo  44 km)

Avril      :  158 km (vélo   0 km)
Mars       :  270 km (vélo   0 km)
Février    :  167 km (vélo  64 km)
Janvier    :  160 km (vélo 100 km)

TL = Trophée lausannois   GT = Galops du terroir
DL = Défi sportif lausannois

Anciens Résultats

Résultats 2012

Date Course Dist Temps Classement
        M40 Overl TL
15.12 Midnight Run DL 7.0 29'47 48/373 51/449  
24.11 Prilly TL13 8.5 34'00 15/54 36/168 11/52
17.11 One World Run 5.0 19'53 1/~4 1/~25  
10.11 Talent TL12 11.9 53'04 14/51 35/161 11/52
28.10 Semi Lausanne DL 21.1 1'29'55 49/834 218/2579   4/4
07.10 Morat-Fribourg 17.4 1h18'39 94/746 708/4602  
06.10 24h natation DL 2.0 50'00     3/4
22.09 Renens TL11 9.8 40'30 15/57 24/131 12/52
19.09 Yverdon 5k GT09 5.0 19'21 6/12 20/47 ?/??
09.09 Lutry TL10 10.0 41'30 9/43 24/131 12/52
26.08 Triathlon LS 21.8 43'18 4/38 18/138  
01.08 Carrouge 6.6 32'00   9/31  
14.07 Ecublens TL08 9.7 43'40 14/39 43/138 10/52
30.06 Lac de Joux GT06 12.9 57'59 4/42 13/156 ?/??
23.06 Marche romandeDL 30.0 3h06'37       2/4
08.06 Romanel TL07 10.4 44'07 13/47 33/145 8/52
02.06 Savigny TL06 9.7 42'01 13/54 35/157 6/51
31.05 Tour Sauvabelin 5.0 24'00 6/20 27/92  
25.05 Pully TL05 10.2 43'31 27/85 76/283 6/50
19.05 CO Sauvabel DL 8.5 1h23'16   19/51   1/4
28.04 10km Lausanne DL 10.0 43'23 27/45 277/3663  
21.04 Crissier 9.4 46'15 3/5 8/15  
14.04 Cheseaux TL04 10.4 45'30 58/196 187/651 8/49
31.03 Bambi TL03 7.6 34'57 25/44 66/145 8/47
24.03 Chavannes TL02 6.0 30'08 24/45 69/143 10/44
14.01 Cross LS TL01 8.0 33'07 31/59 113/238 9/33


26 courses
Total :  1754 km - 220h  (vélo   1204 km)
Décembre   :  100 km (vélo  67 km)
Novembre   :  166 km (vélo   0 km)
Octobre    :  192 km (vélo  42 km)
Septembre  :  167 km (vélo 108 km)
Août       :  121 km (vélo 505 km)
Juillet    :  172 km (vélo 103 km)
Juin       :  202 km (vélo  98 km)
Mai        :  218 km (vélo  40 km)
Avril      :  157 km (vélo   0 km)
Mars       :   60 km (vélo  82 km)
Février    :   54 km (vélo  97 km)
Janvier    :  144 km (vélo  63 km)

TL = Trophée lausannois   GT = Galops du terroir
DL = Défi sportif lausannois

Résultats 2011

Date Course Dist Temps Classement
        M40 Overl  TL 
17.12 Midnight  DL 7.5 34'38 134/397 153/587 5/5
10.12 One World Run 5.0 20'19 1/9 1/15  
26.11 Prilly TL13 10.0 42'28 22/58 60/176 12/60
12.11 Talent TL12 12.0 - -/51 -/151 12/60
06.11 Wasimolo GT08 11.2 59'17 34/78 81/222 12/15
30.10 Marathon  LS  DL 42.2 3h29'46 97/400 256/1057 5/5
15.10 Coupe Gd Jorat DL 14.2 3h07'   13/21 4/5
09.10 24h natation DL 4.0 1h46'     3/5
02.10 Morat-Fribourg 17.17 1h16'17 83/715 637/4659  
24.09 Renens TL11 9.7 41'34 11/46 35/156 10/60
21.09 5k Yverdon GT07 5.0 19'56 6/8 12/28 13/60
11.09 Lutry TL10 10.0 43'00 17/56 35/137 9/60
10.09 Côtes Orbe GT05 11.6 54'50 3/11 6/100 15/60
02.09 Sévelin 5.7 24'01 17/129 21/239  
14.08 Sierre - Zinal 31.2 5h17'54 262/300 800/908  
01.08 Carrouge 6.7 31'49   10/30  
24.07 Plan Névé 6.4 1h20'14 14/15 46/66  
16.07 Tour Alpages 17.0 1h40'11 64/127 206/428  
02.07 Ecublens TL08 10.0 44'24 20/43 53/143 2/56
25.06 Marche romande DL 39 3h45'     2/4
22.06 Goumoëns GT03 9.3 47'10 18/39 49/113 ??/??
17.06 Romanel TL07 10.2 45'55 24/53 57/170 1/54
04.06 Savigny TL06 9.7 42'36 23/70 42/167 2/54
27.05 Pully TL05 10.0 47'57 40/83 89/261 2/53
23.05 Journée du vélo DL 152 5h48'   -/199 1/4
19.05 Sauvabelin 5.0 - -/- -/-  
07.05 Nozon GT01 13.3 1h18'32 28/75 88/231 28/75
30.04 20km Lausanne DL 20.0 1h28'37 77/147 486/2647  
16.04 Crissier 9.6 44'00 3/12 10/32  
09.04 Cheseaux TL04 10.4 44'00 43/266 132/800 3/51
26.03 Bambi TL03 7.5 31'41 15/57 32/166 3/50
12.03 Chavannes TL02 6.0 28'04 23/52 52/148 4/43
15.01 Vidy TL01 8.5 37'09 33/66 120/250 8/33


32 courses
Total :  2068 km - 220h43'
Décembre   : 116 km (vélo  15 km)
Novembre   :  91 km (vélo   0 km)
Octobre    : 245 km (vélo  16 km)
Septembre  : 215 km (vélo 129 km)
Août       : 174 km (vélo   0 km)
Juillet    : 153 km (vélo  61 km)
Juin       : 224 km (vélo  16 km)
Mai        :  55 km (vélo 454 km)
Avril      : 207 km (vélo  71 km)
Mars       : 174 km (vélo  61 km)
Février    : 187 km (vélo  50 km)
Janvier    : 226 km

TL = Trophée lausannois   GT = Galops du terroir
DL = Défi sportif lausannois

 

Résultats 2010

Date Course Dist Temps Classement
        M40 Overl TLTV
18.12 Midnight Run 7.5 33'31 17/119 85/491 76/420
27.11 Prilly TL13 9.8 43'20 16/38 44/108 12/65
13.11 Talent TL12 12.0 54'30 13/51 43/154 9/65
31.10 Lausanne Marathon 42.16 3h23'52 101/437 225/1163  
09.10 24H natation 4.0 1h45'  -

-

 
03.10 Morat-Fribourg 17.17 1h19'25 115/722 873/4862  
25.09 Renens TL11 9.3 39'27 17 /51 43/155 11/65
12.09 Lutry TL10 10.0 41'33 14/54 34/121 8/65
08.09 La Sarraz TPV5 8.4 36'03 35/196 131/566 20/107
04.09 Bussigny TL09 11.7 -- --/52 --/130 7/65
01.09 Chavornay TPV4 9.1 41'11 40/192 130/584 12/121
25.08 Mézières TPV3 8.4 40'31 37/193 128/599 16/169
18.08 Genolier TPV2 8.5 34'54 33/188 95/550  
11.08 St-Prex TPV1 9.0 40'31 36/176 121/563  
01.08 Carrouge 6.8 32'07   9/26  
07.07 Thierrens 9.3 47'21 14/62 35/98  
03.07 Ecublens TL08 10.0 45'52 16/37 37/108 3/64
30.06 Vaulion 8.5 44'40 18/59 48/152  
23.06 Ronge Talons 10.0 44'11 10/37 29/111  
19.06 Marche romande 30.0 2h35'      
18.06 Romanel TL07 10.2 44'34 25/60 44/139 3/62
05.06 Savigny TL06 9.7 43'17 24/70 59/173 3/58
29.05 Jouxtens 8.6 37'48 - 6/18  
28.05 Pully TL05 10.0 47'54 27/103 77/256 3/56
22.05 Journée
du vélo
30.0
VTT
1h42'00 - -  
20.05 Tour de
Sauvabelin
5.0 24'17 5/18 28/81  
24.04 20km
Lausanne
20.0 1h30'28 45/378 424/2333  
10.04 Cheseaux TL04 10.4 44'20 62/233 179/676 3/50
27.03 Bambi TL03 7.7 32'31 11/44 25/104 3/46
20.03 Kerzers 15.0 1h08'27 166/540 1009/ 3130  
13.03 Chavannes TL02 6.0 27'56 16/45 44/116 5/41
16.01 Vidy TL01 8.2 38'22 26/56 91/173 6/26


32 courses
Total : 1891 km - 167h01'
Décembre   :  89 km
Novembre   : 123 km
Octobre    : 260 km (natat. 4 km) 
Septembre  : 158 km (vélo 149 km)
Août       : 150 km (vélo 406 km)
Juillet    : 157 km (vélo 222 km)
Juin       : 204 km (vélo  85 km)
Mai        :  86 km (vélo 195 km)
Avril      : 181 km (vélo  95 km)
Mars       : 214 km
Février    : 164 km
Janvier    : 109 km

 

Résultats 2009

Date Course Dist Temps Classement
        Vet 1 Overl TL
19.12 Midnight Run 7.5 34'32 27/122 134/534  
28.11 Prilly TL12 9.7 43'13 32/70 77/179 12/57
14.11 Talent TL11 12.0 55'14 17/52 44/150 11/57
25.10 1/4 marathon 10.0 40'58 51/460 235/1838  
26.09 Renens TL10 10.2 47'52 13/33 28/93 8/57
19.09 Vulliens 10.6 45'54 8/16 30/67  
13.09 Lutry TL9 9.7 41'16 25/70 72/245 6/57
05.09 Froideville 10.1 44'29 12/34 24/90  
29.08 Bussigny TL8 11.2 52'11 14/41  36/122 3/57
01.08 Carrouge ~7.0 32'07 3/11 6/26  
19.06 Romanel TL7 10.2 44'32 16/44   52/164 4/57
06.06 Savigny TL6 9.3 41'47 25/60   56/174 3/55
29.05 Pully TL5 10.0 49'04 43/98 117/289 4/54
17.05 Sauvabelin 2.8 14'08 7/12 22/55  
25.04 20km
Lausanne
10.0 44'13 99/798 346/2617  
04.04 Cheseaux TL4 10.4 45'41 67/219 188/606 5/49
28.03 Bambi TL3 7.2 33'38 18 /35 39/98 6/43
14.03 Chavannes TL2 6.0 28'26 17/30  49/100 11/39
17.01 Vidy TL1 8.0 38'55 37/55 112/172 22/35


19 courses
Total : 580 km - 48h15' (depuis septembre)
Décembre  : 166 km
Novembre  : 110 km
Octobre     : 128 km
Septembre : 176 km

21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 11:57

15. Marathon de Poznan

Lieu Poznan Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 12.10.2014 09:00:47
Catégorie Course Infos course
Distance 42.64 kilomètres Dénivelé + 618.5 mètres Dénivelé - -624.4 mètres
Durée Totale 03:43:04 Activité 03:41:47 Pause 00:01:17
Allure Moy. 00:05:13 min/km Allure Max. 00:03:26 min/km Allure Min. 01:30:47 min/km
Météo 21 °C FC Moy. 147 BPM FC Max. 157 BPM
Equipement Forerunner 620Garmin - Forerunner 620 (2475km) Sony - NWZ-W273B Sony - NWZ-W273B (1872km)Asics - Gel DS Racer 10b (118km)
Résultats  M50 : 92ème/343 Overall H : 1575ème/5426  
  Class: 26% - %tps : +38% %class: 29% - %tps : +67%  
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:05:01 00:05:01 00:05:01 11.9 2.85
2.00 00:09:46 00:04:44 00:04:45 12.6 -1.56
3.00 00:14:25 00:04:39 00:04:39 12.9 6.80
4.00 00:19:07 00:04:41 00:04:42 12.8 -2.08
5.00 00:23:40 00:04:33 00:04:33 13.2 -33.95
6.00 00:28:10 00:04:29 00:04:30 13.3 27.94
7.00 00:32:41 00:04:30 00:04:30 13.3 54.83
8.00 00:37:21 00:04:40 00:04:41 12.8 -10.14
9.00 00:42:02 00:04:41 00:04:41 12.8 -41.71
10.00 00:46:38 00:04:35 00:04:36 13.0 -0.51
11.00 00:51:05 00:04:26 00:04:26 13.5 2.04
12.00 00:55:28 00:04:22 00:04:23 13.7 37.02
13.00 00:59:46 00:04:18 00:04:18 13.9 -61.06
14.00 01:04:20 00:04:33 00:04:34 13.1 -3.08
15.00 01:09:30 00:05:10 00:05:10 11.6 15.69
16.00 01:15:53 00:06:23 00:06:23 9.4 3.51
17.00 01:20:37 00:04:43 00:04:44 12.7 3.42
18.00 01:25:32 00:04:55 00:04:55 12.2 -31.79
19.00 01:30:36 00:05:03 00:05:04 11.9 21.06
20.00 01:35:46 00:05:09 00:05:10 11.6 -0.78
21.00 01:41:48 00:06:02 00:06:03 9.9 13.65
22.00 01:46:49 00:05:00 00:05:01 12.0 -17.51
23.00 01:51:53 00:05:04 00:05:04 11.8 23.40
24.00 01:57:07 00:05:13 00:05:14 11.5 0.93
25.00 02:02:14 00:05:06 00:05:07 11.7 -9.11
26.00 02:09:49 00:07:35 00:07:35 7.9 -1.83
27.00 02:14:57 00:05:08 00:05:08 11.7 15.75
28.00 02:20:14 00:05:16 00:05:17 11.4 -13.91
29.00 02:25:27 00:05:13 00:05:13 11.5 -2.72
30.00 02:30:53 00:05:26 00:05:26 11.0 17.17
31.00 02:37:11 00:06:17 00:06:17 9.5 6.57
32.00 02:42:37 00:05:26 00:05:26 11.0 -1.04
33.00 02:48:06 00:05:28 00:05:29 11.0 -7.57
34.00 02:53:32 00:05:25 00:05:26 11.0 16.73
35.00 02:58:53 00:05:21 00:05:22 11.2 -12.97
36.00 03:04:37 00:05:43 00:05:44 10.5 -16.30
37.00 03:11:07 00:06:30 00:06:30 9.2 -11.68
38.00 03:16:37 00:05:29 00:05:30 10.9 5.42
39.00 03:22:07 00:05:30 00:05:30 10.9 -5.97
40.00 03:27:57 00:05:50 00:05:50 10.3 -1.37
41.00 03:33:34 00:05:37 00:05:37 10.7 -1.55
42.00 03:39:38 00:06:03 00:06:03 9.9 17.36
42.64 03:43:04 00:03:25 00:05:21 11.2 -12.16

Après le marathon de Milan au printemps 2013, me voici à nouveau lancé sur une compétition à l'étranger et en groupe. Alors que nous étions une quinzaine de coureurs du Footing Club Lausanne à nous déplacer en Italie, nous serons plus de 50 à faire le voyage pour la Pologne.

 

En effet, le Footing Club fêtant ses 45 ans cette année, il a été décidé d'organiser un déplacement et une course en groupe pour tous les membres qui le désiraient, au final un bon 20% de l'effectif complet.


Pourquoi Poznan et la Pologne ? La cheville ouvrière de l'organisation est une coach du club, Teresa Richoz, d'origine polonaise ait ayant vécu quelques années à Poznan. Depuis 4 ans, elle a projetté de faire connaître son pays et sa région natale aux coureurs qu'elle entraîne. En plus de la participation au marathon lui-même, Teresa nous a préparé tout un programme de visite, à la fois culturel et festif.

 

Avec Linda, nous avons demandé à Teresa de nous préparer un plan d'entraînement pour ce marathon. Il consistera en 55 sorties, étalées sur 11 semaines, donc avec 5 entraînements par semaine, les mardis, mercredis, jeudis, samedis et dimanches. Si le nombre de sortie est élevé, elles ne sont pas très longues, l'idée étant de faire du volume par le nombre de séances plutôt que par leur distance.

 

 

Nous suivrons donc religieusement ce plan (même en vacances en Grèce), qui mise beaucoup sur l'endurance de base et les périodes au seuil, mais en fait avec peu de kms courus à l'allure marathon. La sortie la plus longue durera deux heures. 3 des séances étaient en fait des courses de réglage, la course de Bussigny, celle de Renens et le nouveau Semi marathon de la Côte.

 

Au bout de la 9ème semaine d'entraînement, j'ai commencé à sentir la fatigue de la charge, mais ai eu la chance de ne souffir d'aucune blessure autre que mes traditionnelles chevilles foulées.

 

Parti un peu trop vite sur le Semi marathon de la Côte, j'ai serré au 10ème km. Mon temps de course laissait extrapoler un résultat de 3h20 au marathon, alors que mon objectif était d'améliorer mon record de 3h17. Un test sur 5'000m une semaine avant le marathon extrapolait un chrono de 3h13, ce qui était plus encourageant.

 

 

Nous avons pris l'avion à Genève avec les 50 autres coureurs un vendredi soir, destination Varsovie. Là, nous avons pris un autre avion pour Poznan, puis un autobus est venu nous amener à l'hôtel Sheraton. Il était une heure du matin quand nous avons pu nous coucher. Heureusement, nous avons le samedi pour nous reposer et récupérer.

 

Le samedi à 11h, nous sommes allés retirer nos dossards au centre de congrès qui se trouve à quelques minutes de l'hôtel. Toute la délégation avait mis tenue officielle, aux couleurs de la Suisse et de la Pologne. Nous avons eu droit à une photo de groupe avec le maire de Poznan, qui est venu nous saluer pour l'occasion.

 

 

L'après-midi, nous sommes allés à la pasta party et nous avons fait un petit entraînement léger de mobilisation. Il faisait chaud et humide, laissant craindre des conditions difficiles le lendemain. Le soir nous sommes allés manger dans un restaurant italien, encore des pâtes, qui ont constitué l'essentiel de notre alimentation ces derniers jours.

 

Nous allons nous coucher tôt, car il y a marathon le lendemain.

 

 

Le dimanche, nous nous levons à 6h pour manger notre gatosport et continuer à boire des litres d'eau. Je ne sais pas si c'est le stress à la quantité de boisson ingurgitée, mais vers 7h30, je ressens une douloureuse sensation de brûlure dans le bas ventre et me demande si et comment je vais pouvoir courir dans ces conditions dans un peu plus d'une heure. La sensation diminue, mais reprendra de plus belle un quart d'heure plus tard. Je me souviens que ceci m'était déjà arrivé la nuit précédant mon Sierre-Zinal en 2011, course où je m'étais bien planté - ce n'est pas très bon signe. Je prends un anti-inflammatoire et me rends sur la ligne de départ alors que la sensation de brulure s'estompe.

 

Contrairement à la veille, le temps est couvert et la température plus fraîche, parfaite pour courir.

 

Nous avons la chance que le départ soit donné sur la rue juste devant notre hôtel, nous permettant d'y aller au dernier moment. Je me trouve dans le 2ème bloc et repère les ballons des meneurs d'allure de 3h15, que j'ai l'intention de suivre jusqu'au semi.

 

A 9h, le départ est donné. Je pense que c'est seulement le premier bloc qui part. Je m'avance en marchant avec le reste du peloton de mon bloc pour aller nous placer vers la ligne de départ, mais je me rends compte que les coureurs autour de moi marchent de plus en plus vite - en fait le départ a été donné pour tous les blocs !

 

 

Je me trouve avec Gabriela qui pense aussi suivre les ballons de 3h15.
Au passage de la ligne de départ, je déclenche mon chrono au dessus du tapis de détection - c'est parti.

 

Je décide de partir très doucement, l'idée étant de ne pas aller plus vite que 4'37" au km (allure moyenne pour 3h15) sur le premier semi. Gabriela part plus vite que moi et je la perds assez vite de vue. Le peloton est encore assez compact, et je ne peux contrôler complètement mon allure. Le premier km est bouclé en 5'00", le second en 4'50". A partir du 3ème km, je prends mon allure de croisière entre 4'35" et 4'42" au km.

 

Au 5ème km, premier ravitaillement, je prends un demi gobelet.


Au 6ème km, nous traversons en diagonale le grand stade de Poznan, cela fait une superbe impression. avec une haie de pom-pom girls, des spectateurs dans les gradins qui nous applaudissent et nous nous voyons passer sur un écran géant.

 

 

Au 10ème km, second ravitaillement, je prends un demi gobelet d'eau et mon premier gel, la sensation de brulure ne s'est plus manifestée depuis le départ, tout va bien.

 

 

Je cours mon premier km en dessous de 4'37", mais c'est parce qu'il comprenait une descente.

 

Au 14ème km, le parcours comporte un virage à 180°, qui fait que nous pouvons voir l'avant de la course à l'aller et l'arrière au retour. Je vois passer les ballons de 3h15 et estime que j'ai un retard de 1'30", ce qui est conforme au plan. Je vois aussi passer Gabriela qui est à mi-chemin entre les meneurs et moi.

 

Au retour, je croise Sacha puis Barbara, nous tapons nos mains au dessus de la barrière qui sépare les deux tronçons de course.

 

A l'approche du ravitaillement du 15ème km, patatras, mon mollet droit, dans lequel j'avais senti un peu de raideur depuis le départ, se tend sur quelques foulées et je ressens une forte douleur qui m'oblige à m'arrêter. Je pense d'abord à une crampe, mais si le mollet se détend bien, la douleur persiste. Une ambulance est arrêtée au bord de la route et je demande de l'aide. Un secouriste me massera le mollet et y appliquera un spray rafraichissant.

 

J'ai perdu trois à quatre minutes et mes chances de battre mon record sont déjà bien compromises. En repartant, je constate que si je continue à la même allure, la douleur s'intensifie, mais si je ralentis à 5'10" au km ou plus, en posant le talon d'abord plutôt que le plat du pied, elle reste supportable. J'abandonne alors toute idée de faire un temps, et ma seule motivation sera de finir.

 

Je marche sur toute la longueur du ravitaillement du 15ème km. Je me propose d'aller jusqu'au semi et de demander conseil pour la suite à Raymond Corbaz, qui devrait s'y trouver.

 

Je marche à nouveau au ravitaillement du 20ème, en prenant mon second gel.
Le semi passe, puis le 22ème km, pas de trace de Raymond. Je songe sérieusement à abandonner, mais à ce moment nous sommes sur un tronçon d'autoroute, avec de la circulation sur l'autre voie, située entre moi et la ville. Je continue donc.

 

 

Les meneurs de 3h30 me dépassent déjà.

 

Je me motive en me disant que je vais tenir jusqu'au prochain poste de ravitaillement où je pourrai marcher un peu.


Peu après le 25ème, nous nous trouvons en banlieue et je pense à nouveau mettre la flèche à droite. Mais je me rends compte que je suis à l'endroit le plus éloigné de l'arrivée, et je ne sais pas vraiment comment m'y rendre. Je m'imagine aussi la suite du séjour, avec tous les copains du Footing qui fêteront leur marathon et moi qui ne pourrai pas y participer.

 

Au moment où je ressasse ces pensées négatives, Sacha me rejoint. Nous échangeons quelques mots, il est aussi dans le dur. Je me motive à prendre son train, mais après un km, je me résouds à le laisser filer. Je ne remets pas mon mp3 sur mes oreilles et me rends compte que les spectateurs nous encouragent très fort, ça change de la Suisse.

 

C'est ensuite au tour de Valérie de me dépasser, elle est toute surprise de me trouver là. Je l'encourage au passage. Elle fera un très bon temps de 3h33.

 

Nous courrons maintenant autour d'un grand parc boisé et le paysage est plus varié que l'autoroute ou les banlieues précédentes.

 

 

Le ravitaillement du 30ème km arrive, je marche et prends mon 3ème gel. Je me dis qu'il ne reste plus que 12 km et que je vais, je dois finir. Je vois que je ratrappe Sacha, qui est complètement à la dérive, et le dépasse. Thierry, avec qui nous avions fait plusieurs séances d'entraînement communes, a dû me dépasser sur ce tronçon, mais je ne l'ai pas vu.

 

Nous sommmes à nouveau sur un long tronçon d'autoroute qui nous ramène vers le centre de Poznan. C'est au tour de Jacques de me dépasser.

 

Le km 35 arrive et pas la moindre trace du ravitaillement que j'attendais tant pour pouvoir marcher un peu. Il sera en fait situé peu avant la marque des 36 km. J'avais prévu de prendre un gel coup de fouet à ce moment, mais les gels pris précédemment m'avaient donné des hauts-le-coeur. Je continue donc sans.

 

 

Je m'attends maintenant à chaque moment à voir les meneurs de 3h45 et/ou Linda me dépasser.

 

Comme il reste 6 km, dont une montée au 38ème, je décide de couper la poire en deux et d'avancer la prochaine zone de marche au 39ème. Je m'y retrouve avec un autre concurrent qui marche aussi. Nous échangeons quelques mots et crions ensemble "Go" pour repartir à la course.

 

 

Je suis surpris de voir le nombre de participants qui marchent depuis le 30ème km. Il est vrai que d'habitude je suis plus en avant dans la course, avec des coureurs qui savent mieux gérer.

 

Je fais un ravitaillement volant au 40ème, où se trouve le virage qui amorce le dernier tronçon droit vers l'arrivée.

 

 

La foule des spectateurs est très dense et le bruit assourdissant. Cette dernière partie est en légère montée, et mes forces sont à bout. Je marche encore quelques pas au 41ème avant de me lancer sur la finale.  

 

Le virage à droite qui nous amène devant l'hôtel et la marque des 42 km arrive enfin.

 

 

Un dernier virage à gauche et je suis sur la ligne droite des derniers 200m qui m'amène à la délivrance tant attendue.

 

 

 

3h43' et des poussières.

 

 

Contrairement à mes marathons précédents (et aux autres coureurs), je n'éprouve aucune émotion à l'arrivée, et ma seule préoccupation est de délacer ma basket pour pouvoir retirer et rendre la puce de chronométrage. Ceci fait, je me retourne et vois Linda arriver, rayonnante. Son marathon s'est très bien passé, elle avait l'impression de voler en deuxième partie et a fait un "negative split" académique.

 

En fait, bien qu'elle soit arrivée après moi, elle me bat de 30 secondes, car elle est partie plus loin dans le peloton.

 

 

Nous recevons nos médailles bien méritées et parcourons les quelques centaines de mètres qui nous séparent de l'hôtel, où nous allons nous doucher - le grand luxe ! De la fenêtre de ma chambre, j'ai une vue directe sur la course et je peux regarder passer les autres concurrents du Footing. Certes mon chrono est d'une demi-heure plus élevé que celui que je visais, mais je me rends compte que beaucoup d'autres coureurs rêveraient de faire mon temps, et puis j'ai terminé !

 

La suite du séjour sera récréative. Le soir, nous allons manger dans un restaurant chic, complètement réservé pour nous, avec un pianiste qui jouera toute la soirée. Le lendemain matin, nous nous lèverons tôt avec Linda pour aller visiter la ville, marchant trois heures malgré nos courbatures.

 

A midi, un bus nous ramène à l'aéroport. Nous prenons l'avion pour Varsovie, où un autre bus nous attend pour nous emmener dans la région d'origine de Teresa, à environ une heure de route. Nous sommes dans un petit hôtel assez rustique, aussi complètement réservé pour nous. Comme il manquait de place, certains coureurs se sont trouvés logés dans un chateau situé juste en face de l'hôtel.

 

 

Le repas du soir dans la grande salle est animé de chants et de danses par un groupe folklorique, auquel Teresa s'est jointe ! La vodka artisanale coule à flôts et la soirée se terminera très tard pour certains.

 

Le lendemain, le bus nous amène au village où Teresa possède une maison, pour un entraînement de décrassge. La délégation se divise en trois groupes : ceux qui ne peuvent pas courir et iront à vélo, un groupe marche/course lente et un groupe course rapide. 

 

 

Teresa nous fait découvrir les bois où elle court lorsqu'elle vient en Pologne.

 

 

Nous passons par le village où vit la mère de Teresa, qui a organisé un petit ravitaillement. Il fait beau et l'ambiance est très chaleureuse.

 

 

Nous retournons ensuite à la maison de Teresa, où nous prenons le repas de midi - 50 convives répartis sur deux étages. Rassasiés, nous reprenons le bus pour Varsovie, où tout le monde profite pour faire une sieste de récupération.

 

 

Nous arrivons à l'hôtel Bristol, de grand luxe. Nous avons deux heures pour aller visiter la vieille ville avant le repas du soir. Curieusement, les rues sont peuplées de centaines d'écossais en kilt :  ce soir avait lieu un match de football entre la Pologne et l'Ecosse.

 

 

Le repas du soir aura lieu dans une brasserie de la vieille ville, dont une salle nous est réservée. Spécialités polonaises et un litre de bière au menu.

 

 

Une dernière nuit à l'hôtel et nous nous levons à nouveau tôt avec Linda pour nous promener jusqu'au bord de la Vistule. Reprise du bus pour ensuite aller visiter le Palais de la culture, qui du haut de ses 30 étages offre une vue imprenable sur Varsovie. Nous nous rendons ensuite à un grand centre commercial pour dépenser nos derniers zlotis, puis c'est le retour à l'aéoroport et le vol pour Genève.

 

 

Nos bagages retrouvés à Cointrin, nous aurons juste 4 minutes pour attraper le train à la gare, c'est donc au sprint que nous avons terminé cette sortie marathon.

 

Si je garderai de merveilleux souvenir de ce séjour en Pologne, je conserverai une grande frustration de ce marathon. Ce n'est pas tellement le fait que je n'ai pas réussi ma course - ça m'est déjà arrivé et m'arrivera encore. C'est plutôt tout le temps que j'ai investi à suivre à la lettre mon plan, en y sacrifiant une bonne partie de mon été que j'avais l'habitude de consacrer à d'autres activités plus libres (vélo, ballades en montagne, entraînements en forêt).

 

A 50 ans, les occasions d'améliorer mes temps vont s'amenuiser, et j'ai l'impression d'avoir fait tout juste, dans les jambes et la tête, pour finalement un résultat décevant. Certes un marathon reste une épreuve qui n'est jamais gagnée d'avance, mais avec mon 3ème qui a été bridé par une crève les jours précédents et celui-ci, mon 5ème, par des douleurs venues de nulle part, je trouve l'investissement d'entraînement disproportionné par rapport à l'incertitude du résultat. Je me demande sérieusement si je suis fait pour la distance du marathon.

 

Si j'en refais un, ce sera certainement avec un plan plus souple et sans objectif de temps.

 

J'adresse un immense merci à Teresa pour toute l'organisation de ce séjour ! Déplacer 50 personnes sur 6 jours avec 4 vols d'avion, 7 trajets en bus et 5 repas commun à travers la Pologne n'était pas gagné d'avance, surtout quand on connait le caractère individualiste des coureurs à pied.

Et elle a aussi couru les 42 km.....

 

Cadeau souvenir : une médaille

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Bob le coureur
commenter cet article
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 17:47

3ème Tour du Lac de Joux (semi)

Lieu Lac de Joux Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 05.07.2014 15:55:06
Catégorie Course Infos course
Distance 12.61 kilomètres Dénivelé + 21.3 mètres Dénivelé - -21.1 mètres
Durée Totale 00:55:14 Activité 00:55:14 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:04:22 min/km Allure Max. 00:03:40 min/km Allure Min. 00:05:33 min/km
Météo 23 °C FC Moy. 162 BPM FC Max. 178 BPM
Equipement Asics - Gel DS Racer 10 (249km)Forerunner 620Garmin - Forerunner 620 (1540km)
Résultats  M50 : 3ème/59 Overall H : 32ème/293  
  %class: 5% - %tps : +7% %class: 11% - %tps : +18%  
otes Classé 3ème, catégorie vétérans 2
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:06 00:04:06 00:04:06 14.6 5.35
2.00 00:08:19 00:04:12 00:04:13 14.2 -4.34
3.00 00:12:39 00:04:20 00:04:21 13.8 7.62
4.00 00:17:05 00:04:25 00:04:26 13.6 -30.79
5.00 00:21:26 00:04:20 00:04:21 13.8 35.09
6.00 00:25:47 00:04:21 00:04:22 13.8 18.01
7.00 00:30:15 00:04:28 00:04:28 13.4 -31.37
8.00 00:34:39 00:04:24 00:04:24 13.6 71.86
9.00 00:39:00 00:04:20 00:04:21 13.8 55.63
10.00 00:43:33 00:04:32 00:04:32 13.2 -24.14
11.00 00:48:04 00:04:31 00:04:31 13.3 -50.90
12.00 00:52:35 00:04:31 00:04:31 13.3 -25.52
12.61 00:55:14 00:02:38 00:04:21 13.8 18.50

C'est ma 2ème participation au tour du Lac de Joux qui en est à sa 3ème édition. En 2012, j'y avais un peu à ma surprise frôlé le podium en terminant 4ème de la catégorie M40, mais il faut dire que la participation était réduite (42 classés), la course étant toute jeune. En 2013, la compétition tombait le même jour qu'une course du Trophée lausannois, et j'avais du faire l'impasse.

 

Cette année en 2014, je n'avais pas mis le tour du Lac à mon programme, ayant notamment planifié une période de repos après 4 week-ends de compétition de suite en juin. Le hasard (ou le destin) en a voulu autrement, puisque Linda a gagné lors d'une tombola une invitation à la course et nous avons donc décidé d'y participer, mais plus pour profiter du superbe cadre que pour y faire un temps ou un résultat.

 

 

Quelques jours avant la course, je scrute comme je le fais habituellement la liste de départ et y retrouve très peu de noms connus. Par curiosité, je regarde, comme le permet le site de Datasport, les autres résultats des participants et constate assez vite que la plupart des inscrits a scoré des temps supérieurs aux miens. Une analyse plus poussée montre qu'il y a deux inscrits bien plus forts que moi et 3 à 5 d'un niveau équivalent. J'entrevois donc une petite chance de podium, mais cette 3ème place sera très disputée. Je mémorise les dossards de mes concurrents directs.

 

Le jour de la course, nous nous rendons en voiture au Sentier, où se trouve l'arrivée de la course. Il a plu la veille et la température est moins élevée que lors de mes compétitions précédentes (Romanel, Lutry), néanmoins quand le soleil perce les nuages, il réchauffe vite. Un petit vent est aussi présent - il rafraîchit l'atmosphère, mais nous l'aurons de face sur tout le parcours. Nous allons chercher nos dossards.

 

 

 

Nous prenons le petit train Travys de 14h50 qui relie le Sentier au Pont, où se trouve le départ de la course. Le train est bondé et nous voyagerons debout - la participation a bien augmenté depuis la 1ère édition. Arrivé au Pont, je pars m'échauffer et termine par quelques lignes droites sur la route principale, qui est encore ouverte au trafic automobile.

 

J'y croise l'ami Max qui a troqué ses baskets pour un objectif et a pris un partie des photos qui illustrent ce CR (les autres sont de Anna Vasalaki) . Merci Max ! J'identifie deux des concurrents dont j'ai mémorisé les numéros de dossard, afin d'éventuellement les repérer sur le parcours. Les deux cadors de ma catégorie sont aussi bien présents, ils finiront aux deux premiers rangs.

 

A 15h55 piles le départ est donné. En 2012, le départ avait été retardé, et un problème de synchro entre le starter et le chrono avait fait que les temps officiels étaient de deux minutes inférieurs aux temps réels.

 

 

Je me suis mis tout à l'avant du peloton, mais comme à chaque course, le départ est très rapide et je me fais dépasser de tous côtés. Je n'ai pas la moindre idée d'où sont les adversaires que j'ai identifiés...

 

La parcours du demi tour de Lac peut-être résumé en 4 sections :

 

  • du départ au 1er km, sur la route cantonale, large et goudronnée
  • du 1er au 9ème km, sur du chemin de gravier qui longe le lac, avec pas mal de changements de direction, que ce soit pour épouser le rivage ou pour pour éviter des constructions ou des propriétés.
  • du 9ème au 11ème km sur des passerelles en bois qui franchissent une zone plus ou moins marécageuse
  • du 11ème km à l'arrivée (12.6km) sur des chemins vicinaux qui quittent le bord du lac pour mener au centre sportif de la vallée de Joux.

 

Le parcours est complètement plat et offre de superbes points de vue sur le lac.

 

 

Après un premier km bouclé un peu trop rapidement (4'06), je me force à me modérer car il y a plus de 12 km à parcourir et je me souviens avoir pas mal souffert sur la fin en 2012. Je commence à dépasser des groupes de coureurs partis trop vite. Un concurrent plus jeune me dépasse et je suis son train, en profitant de m'abriter derrière lui pour échapper au vent de face.

 

Au 2ème km, un coureur nous rattrape et passe devant moi. Son porte dossard qui a tourné autour de sa taille et il affiche donc son dossard dans le dos. Je jette un coup d’œil à son numéro- 466 - c'est un de ceux que j'avais mémorisé ! La course prend alors pour moi une toute autre tournure et devient très simple : s'il reste devant moi, c'en est fini de mes chances de podium. Je décide donc de m'accrocher derrière lui le plus longtemps possible, même si je dois le payer à la fin. Nous dépassons le jeune qui j'avais suivi; l'allure devient plus rapide, mais tenable.

Au 4ème km se trouve le premier ravitaillement. A ma grande surprise, mon adversaire s'y arrête alors que j'effectue un ravitaillement volant. C'est maintenant moi qui suis devant et lui qui "contrôle". J'hésite à ralentir pour le laisser reprendre les devants, mais finalement j'opte pour la fuite en avant, en poursuivant au même rythme - peut-être qu'il est déjà dans le rouge et c'est pourquoi il s'est arrêté au ravito...

 

 

Je jette de fréquents coups d'oeil en arrière et vois que le T-Shirt clair de mon concurrent dossard 466 est toujours derrière moi, mais j'ai creusé un écart de quelques mètres. Je sais maintenant que ce ne sera pas une sinécure, il faut que je tienne jusqu'au bout - mais j'ai mon objectif très concret qui me motive !

 

 

J'inaugure lors de cette course les nouvelles couleurs du Footing Club.

 

 

La course progresse, je tiens bien le rythme et remonte quelques coureurs, mais il devient de plus en plus difficile de reprendre du terrain au fur et à mesure que la course avance.

 

J'ai la surprise vers le 7ème km de dépasser Lluis, un collègue du Footing, qui normalement me met plusieurs minutes. Je l'incite à me suivre, mais après quelques centaines de mètres, le bruit de sa foulée s'éloignera.

 

Au 8ème km, j'entends des pas qui s'approchent et un coureur me dépasse, mais heureusement c'était un "jeune", le T-Shirt vert que l'on voit juste derrière moi sur la première photo de la course ci-dessus - il continuera à me prendre des secondes, mais pas tellement, car je l'aurai en ligne de mire jusqu'à l'arrivée.

 

En arrivant dans le secteur des passerelles, au 9ème km, je jette un coup d'oeil derrière moi et constate que j'ai une belle avance sur le concurrent suivant et à moins d'une grosse faiblesse de ma part, je ne devrai plus être dépassé. J'ai en point de mire un coureur, mais la distance qui nous sépare ne diminue que très lentement.

 

Au 10ème km, je décide malgré mon avance de relancer et mon organisme suit ! En dépit de cette accélération, je ne parviendra pas, pour 4 secondes, à reprendre le concurrent devant moi. Quand au coureur qui me suivait, il finira à près d'une minute, j'avais une belle marge.

 

 

A mon passage à l'arrivée, le speaker annonce "Alain Berguerand - médaille de bronze !" et je me retrouve sur un petit nuage, je ne sens pas la moindre fatigue, mon premier podium sur une grande course !

 

J'avais déjà fini 3ème au Challenge Bambi et à la course des castors, mais c'était avec moins de 30 participants, ici il y en avait 60. Je suis vraiment content de m'être fait violence pour crocher derrière mon adversaire au 2ème km, car cela a payé. En plus, j'améliore de 3 minutes mon temps de 2012.

 

Mon podium implique qu'il nous faudra rester pour la remise des prix, qui aura lieu dans près de 2 heures, car il faut attendre que les coureurs du tour complet soient arrivés. Nous allons donc rapidement nous doucher (le luxe d'être dans les premiers) et manger une morce dans un resto avant de participer à la cérémonie. Avant que je ne monte sur le podium, le speaker Christian Perler qui me connaît bien me demande hors micro si c'est mon premier podium - je confirme et il l'annonce alors que je grimpe sur la 3ème marche.

 

 

Je termine donc 3ème sur 59 de ma catégorie et 32ème au scratch sur 293. Cette course présentait la particularité d'avoir plus de femmes (296) à l'arrivée que d'hommes.

 

Linda, avec peu d'entraînement, terminera tranquillement et sera 4ème de sa catégorie.

 

 

Un grand bravo aux organisateurs et particulièrement à l'ami "Lulu" Jaquier pour nous avoir permis de vivre une très belle course !

 

Suite des opérations : repos, puis, fin juillet, début du plan d'entraînement pour le marathon de Poznan...

     

 

Cadeau souvenir : un linge (serviette)

 

 

 

Presse

La Région Nord Vaudois (web) du 08.07.2014

 

Nordic Mag (web) du 07.07.2014

 

Nordic Mag (web) du 04.07.2014

 

24 heures du 04.07.2014

Partager cet article

Published by Bob le coureur
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 12:55

49ème Challenge Bambi - TL03

Lieu Chalet-à-Gobet Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 05.04.2014 14:45:35
Catégorie Course Infos course
Distance 7.47 kilomètres Dénivelé + 180.3 mètres Dénivelé - -200.8 mètres
Durée Totale 00:31:25 Activité 00:31:25 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:04:12 min/km Allure Max. 00:03:27 min/km Allure Min. 00:05:27 min/km
Météo 14 °C FC Moy. 161 BPM FC Max. 170 BPM
Equipement Asics - Gel DS Racer 10 (64km)Forerunner 620Garmin - Forerunner 620 (833km)
Résultats  M50 : 3ème/28 Overall H : 22ème/128 TL : 2ème/26
  %class: 11% - %tps : +3% %class: 17% - %tps : +19% %class: 8%
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:03:50 00:03:50 00:03:50 15.6 43.92
2.00 00:07:47 00:03:57 00:03:57 15.2 -64.36
3.00 00:11:45 00:03:57 00:03:57 15.2 -15.46
4.00 00:15:43 00:03:58 00:03:58 15.1 -51.13
5.00 00:20:10 00:04:26 00:04:27 13.5 21.05
6.00 00:24:55 00:04:45 00:04:45 12.6 54.48
7.00 00:29:34 00:04:39 00:04:39 12.9 -11.20
7.47 00:31:25 00:01:50 00:03:55 15.3 3.31

 


Avant d'aborder ce CR, un rapide retour sur les courses précédentes :

 

  • Le 2 mars, Championnats Suisses de Cross à Zürich.

    L'idée n'était pas tant de participer aux CS que d'en observer le déroulement, accompagné de Raymond Corbaz, vu que c'est notre cross qui organisera les CS en 2015. Mais avec le temps investi pour faire l'aller-retour de Zürich, autant en profiter pour courir.

    J'ai la surprise, quelques jours après avoir fêté mes 50 ans, d'obtenir le dossard N° 50 !



    La course des "masters" (ou vieux), première programmée dans la journée, est un peu tristounette sous un ciel gris et un froid humide. Je termine 5ème de ma catégorie sur 7 - pas de quoi être fier.



    Je ne suis vraiment pas doué pour le cross, j'ai toujours peur de me tordre une cheville, surtout dans la descente pleine de trous à dévaler 6 fois.



    C'était par contre intéressant de regarder les autres courses, car nous voyions l'ensemble du circuit et avons pu suivre les compétitions en live.
     

  • Le 15 mars, Kerzerslauf.



    Depuis février, j'ai accumulé les kms et j'espère que cela va payer sur ces 15km. Pour ma 3ème participation, j'améliore mon meilleur temps d'une trentaine de seconde. Je souffre toujours sur le passage au bord de l'eau entre le 7ème et le 9ème km que je trouve interminable, à scruter la présence de trous ou de racines, alors que selon d'autres coureurs c'est le plus beau paysage de la course.



    La raide montée avant Golaten est presque une délivrance - je vais la grimper assez facilement et attaquer franchement à la descente. Patrick parti un bloc (soit une minute) après moi me dépasse au 12ème km, mais je lui reprendrai toute son avance à la descente.


     

  • Le 22 mars, cross de Chavannes.

    2ème course du Trophée lausannois 2014. Il a plu des cordes toute la matinée et le parcours est détrempé. En faisant deux tours d'échauffement, il s'avère qu'il reste praticable, mais je mettrai quand même mes trails. Les pointes n'étaient pas une option, car une partie de la course est sur le bitume.



    Comme indiqué plus haut, le cross n'est pas mon fort, et encore moins sur terrain boueux et glissant. Je vais donc profiter des passages sur bitume pour produire mon effort et adopter une allure prudente pour ne pas me blesser sur le reste. J'ai la surprise au dernier des trois tours de 2km, juste après la montée raide du cimetière, de rejoindre Patrick et Antonio, d'habitude loin devant moi sur ce parcours. Je dépasse Patrick, mais Antonio m'a vu venir et accélère, me laissant sur place.

    Je termine à quelques secondes de mon meilleur temps sur terrain sec, vu les circonstances, c'est ma meilleure course sur ce parcours. Je suis un peu frustré de n'avoir jamais vraiment pu me mettre dans le rouge, les nombreux changements de dénivelé et de direction ne m'ayant pas permis de monter en puissance.

Venons en au CR du challenge Bambi.

Pour des raisons d'organisation, cette course n'avait pu avoir lieu en 2013. Un nouveau comité s'est mis en place pour remettre sur pied cette vénérable compétition qui a mon âge. La météo avait annoncé des averses pour ce premier samedi d'avril, finalement elles éviteront le Chalet-à-Gobet et seront remplacées par de belles éclaircies et une douceur printanière.

 

Après avoir pris nos dossards et salué les têtes connues, je pars pour un premier échauffement sur la piste Vita, 45 minutes avant le départ avec Christoph et Jacky. Il sera suivi d'un second échauffement avec les collègues du Footing, qui nous amènera vers la ligne de départ. Plus la compétition est courte (7.5 km), plus elle est rapide et demande un échauffement long.

 

 

Cette course possède la particularité d'être une course avec handicap, les concurrents étant lancés sur le parcours par petits groupes en fonction de leur âge. Contrairement aux éditions précédentes où ces groupes étaient constitués de tranches d'âges plus ou moins arbitraires, cette année, elles suivront les tranches standard, à savoir plus de 80 ans (un unique concurrent qui ouvrira la course tout seul), plus de 70 ans, etc.

 

Alors que retentissent les coups de feu de départ des premiers concurrents, je fais encore quelques accélérations. A 14h43, les plus de 60 ans sont lancés et le starter nous appelle. Je suis un peu surpris de voir que ma catégorie est bien fournie, avec plus de 30 participants, dont Gabriela du Footing qui l'emportera chez les femmes. C'est intéressant pour moi de pouvoir identifier les concurrents de cette catégorie M50 que j'ai rejointe cette année.

 

A 14h45'30", le starter nous lâche. Cristiano prend tout de suite la poudre d'escampette et je me retrouve en 3ème position avec Antonio. Je suis très surpris de me trouver aussi avancé, je me dis que je suis parti trop vite et que ça ne va pas durer. Pourtant ce départ sur bitume en faux-plat légèrement descendant me convient bien, et je suis à l'aise un poil plus vite que 15km/h. Je vais essayer de suivre Antonio, tout en évitant de me flinguer, car même si la course est courte, il y a deux longs km de montée sur la fin.

 

Au premier km, Daniel, qui a officié comme speaker au Cross de Lausanne, nous rejoint. Je m'écarte pour le laisser passer et il s'intercale entre Antonio et moi. Je suis 4ème. Je m'attends à ce que d'autres concurrents comme lui nous rattrapent, mais il n'y en aura qu'un, Paolo, qui nous dépassera à une vitesse qui nous ôtera toute velléité de poursuite. Je suis 5ème.

 

Alors que nous avons quitté le bitume, Daniel commence à s'impatienter et se met à la hauteur d'Antonio, qui résistera sur quelques centaines de mètres. Pour ma part, je garde mon rythme et ils me distanceront d'une trentaine de mètres.

 

Au deuxième km se trouve une petite montée, mais je me sens si bien que je ne l'ai remarquée qu'à quelques mètres du sommet. Alors que Daniel a pris le large, je profite que le faux-plat devienne de plus en plus descendant pour rejoindre Antonio.

 

Nous dépassons de plus en plus de concurrents partis dans les blocs précédents, c'est motivant. Je salue et encourage au passage ceux que je connais.

 

J'entends une foulée rapide qui se rapproche, c'est Stéphane, le 1er M40, parti deux minutes après nous et qui nous rejoint déjà - les dépassements vont dans les deux sens.

 

Au 3ème km nous arrivons au passage le plus délicat pour moi, la descente du "Juge de Paix". Elle est assez pentue et recouverte de gros gravier, je n'aime pas trop dévaler dans ces conditions, j'ai peur de me blesser.

 

Je pense qu'Antonio va facilement me lâcher sur cette portion technique, mais finalement je réussis à rester collé derrière lui. Le 2ème M40 nous dépasse.

 

Sur le plat qui suit la descente et marque la mi-course je me place à la hauteur d'Antonio et attaque franchement sur le petit raidillon qui suit. Je suis à nouveau 4ème. Robert, du Footing, sera le 3ème M40 à nous dépasser.

 

Je me sens encore très bien et retrouve avec plaisir le bitume qui couvrira le tracé jusqu'à la fin de la course. Quelques mètres de plat, et nous abordons la longue montée finale. Dans ses grandes courbes, je cherche la trajectoire idéale, tantôt à gauche, tantôt à droite, qui prend les virages à la corde. Je dépasse des concurrents plus âgés qui semblent scotchés sur la pente.

 

Je me rends compte au fur et à mesure de la montée que l'avance de Daniel qui nous avait lâché il y a trois km se réduit comme une peau de chagrin. C'est étonnant, car il est bien plus fort que moi. Il m'expliquera par la suite avoir quelques problèmes respiratoires l'empêchant de courir à son niveau habituel. Je le rattrape au moment où nous passons devant Raymond Corbaz, venu nous encourager. Il me crie de ménager notre speaker...

 

Me voici donc 3ème, situation inédite sur une course du Trophée. Sébastien du Footing me dépasse à cet endroit, il est parti dans le groupe des M20, soit 3 minutes et demi après moi. Il y aura encore deux M20 qui me passeront devant d'ici la fin de la course.

 

Alors que je pense être tranquille au 3ème rang, un coureur me dépasse, mais comme le différentiel de vitesse n'est pas très grand, je me demande si c'est un M40 ou un M50. Il s’avérera que c'était finalement le 4ème dernier M40 à me dépasser, fausse alerte.

 

La longue montée se termine enfin et un virage sec sur la gauche m'amène sur le dernier km, très roulant. Je commence à vérifier derrière moi où se trouve Daniel, facilement repérable avec son T-Shirt orange fluo. Il n'est pas très loin, comme on le voit sur la photo, mais la distance est suffisante pour que ma 3ème place soit en sécurité.



 

Sur la longue ligne droite qui précède l'arrivée, j'accélère quand même un peu pour parer à toute éventualité. Yves, qui est venu en spectateur, me harangue pour que je dépasse le concurrent devant moi - tellement concentré sur mes arrières, je ne l'avais pas remarqué ! Il s'en faudra d'un cheveu pour que je le passe sur la ligne d'arrivée. De toutes façons, il n'était pas dans ma catégorie.

 

Le classement du Bambi est particulier dans la mesure où il n'y a pas de catégories - les 5 premiers arrivés sont récompensés dans cet ordre. Cela donne lieu à des podiums improbables, composés d'anciens et de plus jeunes. Sébastien, qui a fait le meilleur temps réel, n'y figure même pas, alors que ma troisième place des M50 est tout aussi virtuelle.

 

J'ai amélioré mon meilleur temps d'une quinzaine de secondes, ce n'est pas énorme, et je me suis rendu compte en contrôlant mes pulses que je ne me suis pas mis dans le rouge et n'ai jamais ressenti de fatigue durant toute la course. Mon temps est comparable à celui de mes ex-adversaires M40 et j'ai un petit regret de l'avoir joué tactique plutôt que d'avoir essayé d'aller chercher un temps.

 

Je suis par contre très satisfait de mon 3ème rang - le meilleur jusqu'à présent sur une course du Trophée était 9ème ! Et avec une trentaine de participants, ce n'est pas un podium au rabais. J'ai quand même bénéficié d'un tracé qui me convient parfaitement, avec peu de changements de rythme, et surtout du fait qu'une partie des cadors de ma catégorie étaient à la course des vignes (ex Aubonne-Signal de Bougy). qui avait lieu le même jour. En parlant de ça, la course des Castors à Crissier était aussi organisée ce samedi. Dommage, car j'avais participé aux trois premières éditions, mais il faut faire des choix.

 

Pour le Trophée lausannois, j'ai établi un classement avec les temps réels et les catégories habituelles. Je termine donc 3ème sur 28 des M50 et 22ème homme sur 128. Au Trophée lausannois, je passe 2ème, à 5 points d'Antonio.

 

Prochain objectif : les 20 km de Lausanne, où j'espère améliorer mon temps de 2011 de 1h28'37".


Cadeau souvenir : Une brosse à dent + boîte à pansements

 

 

Presse

 

24 heures du xx.yy.2012

Partager cet article

Published by Bob le coureur
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 11:01

9ème Cross International de Lausanne

Lieu Vidy Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 18.01.2014 15:10:04
Catégorie Course Infos course
Distance 7.41 kilomètres Dénivelé + 10.9 mètres Dénivelé - -10.9 mètres
Durée Totale 00:34:26 Activité 00:34:26 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:04:38 min/km Allure Max. 00:03:33 min/km Allure Min. 00:05:28 min/km
Météo 4 °C FC Moy. 160 BPM FC Max. 168 BPM
Equipement Mach 11Brooks - Mach 11 (66km)Spikes 12mmAdidas - Pointes 12mm (32km)Forerunner 620Garmin - Forerunner 620 (64km)
Résultats  M50 : 22ème/60 Overall H : 135ème/321 TL : 5ème/19
  %class: 37% - %tps : +20% %class: 42% - %tps : +26% %class: 26%
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:32 00:04:32 00:04:32 13.2 9.03
2.00 00:09:00 00:04:28 00:04:28 13.4 -6.37
3.00 00:13:41 00:04:41 00:04:41 12.8 -3.81
4.00 00:18:23 00:04:41 00:04:42 12.8 4.47
5.00 00:23:01 00:04:38 00:04:38 12.9 -6.36
6.00 00:27:48 00:04:46 00:04:46 12.6 -0.55
7.00 00:32:36 00:04:48 00:04:48 12.5 -0.55
7.41 00:34:26 00:01:49 00:04:27 13.5 11.50

 

Ce CR un peu particulier est divisé en deux parties :

 

  1. Une présentation de l'organisation de la compétition
  2. Le CR de ma course

 

1. Organisation

 

Pour beaucoup de coureurs, une compétition consiste à se rendre sur place le jour de la course, prendre son dossard, s'échauffer, aller sur la ligne de départ quelques minutes avant la course, courir, prendre son prix souvenir et éventuellement se doucher et assister à la remise des prix.

 

Pour que tout ceci puisse se dérouler aussi simplement, il y a en arrière-plan une multitude d'activités d'organisation qui ont du être effectuées, et dont le coureur ne voit effectivement que la partie émergée.

 

Je vais essayer dans ce qui suit de vous donner une idée de ces activités. Il s'agit d'un résumé, car il y en aurait pour remplir des volumes.

 

Plusieurs mois avant la course

 

Les premiers préparatifs consistent à effectuer un debriefing de l'édition précédente pour identifier des améliorations possibles, déterminer la date de la prochaine édition et les changements principaux. Un budget prévisionnel est établi.

 

Il faut relancer les sponsors existants et en prospecter de nouveaux. Plusieurs séances de comité servent à affiner la planification et déterminer les activités/rôles de chacun.

 

Quelques mois avant la course

 

Il faut contacter les différents prestataires de service (speaker, sécurité, chronométrage, cantine, électricien, prix en nature, médecin, imprimeur, etc.) pour s'assurer de leur disponibilité pour les dates de la manifestation, obtenir des devis et passer des commandes.

 

Le planning détaillé des courses et des remises de prix est établi.

 

La communication est lancée, il faut concevoir le flyer et l'affiche, les faire imprimer et les distribuer, notamment en se rendant physiquement sur d'autres courses. Le site Web est mis à jour.

 

Un dossier d'autorisation de manifestation est soumis à la municipalité. Celui-ci doit être approuvé par les différents services de la ville : Police (sécurité, directives pour la sono, parcage, jalonnement), Assainissement (protection de l'environnement, directives sur le tri des déchets, fourniture de poubelles), Police du commerce (directives cantine, autorisation de vendre de l'alcool), Parc et forêts (utilisation du domaine public, protection de la nature), Energie (fourniture d'électricité), Service des sports (mise à disposition de matériel et services), etc.

 

Pour chacun de ces services, il faut indiquer nos besoins dans le détail : barrières métalliques (vaubans), véhicules, tentes, gilets fluos, marteaux, pelles, podium, etc.

 

Les volontaires sont recrutés parmi les trois club d'athlétisme/course à pied qui organisent le Cross.

 

Quelques semaines avant la course

 

Les inscriptions en ligne sont ouvertes et il faut se coordonner avec le chronométreur. Certains clubs fournissent des listes d'inscription qu'il faut vérifier et entrer dans le système. Il faut gérer les problèmes d'inscription.

 

Il faut s'assurer auprès de tous les intervenants que ce qui est attendu d'eux est clair et qu'ils pourront le fournir le jour de la course.

 

La communication s'intensifie, que ce soit sur les médias sociaux, par des communiqués de presse ou des interviews.

 

Une semaine avant la course

 

Le nombre de dossards et de puces qui sont commandés doit être déterminés 6 jours avant la course : si on en commande trop, il faudra payer pour rien des dossards et des activations de puce, si on en commande pas assez, il faudra refuser des coureurs.

 

La veille de la course

 

Le montage de la course débute dès que la lumière est suffisante, soit vers 8 heures en plein hiver. Nous utilisons une partie d'un parking public qui a été bouclé la veille par la police.

 

La grande tente qui sert de cantine est montée durant la matinée et son chauffage installé. Les poubelles et toilettes sont mises en services et placées sur le site. Les différentes petites tentes pour les inscriptions et les coureurs sont montées et mises en place.

 

L'équipe du parcours prépare la boucle de 1 km, en créant des corridors soit avec des barrières métalliques (vaubans), soit avec des barres plantées dans le sol et reliées entre elles par de la bande plastique (rubalise). Il y a plusieurs centaines de vaubans qui sont amenés à bras d'homme sur le terrain depuis les zones de dépose. Il faut faire attention de laisser des passages ouverts pour le public qui doit pouvoir continuer à profiter de cette zone de détente pendant le montage. Comme un cross se court avec des pointes, il faut poser des tapis "mous" sur les zones dures (routes) à traverser.

 

L'électricien avec sa grande échelle tire des câbles électriques dans les arbres afin d'alimenter la cantine, le bureau et la zone d'arrivée. Une amenée d'eau est tirée pour la cantine.

 

Les services de la ville effectuent le fléchage du site pour permettre aux participants de trouver le départ, les inscriptions, les toilettes ou les vestiaires. Le podium et l'arche d'arrivée sont montés.

 

L'équipe de la cantine amène le matériel de cuisine, les boissons et denrées et place les tables et bancs.

 

L'équipe du bureau monte le stand d'inscriptions et de remise des dossards.

 

Le trésorier amène le cash nécessaire pour les prix en espèce et les fonds de caisse de la cantine et des inscriptions sur place.

 

La secrétaire prépare les bons pour la caisse de la cantine ainsi que pour la subsistance des bénévoles.

 

L'équipe des prix prépare les différents lots.

 

Les différentes banderoles publicitaires des sponsors, qu'il a fallu aller chercher auparavant, sont placées sur le parcours, aux abords du podium et sous la cantine.

 

En fin de journée, un briefing permet de régler les derniers détails. Avant de quitter le site, il faut accueillir l'agent chargé de la surveillance du site pendant la nuit et lui indiquer sa mission.

 

Les heures précédant la course

 

Le premier arrivé relève l'agent de sécurité vers 7h00. L'équipe de chronométrage arrive à 7h30 et amène les dossards et les fiches d'inscription sur place, permettant au bureau d'être opérationnel dès 8h30, où les premiers coureurs arrivent. Une navette est organisée entre le bureau et le bus de chronométrage pour lui transmettre les inscriptions sur place.

 

Le bus de chronométrage ainsi qu'un camion et sa remorque sont installés près de l'arrivée. Le pont du camion sera utilisé par le speaker et pour son ordinateur par lequel le chronométreur lui donnera des informations en live.

 

La zone d'arrivée est montée et les tapis de détection posés et testés. La ligne de départ est tracée à la chaux. Le speaker installe la sonorisation.

 

L'équipe médicale prend ses quartiers et prépare son matériel (brancard).

 

A 9h15, le site est prêt pour la première course qui part à 10h15.

 

Pendant les courses

 

Un starter homologué cadence les différents départs selon le plan horaire et en coordination avec le chronométrage. Ce dernier enregistre les temps de passage et d'arrivée, produit les listings correspondants et continue à entrer les inscriptions sur place.

 

Le bureau fonctionne de manière continue pour la remise des dossards et les inscriptions sur place, en doublant parfois les files en cas de grande affluence. Un bénévole est dédié à l'information et à la gestion des cas particuliers, afin que le flux normal ne soit pas ralenti.

 

Nous avons eu cette année la chance de disposer de deux speakers, qui ont pu se relayer ou faire des interviews sur le terrain pendant que l'autre commentait la course.

 

L'équipe du parcours assure sa sécurité en informant et canalisant le public qui désire traverser la piste. Elle s'assure aussi de l'état de la boucle et la remet en état si nécessaire.

 

L'équipe d'arrivée compte les tours des premiers et les aiguille vers l'arrivée au dernier tour. Elle récupère les puces des dossards qui doivent être restituées au chronométrage.

 

Une autre équipe distribue les prix souvenir et boissons après l'arrivée.

 

Une responsable de l'animation est chargée d'aller chercher les classements auprès du chronométrage, de les afficher et de coordonner les cérémonies. En phase avec l'équipe de remise des prix, elle assiste le speaker en lui remettant les listes de podium. Une spécialité du Cross de Lausanne est que les concours par nation demandent que soient joués les hymnes nationaux des nations gagnantes - ceci implique une bonne coordination, et de ne pas se tromper d'hymne.

 

L'équipe de la cantine vend des boissons et prépare des repas chauds, notamment durant le coup de feu de la pause de midi.

 

Après les courses

 

Une fois le dernier coureur arrivé, vers 16h15, le démontage du site commence immédiatement, car il ne reste plus qu'une heure et quart de lumière

.

Les piquets et la rubalise sont enlevés du parcours. Les vaubans sont ramenés (toujours à bras d'homme) et regroupés par tas de 20, tous dans le même sens, sur les zones de dépose. Les arches sont dégonflées et rangées.

 

Les petites tentes sont démontées et repliées. Les banderoles sont décrochées et regroupées.

 

L'équipe de chronométrage tire les listings finaux, récupère les tapis de détection, les puces, range son bus et quitte le site. Le speaker démonte et range la sono, le camion du speaker quitte le site.

 

Les différentes tables et bancs de la cantine sont ramenés sur les lieux de dépose et disposés selon les prescription de la Ville. Le petit matériel est récupéré et chargé dans les coffres de voiture des responsables correspondants.

 

L'électricien démonte ses câbles.

 

Tout ceci est effectué en à peine une heure, et il ne reste sur le site plus que la tente de la cantine, les toilettes et les tas de tables et de vaubans.

 

L'équipe d'organisation et les bénévoles peuvent alors se détendre autour d'un verre de l'amitié bien mérité.

 

Les toilettes sont vidées durant le weekend. Le lundi, la tente sera démontée et le matériel restant récupéré par la ville.

 

Après la manifestation

 

Les activités ne sont pas encore terminées. Il faut encore publier les résultats et mettre à jour le site web. Il y a des réclamations et des demandes d'information sur les classements à traiter. La chasse aux puces non restituées est ouverte. Les factures des fournisseurs sont à régler et il faut boucler les comptes. Les sponsors et autorités diverses sont à remercier ou à relancer le cas échéant.

 

Enfin, il faut planifier la séance de débriefing qui lancera l'organisation de la prochaine édition et la boucle est bouclée.

 

En conclusion

 

Bien que cette présentation puisse sembler longue, ce n'est qu'un résumé qui omet beaucoup de détails, de décisions à prendre et de problèmes à régler.

 

J'espère que cette description des activités d'organisation vous aura permi de mieux comprendre comment une course fonctionne et vous fera considérer vos prochaines courses sous un autre angle de vue.

2. CR

 

En 2013, lors de ma première édition du Cross en tant que directeur, j'avais décidé de ne pas courir, car le rôle d'organisateur est suffisamment exigeant pour ne pas y ajouter le stress d'une course.

 

Cette année, je me suis réservé la possibilité de courir, mais seulement si l'organisation "roulait" bien et me permettait de m'absenter une petite heure. Mon objectif principal en 2014 est de bien me classer au Trophée lausannois - en effet, je passe cette année en catégorie M50 où je suis parmi les plus jeunes, et ai donc l'occasion de faire des bons résultats. Je veux donc participer au plus grand nombre possible de courses du Trophée, et le Cross International de Lausanne en fait partie.

 

En plus des préparatifs d'organisation, à l'aube du jour de la course j'ai vissé les pointes de 12mm de mes chaussures de cross et préparé ma tenue. En cours de journée, je suis allé chercher mon dossard (je m'étais inscrit à l'avance, en payant le plein tarif), à la stupéfaction de la bénévole du bureau qui pensait que je venais la tester.

En début d'après-midi, j'ai un coup de chaud, car une équipe d'inspecteurs anti-dopage arrive à l'improviste pour contrôler des athlètes des courses élites. Je soutiens 100% cette action, mais comme organisateur c'est un stress important, car il faut d'urgence leur organiser un local qui doit satisfaire à certaines conditions. Je crains de devoir renoncer à courir afin de gérer cette situation imprévue.

 

Je participe à la remise des prix des courses élites en remettant le coupe de la victoire par nation à l'équipe suisse et alors que retentissent les derniers accords de notre hymne national et que les contrôleurs anti-dopage s'en vont, je prends ma décision : je cours !

 

Je profite de mon statut de directeur pour aller me changer dans le petit module chauffé qui sert de bureau et de lieu de repos pour les bénévoles. Ma course part dans 20 minutes. Il m'en faudra 5 pour me préparer et mettre mes pointes, m'en laissant 10 pour m'échauffer. Mes jambes sont lourdes, je ne me suis pas encore assis de la journée.

 

Je retrouve les copains sur la ligne de départ, mais je me rends compte qu'ayant changé de catégorie, mes adversaires ne sont plus les mêmes, il va falloir que je les repère.

 

Étant en traitement d'une tendinite du fascia lata (syndrome de l’essuie-glace) au genou droit et dans des conditions de stress et de fatigue incompatibles avec une performance, je débute ce cross sans pression, avec pour seul objectif de terminer sans blessure.

 

Notre starter homologué lache son coup de feu à 15h10 pile, heure que j'avais fixée il y déjà plusieurs mois. Le départ du Cross de Lausanne est particulier, car il s'effectue dans un couloir très large. Étant vers le 5ème rang, je suis en fait presqu'à l'arrière de la course !

Je pars tranquillement laissant le peloton se décanter sur la première des 8 boucles d'un km à parcourir. Le terrain est boueux par endroits, notamment le long des trois grands virages, et je me félicite d'avoir chaussé des pointes. Certains concurrents de mon niveau qui n'en étaient pas équipés finiront plusieurs minutes après moi. Je franchis sans problème les quatre obstacles (troncs) de 40 cm, selon la technique apprise en école de course. Au lieu de lever le pied selon l'axe, je procède à une ouverture de la hanche qui lance le genou de côté plutôt que le pied en avant.

 

Après ce premier tour d'observation, je trouve mon rythme de croisière et commence à dépasser des concurrents partis trop vite. 8 km de cross c'est long, et il faut bien doser l'effort.

 

Etant dans l’organisation de la course, je suis encouragé de manière presque continue sur tout le parcours par les bénévoles des différentes équipes, ainsi que par les filles du club qui participaient à la course précédente. Un concurrent me fera remarquer en me dépassant que ce n'était pas juste, c'était tout pour le même. Ces encouragements m'ont bien motivé à tenir jusqu'au bout.

 

Au troisième tour, je sens que ma chaussure reste collée dans la boue, de justesse j'arrive à la retirer. C'est un avertissement sans frais pour me rappeler qu'avec des pointes, il faut courir sur l'avant du pied.

 

A la troisième boucle, je commence à prendre un tour aux plus lents, et au 4ème c'est moi qui doit en concéder un au premier. J'ai le plaisir de m'écarter pour laisser passer un collègue du club, qui m'en remerciera. Il finira 2ème.

 

Le dépassement des concurrents attardés n'est pas évident, surtout dans les longs virages. Faut-il faire l'extérieur et dépenser de l'énergie ou rester derrière en attendant la prochaine ligne droite ?

 

Au 4ème tour, lors d'un franchissement de tronc, je sens mes pointes qui raclent l'écorce - autre avertissement sans frais, il faut me concentrer pour bien lever le genou.

 

Au 5ème tour, je sens une baisse de régime et me rends compte que dans le stress de l'organisation, j'ai oublié de manger à midi ! Tant pis, il faudra finir sur la réserve.

 

Depuis le 6ème tour, j'ai un collègue du club en ligne de mire et la distance qui nous sépare diminue insensiblement. Au milieu du 7ème tour, je le talonne et le dépasse. A 150 mètres de l'arrivée, j'entends des bénévoles qui crient "Fonce Alain !". Je me retourne et vois mon collègue qui a lancé son sprint. Je lance le mien et de manière étonnante mes jambes réagissent au quart de tour pour un finish éclair, reléguant mon collègue à 8 secondes sur la ligne d'arrivée.

Voici les temps de mes 8 boucles, relativement régulières à part la 1ère et la 7ème :

 

  1. 4'10
  2. 4'13
  3. 4'18
  4. 4'17
  5. 4'21
  6. 4'22
  7. 4'27
  8. 4'16

 

Je termine 22ème de ma catégorie sur 60 et 135ème homme sur 321 - ce n'est pas terrible, mais vu les circonstances je suis plutôt satisfait. Au Trophée lausannois, je suis 5ème sur 19 inscrits, place que j'espère pouvoir tenir jusqu'à la fin de la saison...

 

Après la course, je n'ai pas le temps de débriefer avec mes camarades, je vais immédiatement me changer, et 10 minutes après l'épreuve je suis à nouveau opérationnel pour la cérémonie de remise des prix et le démontage. Malgré la difficulté d'un long cross, j'ai bien apprécié de pouvoir vider mon esprit des contraintes de l'organisation pendant une petite heure et de goûter à la "marchandise" que j'ai préparée. 

Cadeau souvenir : une sacoche

 

 

Presse

 

24 heures du 16.01.2014

24 heures du 20.01.2014

Partager cet article

Published by Bob le coureur
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 13:15

Comme indiqué dans l'article  "Course et musique", cela fait pas mal d'année que je cours en musique et ai eu l'occasion de pratiquer plusieurs types de lecteurs de musique portable.

 

Dans cet article, je vais vous parler des casques RS4 et SC12 de la société Play2Run.

 

Ces deux casques sont très similaires, leur différence principale étant que le RS4 est un lecteur mp3 autonome équipé de sa propre mémoire, alors que le SC12 est un casque qui se connecte via la technologie Bluetooth à un lecteur, comme par exemple un smartphone.

 

Je vais commencer par présenter le SC12 en ne détaillant que ce qui le différencie du RS4.

 

Play2Run SC12

 

Le SC12 est un casque utilisant la technologie Bluetooth, prévu pour être utilisé avec un smartphone. Il est livré avec un micro, un petit manuel, un cable USB, un paquet de 20 terminaisons (2 tailles, 5 couleurs) et une housse de protection. Le prix fournisseur est de 79€.

 

 

Le micro se branche sur l'écouteur droit, qui comprend aussi les boutons de manipulation. Il faut enlever le micro pour recharger le casque, car son connecteur est aussi utilisé pour le branchement du cable USB. Des bouchons sont fournis pour protéger le connecteur au cas où l'on désirerait utiliser le casque sans le micro.

 

La connection avec mon smartphone, un Samsung Galaxy S4, sous Android 4.3 s'est effectuée d'une manière on ne peut plus fluide. Une fois le SC12 allumé, il a été immédiatement identifé par le smartphone qui m'a proposé un appairage, que j'ai accepté de suite. Le SC12 est maintenant reconnu et utilisé dès qu'il est allumé. Quand le SC12 est connecté au Galaxy, le haut-parleur de ce dernier est automatiquement éteint, tout le son étant transmis au casque.

 

 

 

Avec le lecteur de musique standard de Samsung, les touches de fonction du casque sont actives d'office sans la moindre configuration. Elles permettent de régler le volume, de passer au morceau suivant ou précédent, ainsi que de mettre la musique en pause ou la relancer.

 

L'interface du smartphone est donc utilisée pour lancer le premier morceau, ensuite il reste bien sagement dans sa poche, tout est piloté par le casque.

 

Il est même possible de prendre (ou refuser...) un appel entrant, le micro permettant de converser avec son interlocuteur.

 

Contrairement au RS4, le SC12 n'est pas étanche - ce qui serait d'une utilité discutable, à moins d'avoir aussi un téléphone étanche.

 

N'étant pas très motivé à courir avec un smartphone, je n'ai pas testé le SC12 en conditions sportives, par contre je l'ai utilisé lors de mes déplacements quotidiens à pied entre mon domicile et mon travail.

 

 

 

 

J'ai apprécié sa simplicité d'utilisation, quelques clics et la musique joue, l'accès à la large mémoire du smartphone (64 Go, à comparer aux 4 Go du RS4) ainsi que les possibilités d'écouter des sources en streaming (podcasts, radio web, etc.).

 

J'ai été surpris en bien de la faible consommation d'énergie aussi bien du SC12 que du smartphone en mode d'écoute. Après une semaine d'utilisation, le SC12 était toujours chargé, ce qui indique une autonomie d'au moins 7 heures - le constructeur annonce 14 heures, mais je n'ai pas poussé le test aussi loin.

 

Le seul bémol du casque est l'apparition de coupures sporadiques dans la musique alors que le Galaxy est dans la poche de mon pantalon, coupures qui ne se produisent pas quand il est dans une poche de veste. N'utilisant pas d'autres périphériques Bluetooth, il m'est difficile de juger si le problème provient du casque, du smartphone ou de la technologie Bluetooth.

 

Je trouve le SC12 très pratique et il remplace maintenant le lecteur mp3 et les écouteurs filaires que j'utilisais jusqu'à présent pour mes déplacements pédestres.

Play2Run RS4

 

Plutôt que de décrire une par une les caractéristiques du RS4, je vais le présenter sous forme d'un comparatif avec les deux casques Sony que j'utilisais jusqu'à présent (et décrits dans l'article  "Course et musique"). Sauf précision contraire, ce qui est écrit du RS4 s’applique aussi au SC12.

 

1. Packaging

 

Le RS4 est livré, un petit manuel, un câble USB et un paquet de 22 terminaisons (4 paires de 2 tailles + 3 paires étanches, une seule couleur).

 

 

Le Sony contient moins de terminaisons mais vient avec un accessoire qui permet de régler l'arceau (que je n'ai jamais utilisé)

 

Play2Run : 1 Sony : 1

 

2. Prix

 

Le prix fournisseur du SC4 est de 69€ (contre 79€ pour le SC12), la différence provenant je pense de la housse qui n'est pas fournie avec le RS4.

Le Sony est vendu 79€.

 

Play2Run : 2 Sony : 1

 

3. Capacité

 

Les deux lecteurs offrent 4 Go de mémoire (environ 1'000 morceaux).

 

Play2Run : 3 Sony : 2

 

4. Poids

 

Le RS4 pèse 22 g. Le Sony pèse 29 g.

 

Play2Run : 4 Sony : 2

 

5. Look

 

Le RS4 a un look rectangulaire allongé assez semblable à celui de mon ancien Sony (W253) alors que le nouveau Sony (W273) à un look plus compact et brillant. Par ordre de préférence croissant, je mets le W253, le RS4 et le W273.

 

 

 

 

Play2Run : 4.5 Sony : 3

 

6. Tenue

 

Lors de ma première sortie avec le RS4, j'ai été un peu déçu de la tenue. Le casque tenait bien sur la tête, mais après quelques foulées, les écouteurs avaient tendance à sortir légèrement des oreilles, juste assez pour que les basses "s'échappent" et qu'il n'y ait plus que des aigus. En enfonçant à nouveau les écouteurs, les basses revennaient, jusqu'à la prochaine fois... J'ai compris que les terminaisons montées d'usine était celles de petite taille. En les remplaçant par les terminaisons de grande taille, la tenue est nettement améliorée, et on ne se rend même plus compte que l'on à des écouteurs sur la tête.

 

J'aurais quand même apprécié des terminaisons de plus grande taille, telles que celles du Sony qui conviennent parfaitement à la forme de mes oreilles.

 

Le Sony W273 a toujours bien tenu, contrairement à son prédécesseur le W253 qui avait une tenue catastrophique, avec tendance à sortir complètement de l'oreille.

 

A mon avis, la différence de tenue provient de l'angle entre les blocs et les écouteurs, qui est plus prononcé chez Sony (à droite) que chez Play2Run (à gauche).

 

 

 

 

Le RS4 dispose d'articulations entre les écouteurs et l'arceau. Elles possèdent plusieurs degrés de liberté. Par rapport au Sony qui n'est pas articulé, c'est à la fois un avantage et un inconvénient. L'avantage est que le casque s'adapte peut-être à plus de formes de têtes/oreilles, l'inconvénient est qu'à chaque utilisation il faut un peu réajuster les angles, qui peuvent varier quand on enlève ou met le casque voire en appuyant sur les boutons de l'écouteur droit.

 

 

 

 

Play2Run : 5 Sony : 4

 

7. Connectique

 

Le RS4 est livré avec un câble USB qui se branche à un connecteur placé sur l'écouteur. Ce connecteur est protégé par un bouchon vissable qui permet de garantir l'étanchéité du casque. Le bouchon est rendu solidaire à l'écouteur par un cordon qui évite de le perdre. 3 bouchons de rechange sont néanmoins fournis au cas où.

 

 

 

 

Le connecteur n'est pas du format micro USB, mais d'une taille non standard encore plus petite. C'est un peu dommage, car pour être autonome, il faut garder le câble USB avec soi et éviter de le perdre, mais c'est probablement une contrainte requise par la petite taille des écouteurs. Le câble USB est le même pour le RS4 et le SC12.

 

 

 

 

Le Sony W253 utilisait un connecteur USB standard, mais n'était pas étanche. Le Sony W273 nécessite un connecteur propriétaire encombrant qui fait contact avec quatre bornes non recouvertes qui peuvent se salir et perdre leur conductivité.

 

Play2Run : 6 Sony : 4

 

8. Connexion

 

Une fois connectés, aussi bien le RS4 que le Sony sont vus sous Windows comme des disques USB est il est très facile de faire du copier/coller pour transférer de la musique.

 

Play2Run : 7 Sony : 5

 

9. Utilisabilité

 

Habitué à la position des boutons du Sony, il a fallu quelques sorties pour que mes doigts trouvent d'instinct ceux du RS4. Sur le RS4 comme le Sony, les boutons d'avance/recul sont sur la partie inférieure de l'écouteur droit. Pour le volume par contre, ils sont sur la partie supérieure de l'écouteur droit pour le RS4 et la partie inférieure de l'écouteur gauche chez Sony. Je ne vois pas d'avantage particulier à l'un ou l'autre des placements. Sur le RS4, le bouton de recul lance le morceau précédent, alors que pour le Sony, il recommence le morceau en cours si celui-ci joue déjà depuis plus de quelques secondes.

 

 

 

 

Le bouton d'arrêt/marche (appui long) et de pause (appui court) du RS4 se trouve sur la face extérieure de l'écouteur droit.

 

Pour le Sony l'arrêt/marche s'effectue avec un petit bouton sur l'arrière de l'écouteur droit, qui demande une forte pression. La pause se fait avec un autre petit bouton situé tout au bout, sous l'écouteur droit. Si on a le malheur de le maintenir appuyé plus d'une seconde, le Sony part en mode "zapping" qui joue quelques secondes de chaque morceau, ce qui m'énerve chaque fois, car je ne me souviens pas comment sortir de ce mode.

 

Play2Run : 8 Sony : 5

 

10. Navigation

 

Sur le RS4, il n'est possible d'avancer ou de reculer que d'un morceau à la fois. Selon le manuel, un appui long devrait permettre une avance ou un retour "rapides", en pratique j'ai constaté que le son s'arrête et reprend dans le même morceau quand on lâche le bouton. Peut-être que l'on a un peu avancé ou reculé dans le morceau, mais comme on n'entend rien durant la manipulation, difficile de savoir de combien on a avancé ou reculé.

 

C'est pour moi le seul vrai défaut du RS4 : ne pouvoir naviguer que d'un morceau à la fois fait perdre tout l'intérêt de disposer d'une capacité de 1'000 morceaux. A raison d'une seconde pour passer d'un morceau à l'autre, il faudrait appuyer répétitivement sur le bouton pendant plus d'un quart d'heure avant d'atteindre le dernier morceau...

 

Sony permet de créer des répertoires dans la mémoire. Un appui long sur un bouton de navigation saute au prochain répertoire plutôt qu'au prochain morceau. En organisant ses morceaux par répertoires, par exemple 30 répertoires de 30 morceaux, on peut atteindre en quelques clics n'importe quel morceau. Le Sony permet aussi d'utiliser des playlists et de passer de l'une à l'autre (fonction que je n'ai pas utilisée).

 

Play2Run : 8 Sony : 6

 

11. Étanchéité

 

Le RS4 et le Sony W273 permettent tous les deux de nager en écoutant de la musique. Le RS4 fournit des terminaux spécifiques pour utilisation sous l'eau. Je n'ai pas eu l'occasion de tester l'efficacité de cette étanchéité.

 

Play2Run : 9 Sony : 7

 

12. Autonomie

 

Le RS4 annonce une autonomie de 10 heures contre 8 heures pour le Sony. Je n'ai pas eu l'occasion de tester l'exactitude de ces annonces. Les deux modèles disposent d'une batterie interne, non changeable.

 

Play2Run : 10 Sony : 7

 

13. Qualité du son

 

Je ne suis pas un grand mélomane, et il est difficile de faire des tests de double écoute en courant. Les qualités sonores du RS4 et du Sony sont pour moi adéquates, et meilleures que celles de lecteurs que j'avais par le passé. J'aime bien écouter de la musique assez fort, et les deux lecteurs offrent une bonne puissance. Pour des raisons de réglementation européenne, toutes les X heures d'écoute à un volume supérieur à la moyenne, le Sony émet un ennuyeux message d'avertissement qu'il faut quittancer pour remettre le volume plus fort.

 

Comme indiqué plus haut, les basses du RS4 ont tendance à s'échapper si l'écouteur n'est pas placé correctement dans le conduit auditif, phénomène que je n'ai pas constaté pour le Sony.

 

Play2Run : 11 Sony : 8

 

14. Conclusion

 

Par 11 points contre 8, le RS4 sort vainqueur de la comparaison par rapport au Sony. Pour être honnête, les deux modèles sont très semblables et, pour une utilisation sportive, sont d'utilisation bien plus pratique et agréable que les lecteurs mp3 ou smartphones avec écouteurs filaires.

 

Le SC12 m'a convaincu d'utiliser mon smartphone, que j'ai toujours sur moi, aussi comme lecteur de musique.

 

On peut rêver que Play2Run développe dans le futur un lecteur hybride, avec mémoire et Bluetooth, qui combinerait les avantages du RS4 et du SC12 en un unique casque...

Partager cet article

Published by Bob le coureur
commenter cet article
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 18:17

 

1. Introduction

 

Pour les lecteurs fidèles de ce blogs qui me lisaient depuis 2009, mon message un peu enigmatique du 29 mai 2013 laissait entendre la fin de ce blog. En effet, l'effort pour rédiger des CRs de courses était devenu plus elevé que celui pour les courir.

 

J'ai donc décidé de faire un longue pause pour me consacrer à d'autres projets. Le blog n'est pas complètement mort, mais il ne contiendra plus qu'un nombre restreint de CRs et des articles de fond ou sur le matériel, publiés ... quand l'envie m'en prendra.

 

Ce permier article sur le matériel couvre le thème de la musique en course.

 

2. Pourquoi courir avec de la musique ?

 

Sur cette question, on trouve des avis en général assez tranchés. Ceux qui sont farouchement contre, estimant que cela est dangereux et dénature le sport et ceux qui ne s'imagineraient pas courir sans musique.

 

Je suis pour ma part un adepte de la musique en courant et en ai profité dès que la technique l'a permis. Aux allures auxquelles je cours, vers le 1er tiers du peloton, rares sont les coureurs qui comme moi écoutent de la musique en compéttion, alors qu'ils sont plus fréquents à partir de la deuxième moitié du peloton.

 

Je cours en musique pour les raisons suivantes :

 

  1. Le tempo
    Suivant le type d'entraînement ou de compétition, le choix de morceaux de musique appropriés permet à mon organisme de se synchroniser avec le tempo souhaité. Un morceau rapide pour relancer, un morceau lent pour ne pas aller trop vite en récup ou en endurance, un morceau motivant lorsque c'est dur, un hymne à la victoire pour lancer le dernier sprint, etc..
  2. L'ennui
    Lors de sorties longues en solo, on finit vite par s'ennuyer, à mettre un pied devant l'autre, sur un parcours déjà couvert 100 fois. La musique permet de se divertir l'esprit durant ces longs moments, pendant que le corps travaille.
  3. L'isolation
    L'isolation que procure la musique me permet d'être dans ma bulle avant et pendant une compétition, me permettant ainsi de gérer le stress et de me concentrer sur mes objectifs.

 

 

Par contre je m'abstiens de mettre mes écouteurs dans les circonstances suivantes :

 

  1. Les entrainements et sorties en groupe - c'est la moindre des politesses pour les autres coureurs.
  2. Les compétitions de 10km et moins. Dans ces compétitions rapides, j'ai plus besoin d'être "aware" de la course, d'entendre si des coureurs arrivent derrière moi ou si je suis en train de distancer ceux que je viens de dépasser. Pour les compétitions plus longues, la musique m'aide plus comme il faut tenir un certain tempo.
  3. Sur des routes avec du trafic et sans trottoir. Pour des raisons de sécurité évidentes. De même je ne mets jamais de musique lors des sorties à vélo, et je pense que ceux qui le font sont des inconscients.

 

3. Evolution du matériel

 

Préhistoire - Le Sony Walkman MW-4

 

Mes premiers essais pour courir en musique datent des années 80. A cet époque la musique portable avait un nom "walkman". Je possédais en 1983 le Sony MW-4, qui figure sur la photo ci-dessous.

 

 

Comme on peut le voir, il était lourd et encombrant. Il fallait le crocher à une ceinture, qui ne figure pas dans l'équipement sportif du coureur ou le mettre dans une poche de short latérale, où il avait tendance à balancer et taper sur la cuisse. De plus, les chocs de la course influaient sur la vitesse du moteur et la qualité du son.

 

Avec 4 piles "AA" (les rechargeables n'existaient pas à l'époque), il avait une très bonne autonomie et un son puissant. Le nombre de morceaux disponibles était donné par la cassette, en général 90 minutes. Le casque d'écoute tenait fermement sur les oreilles.

 

J'ai très vite abandonné l'idée de courir avec un tel engin. Même si des modèles plus compacts ou prévus pour le sport ont été vendus par la suite, je n'ai pas réessayé. La taille minimale d'un walkman étant celle d'une cassette, il serait toujours trop gros. Pour les mêmes raisons, j'ai ensuite fait l'impasse sur les lecteurs CD portables - bien qu'ils aient résolu le problème des chocs, ils étaient encore plus encombrants.

 

Premier MP3 - Rio PMP-300

 

Avançons en 1998 et le début de la révolution digitale - le premier lecteur de musique portable sans pièce mécanique, de la taille d'un paquet de cigarette. Dès l'annonce de la sortie du Rio PMP-300, j'en ai passé commande et ai été un des premiers en Suisse à posséder un lecteur MP3. A l'époque, ce type de produit s'adressait aux geeks, et dans les catalogues ont les trouvait à la rubrique informatique, section "cartes multimédia", avec les cartes graphiques ou audio pour ordinateurs. C'était 3 ans avant que le 1er iPod ne soit produit - ici encore, crApple n'a rien inventé. Ce modèle restera dans l'histoire, car l'industrie US de la musique a tenté d'en interdire la vente, l'écoute de fichiers MP3 étant pour eux illégale. Un juge en a décidé autrement et la révolution digitale a pu commencer.

 

 

Avec une pile "AA", il avait une autonomie d'une dizaine d'heures. Il pesait 70 grammes. Le premier modèle disposait de 32Mo de mémoire, qui pouvaient être étendus au moyen d'un carte SD. Le mien totalisait 64Mo. Ces capacités peuvent maintenant sembler ridicules, mais à l'époque c'était une vraie révolution et en compressant bien les MP3, c'était suffisant pour durer une sortie de 45 minutes sans devoir réécouter le même morceau. Le connecteur pour charger de la musique était propriétaire et se branchait sur le port parallèle (imprimante) du PC. Le transfert était très lent - l'USB n'avait pas encore été inventé.

 

J'ai commencé à courir avec les écouteurs (oreillettes) fournis en même temps que le PMP300, mais j'ai vite constaté qu'aucun ne tenait dans mes oreilles plus de quelques minutes de course, et je m'énervais à les remettre en place. Je suis donc vite passé à un modèle Phillips avec tour d'oreilles, garantissant un maintien durant toute la sortie.

 

 

 

Rio - Nike psa[play 60

 

Les limites de 32Mo du PMP-300 se sont assez vite fait sentir et en 2001, Nike sort un modèle fabriqué par Rio et conçu pour les sportifs, le psa[play 60, que j'achète dès sa sortie.

 

 

On remarque sa forme ovoïde particulière ainsi que la télécommande intégrée dans le cable du casque. Cette dernière ne survivra pas à plus de quelques sorties, mais comme finalement elle n'était pas indispensable à la bonne écoute et avait plutôt tendance à géner le mouvement, je remplacerai le casque par les écouteurs avec tour d'oreille. Le psa[play était aussi livré avec une bande à mettre autour du biceps comprenant un dispositif pour fixer le lecteur. Bien qu'assez pratique, je n'aime pas trop avoir de la masse supplémentaire sur les bras, et le lecteur s'est assez vite retrouvé dans la poche arrière du jogging.

 

Il pesait 75 grammes et était alimenté par une unique pile "AA". Il disposait de 64Mo de mémoire, extensibles avec l'addition d'une carte jusqu'à 64Mo (total 128Mo). Le transfert avec un PC s'effectuait par un cable USB, mais avec un connecteur spécial qui se branchait à la place de l'entrée du casque qu'on voit sur la photo. Le connecteur spécifique contenait en son centre une prise audio normale, permettant d'utiliser des écouteurs standards.

 

iRiver T10

 

Le modèle suivant sera le T10 d'iRiver, en 2005. Disposant de 512Mo de mémoire, c'est un immense saut de capacité. Je l'ai essentiellement choisi car c'était un des derniers modèles à piles ("AA") changeables plutôt qu'à batterie incorporée. Il était relié au PC au moyen d'un connecteur USB (propriétaire..) protégé des intempéries par une languette en plastique. Le T10 disposait d'un écran couleur (peu utile pour courir) et d'un récepteur de radio FM, jamais utilisé. Sa petite taille, son poids de 49 grammes et ses boutons mécaniques permettaient de l'utiliser facilement à travers la poche arrière du jogging.

 

 

A la même époque, je décidai de remplacer mes écouteurs bon marché à tour d'oreille Phillips pour passer à une qualité supérieure de casque avec le modèle PMX-200 de Sennheiser. Ce casque combine à la fois l'arceau d'un casque et le tour d'oreille, garantissant un maintien parfait avec une qualité d'écoute bien meilleure.

 

 

 

 

Sony Walkman NWZ-W252W

 

Après avoir inventé la musique portable, Sony va amener une nouvelle petite révolution : la musique sans fil ! Et c'est un retour aux sources, puisque la gamme de produits reprend le nom "walkman".

 

Dès la sortie du W252 en 2010, je m'empressai d'acquérir cette nouvelle technologie prometteuse. Comme on le voit sur la photo (ou pas), le lecteur mp3 et le casque ne font qu'un. Il se pilote par de petits boutons placés sur les écouteurs droite et gauche (qu'on ne voit pas sur la photo, ils sont en dessous).

 

 

Dans ma hâte de l'acheter, j'ai commandé le seul modèle disponible, en blanc. Je le regretterai assez vite, car le blanc rend le casque un peu trop apparent à mon goût et le modèle noir devint disponible quelques jours plus tard...

 

 

Il dispose de 2Go de mémoire (que je ne remplirai jamais) et est fourni avec une sorte de piedestal permettant de le charger (batterie intégrée, 11 heures d'écoute) et de le connecter au PC. Le piédestal n'est en fait pas nécessaire, un cable USB standard suffit, le connecteur est protégé par une languette de plastique.

 

Ce modèle présente la particularité d'avoir deux extrémités aimantées, le fait de les réunir éteignant l'appareil.

 

 

 

Malgré son poids plume de 43 grammes, les écouteurs avaient tendance à sortir des oreilles, notamment lors des descentes secouées. En forçant un peu l'angle à la base du cable rigide, la tenue était améliorée mais pas parfaite, et je me suis énervé plusieurs fois à remettre le casque en place au milieu d'une course.

 

Sony Walkman NWZ-W273B

 

Bien que convaincu par le principe du Sony, mais pas par son exécution avec le modèle 252, j'attendais avec impatience son successeur qui sortit début 2013. Et je ne fûs pas déçu. Avec 29 grammes, il est bien plus léger que son prédécesseur et tient fermement dans les oreilles en toutes circonstances. Comme on peut le voir sur la photo, il est conçu sur le même principe que le 252, mais un peu plus court et un peu plus haut, avec une forme moins rectangulaire, le rendant plus discret, et surtout.. noir !

 

 

 

Le W273 contient 4Go de mémoire et est en plus étanche, il peut être utilisé en piscine. Les quatre bandes dorées que l'on voit sur la photo sont en fait le connecteur, qui n'est pas protégé. Il doit être placé sur un receptacle propriétaire relié à un cable USB. Ce n'est pas très pratique, mais c'est probablement le prix à payer pour l'étanchéité.

 

 

4. Conclusion

J'espère que ce rapide tour à travers les âges de la musique portable pour coureurs vous aura intéressé.

 

Le prochain article sera un comparatif détaillé entre le Sony W273 et le play2Run RS4.

 

vs

Partager cet article

Published by Bob le coureur
commenter cet article
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 07:14
Un grand merci à celles et ceux qui ont suivi ce blog pendant 4 ans !

Partager cet article

Published by Bob le coureur
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 17:00

32ème 20 km de Lausanne (10km, meneur d'allure)

Lieu Lausanne Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 27.04.2013 17:00:28
Catégorie Course Infos course
Distance 10.10 kilomètres Dénivelé + 80.4 mètres Dénivelé - -70.0 mètres
Durée Totale 00:44:44 Activité 00:44:44 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:04:26 min/km Allure Max. 00:03:46 min/km Allure Min. 00:05:23 min/km
Météo 11 °C FC Moy. 159 BPM FC Max. 166 BPM
Equipement Asics - T305N-GelDSTrainer 18 (223km)Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (1456km)
Résultats  M45 : 60ème/484 Overall H : 627ème/4137  
  %class: 12% - %tps : +28% %class: 15% - %tps : +41%  
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:19 00:04:19 00:04:19 13.9 2.07
2.00 00:08:34 00:04:15 00:04:15 14.1 2.89
3.00 00:12:51 00:04:16 00:04:17 14.0 -7.50
4.00 00:17:37 00:04:46 00:04:46 12.6 35.19
5.00 00:22:02 00:04:24 00:04:25 13.6 4.30
6.00 00:26:23 00:04:21 00:04:21 13.8 1.00
7.00 00:30:48 00:04:25 00:04:25 13.6 -3.70
8.00 00:35:00 00:04:12 00:04:12 14.3 -31.15
9.00 00:39:34 00:04:34 00:04:34 13.1 -1.05
10.00 00:44:08 00:04:33 00:04:34 13.2 -0.23
10.13 00:44:43 00:00:34 00:04:20 13.9 -1.32

 

Un CR un peu particulier (pour changer), puisqu'il s'agit d'une course courue sans esprit de compétition, mais avec des objectifs très précis. En effet, j'ai eu pour la première fois de ma "carrière" l'occasion d'oeuvrer comme meneur d'allure sur une grande course.
Ce CR, qui sera long, est développé en quatre chapitres, le premier décrivant les motivations qui m'ont amené à faire meneur, le second présente la réflexion sur ce qu'est la "bonne" allure, le troisième raconte la course et le quatrième tire le bilan de l'expérience.

 

 

Motivation

 

Celles et ceux qui lisent régulièrement ce blog se souviennent peut-être que j'ai exprimé à plusieurs reprises mes frustrations par rapport aux meneurs d'allures, plus précisément lors des 20 km de Lausanne 2011, du marathon de Lausanne 2011 et du semi-marathon de Lausanne 2012. Pour ces trois courses, j'ai été dépassé par les meneurs, ce qui a entamé mon moral , tout en finissant en dessous du temps qu'ils étaient sensés tenir.

 

Le pire a été lors des 20 km de 2011, où je visais 1h30 et me suis fait dépassé par le premier meneur à la mi-course, puis par le second au deuxième tiers. Largement distancé, j'ai la surprise de retrouver le 2ème meneur faisant du sur place à 400 mètres de l'arrivée, et de finalement terminer en 1h28.

 

 

Un peu par hasard, j'ai fait part de ma frustration à Philippe Rochat, président du Spiridon romand, qui fournit les meneurs aux 20 km et marathon de Lausanne, ainsi qu'au marathon de Genève. Un peu moins par hasard, j'imagine, je me suis retrouvé inscrit dans la liste de distribution des meneurs d'allure et ai reçu via cette liste, mi-mars 2013 un email indiquant qu'il y avait encore des postes à pourvoir, notamment pour les 20 km.

J'étais à l'époque en pleine préparation du marathon de Milan et nous avions décidé, vu la courte durée (3 semaines) entre le marathon et les 20 km, de nous inscrire à la "petite" course des 10 km, plutôt que d'épuiser sur 20 km nos organismes en pleine récupération.

 

 

J'ai alors eu la réflexion suivante - me connaissant, je vais vouloir faire un bon temps sur les 10 km, et donc m'imposer des entraînements de vitesse après le marathon, alors que je devrais récupérer, et risquer aussi d'être déçu par mon résultat. En faisant meneur d'allure, plus d'objectifs de vitesse, je peux récupérer sereinement. Un autre avantage que je voyais est qu'après 3 mois d'entrainements intensifs, orientés vers un seul but, le marathon, il y avait le risque d'éprouver un "post marathon blues". En ayant ce nouvel objectif dans les semaines qui suivent, je pensais pouvoir y échapper. En fait je n'ai fait que le retarder, car il s'abattra sur moi le lendemain de 10km :(

 

Bien sûr, à part ces raisons personnelles, je tiens surtout à aider d'autres coureurs à atteindre leur objectif en les menant à bon port à une allure optimale.

 

Je me suis donc proposé pour mener sur la distance des 10km, avec une allure amenant les coureurs à l'arrivée en 45 minutes.

 

 

La bonne allure

 

On dit que la critique est aisée, mais l'art est difficile. J'ai plusieurs fois critiqué les meneurs qui m'ont distancé alors que je pensais avoir la bonne allure, c'est à moi maintenant de montrer si je peux mieux faire !

Après quelques recherches sur Internet, je me suis rendu compte qu'il n'y avait aucune information sur comment mener l'allure d'une course - ce doit être un art qui se transmet oralement de coureurs en coureurs...

 

La première question que je me pose est "quel est l'objectif des meneurs d'allure" ?. Le site des 20 km de Lausanne indique :

Pour les coureurs qui se fixent un objectif chronométrique les meneurs d'allure munis de leur oriflamme tiendront un rythme régulier afin d'arriver au temps finaux suivants ...

 

Le site du Spiridon romand indique :

Comment devient ont meneur d’allure et qui peut le devenir? Tout simplement, il faut être un bon marathonien et courir les 42km195 dans un temps inférieur de 15 à 20 minutes à celui demandé de façon à être à l’aise et pouvoir encourager et conseiller les marathoniens et marathoniennes qui se « collent » aux ballons

 

On voit que cela reste très général, j'ai donc essayé d'imaginer plusieurs variantes que je vais décrire ci-dessous.

 

  1. L'allure constante

    C'est la variante la plus évidente. 10 km en 45', cela fait une allure constante de 4'30" au km. C'est d'ailleurs la tabelle qu'avait mon collègue meneur de course.

    Le problème est que si l'allure constante est idéale pour un parcours régulier, elle ne fonctionne pas pour un parcours vallonné comme l'est celui des 10 km. Un coureur "juste" dans les 45' va se griller (et probablement moi aussi) s'il doit faire la montée du Denantou à 4'30". Il faut donc tenir compte des montées et descentes, ce que fait la variante suivante.


                                                                
     
  2. L'allure constante compensée

    Dans cette variante, les montées et descentes donnent un coefficient qui va diminuer, respectivement augmenter l'allure à suivre. Idéalement, ce coefficient pourrait être déterminé en fonction de la pente.

    En pratique c'est bien plus compliqué car on ne peut se contenter de considérer la pente moyenne sur un km - elle peut varier plusieurs fois, dans les deux sens, sur le même km.

    D'autre part, des coureurs qui sont de même niveau sur le plat peuvent présenter des différences en terrain vallonné : certains sont bons grimpeurs, d'autres bons descendeurs - quels coefficients prendre ?

    Un dernier problème est que montées et descentes ne sont pas symétriques : ce qu'on "perd" à la montée ne peut pas être complètement "récupéré" à la descente.  Si on imagine par exemple un 10 km plat, à part le 5ème qui monte et le 6ème qui redescend. Naïvement, on pourrait se fixer une allure de 4'30"/km sur le plat, 5'30"/km pour le km de montée (raide). Cela impliquerait de récupérer durant la descente la minute "perdue" à la montée, soit une allure de 3'30"/km. C'est clairement impossible pour un coureur qui vaut 45' au 10 km. Il faut donc récupérer le temps perdu aussi sur le plat, en y courant par exemple à 4'25"/km. La descente devra lors être courue  à 4'10"/km ce qui est plus réaliste.

    On voit que la notion d'allure régulière est bien difficile à définir dès que le parcours n'est plus plat.
      
  3. Le negative split

    Le negative split consiste à partir à une allure inférieure à l'allure moyenne visée et à terminer plus rapidement.

    L'idée est de ne pas griller toutes ses cartouches au début de la course et pouvoir lancer toutes ses forces alors qu'on est proche de l'arrivée. Il y a aussi un avantage psychologique, qui est de dépasser d'autres concurrents tout au long de la course. Le risque est que si, à mi-course, on ne trouve plus les ressources pour accélérer, le temps "perdu" au début ne peut plus être rattrapé. L'autre inconvénient est de laisser partir devant les autres concurrents, donnant l'impression d'être à la traine, ce qui peut être démoralisant.

    L'allure régulière ou le negative split sont en général des stratégies recommandées, mais souvent difficile à appliquer...

       
     
  4. Le positive split

    Le positive split consiste à partir plus rapidement que l'allure moyenne visée et finir plus lentement. C'est la stratégie "naturelle" de beaucoup de coureurs. En effet, au départ, l'organisme est encore frais et il est facile sur les premiers km de tenir une allure plus élevée que ses capacités, d'autant plus qu'on se laissera entrainer par des coureurs plus rapides. Mais à la mi course, on paiera cet excès et il faudra ralentir pour rejoindre l'arrivée.
             
            
     
  5. Les statistiques

    Plutôt que me lancer dans des calculs compliqués de coefficients de pente, de compensation globale et de split optimal, je suis allé prendre sur Garmin Connect les relevés de courses d'une dizaine de concurrent qui ont terminé l'édition 2012 dans un temps proche de 45'. J'ai ensuite normalisé les allures pour faire comme si tous avaient couru exactement en 45', puis j'ai fait une moyenne et voilà, j'avais la course type.

    Comme je m'y attendais, elle ressemble plus à un positive split qu'à une course "constante compensée". C'est ce tableau d'allure que j'ai imprimé et pris pour la course.
      
     

 

Un dernier point important : il me semble logique qu'un meneur ne tente pas d'atteindre exactement le temps fixé, mais vise un temps légèrement plus rapide. Pourquoi ? Le coureur qui voudrait faire un temps de 45' et qui suivrait scrupuleusement,mais à quelques secondes, les meneurs serait déçu si son temps final était par exemple de 45'03".

 

En ayant quelques secondes d'avance, il permet aux coureurs qui le suivent de finir mieux que la limite symbolique. Il est clair aussi qu'il vaut mieux avoir un peu d'avance pour pouvoir faire face à un imprévu : il est plus facile de ralentir pour pour perdre un trop plein d'avance, que de devoir accélérer parce que l'on est en retard.

 

 

Pour valider mon choix, j'ai voulu auparavant faire une reconnaissance du parcours aux allures que je pensais tenir. Cette reconnaissance n'était pas possible avant le marathon, dont le planning était complet, ni la semaine suivante, pour cause de récup + course des Traînes-Savates, ni la semaine suivante pour cause notamment de travail. Le seul jour qui me soit resté a été le dimanche matin, 6 jours avant les 20 km, soit le lendemain de la course des castors..

 

Je me suis rendu compte assez vite que je n'étais pas au meilleur de ma forme, j'étais presqu'à ma limite sur les 3 premiers km et en retard sur mes temps prévus. En fait, je n'ai pas énormément de marge, j'ai constaté en rédigeant ce blog que mon meilleur temps sur ce parcours était de 43 min, et c'était il y a 10 ans, alors que je m'imaginais l'avoir déjà couru en 41 minutes..

 

Heureusement, dès le 3ème km et la montée du Denantou, je reprends du poil de la bête, récupère régulièrement les secondes perdues et termine dans le temps imparti, sans avoir forcé. Ceci m'a quand même un peu inquiété, ces 45 minutes ne seront pas une partie de plaisir, Par contre, comme je n'ai pas beaucoup de marge, il y a moins de risques que j'aille beaucoup trop vite ou trop lentement...

 

 

La tableau suivant montre les allures au km possibles pour les 5 variantes ainsi que les allures effectives lors de la reconnaissance et lors de la course elle-même. Notez que pour la course, les allures sont différentes de celles du tableau en début de blog : je les ai normalisées par rapport à une distance de 10km exactement, plutôt que les 10.10 km mesurés.

 

En bleu, la variante "statistiques" que j'avais imprimée et tenue dans ma main pendant la reconnaissance et la course. Pour les deux dernières colonnes, les allures sont en noir quand elles sont à 5 secondes ou moins de l'objectif. Orange indique les allures trop lentes de plus de 5 secondes et vert celles trop rapides de plus de 5 secondes.

 

La course

 

Comme je m'étais déjà inscrit aux 10 km, cela a causé quelques problèmes, car j'avais indiqué un objectif de 43 minutes. Il a été rectifié à 45 minutes. Ensuite, lors de la répartition des coureurs dans les blocs, mon collègue et moi-même avons été mis dans le 2ème bloc, alors que les coureurs ayant annoncé 46 minutes et mieux avaient été attribués au 1er bloc. Ca ne faisait pas de sens - un coup de téléphone à l'organisation a permis de corriger la situation, mais changement de bloc implique changement de dossard et, pendant un jour, je me suis retrouvé avec deux numéros de dossards différents.

 

 

Comme chaque année, nous nous rendons au stade de Coubertin le vendredi soir pour prendre à l'avance nos dossards. Après avoir fait la queue dans la file qui correspond à notre nom, j'ai la mauvaise surprise d'apprendre qu'ils n'ont pas mon dossard. La personne responsable m'indique d'aller dans la file des dossards groupés. Pendant que je j'attends dans cette file, qui encore plus longue que la première, Linda se rend au bureau des problèmes. On lui dira que les dossards des meneurs seront distribués par Philippe Rochat, juste avant la course, ce dont personne n'avait pensé à m'informer :(

 

Comme la météo l'avait annoncé, cette édition des 20 km sera fraiche et pluvieuse, ce qui contrastera avec l'édition 2012, où de nombreux coureurs avaient souffert de la chaleur. Un canon à neige avait même été installé à la vallée de la jeunesse, il restera éteint cette année.

 

 

Cette 32ème édition marque un grand record, puisque la barre des 20'000 inscrits est non seulement franchie, mais pulvérisée, avec 21'500 inscriptions. Le temps plutôt hivernal aura néanmoins raison d'une partie des bonnes volontés, car ce ne seront que 85% des inscrits qui se présenteront effectivement au départ.

 

Nous avons décidé de nous rendre à la course par les transports publics, inutile même de penser y aller en voiture, et surtout d'en revenir.

 

 

Une bonne partie de la ville sera bouclée, plusieurs lignes des TL déviées. Nous avons la chance de prendre le dernier bus 6 qui descend à la Maladière, avant que cette ligne ne soit fermée, car elle emprunte un partie du trajet que nous allons parcourir plus tard.

 

 

La zone de la course est noire de monde et les zones herbeuses déjà transformées en champ de boue. Pourtant il n'a pas plu pendant les courses du matin et du début d'après-midi - la pluie est annoncée pour notre course à 17 heures.

 

Nous allons à l'avance valider notre course pour le Défi Sportif lausannois. Je quitte ensuite Linda pour aller à la réunion des meneurs, à 16 heures. Je me retrouve dans le vestiaire des entraineurs, qui nous est réservé, C'est le grand luxe - alors que des milliers de personnes sont dehors au froid, noua avons un vestiaire et deux douches pour 10 ! Je fais la connaissance de Desta, qui sera mon collègue pour les 45 minutes. J'ai la surprise de le reconnaitre - c'est lui qui était le second meneur des 20 km de 2011, dont j'ai parlé plus haut et c'est indirectement grâce à lui que je suis ici ! La boucle est bouclée...

 

Philippe Rochat procède à un petit speech qui nous rappelle l'importance de notre mission et distribue les dossards en rappelant les objectifs. La répartition par bloc est rappelée - avec Desta, nous serons dans le premier bloc, mais comme ceux qui se sont inscrits en 45' y seront les plus lents, nous partirons à l'arrière du bloc. Il y a tellement d'inscrits (7'800) sur les 10 km que 8 blocs ont du être constitués. Les coureurs ayant annoncé un temps de 60 minutes sont répartis sur trois (!) blocs consécutifs et chacun aura un meneur en 60'.

 

Nous recevons ensuite les oriflammes. Ils se fixent au moyen de deux sangles, une se portant à la hauteur de la taille, l'autre à la hauteur de la poitrine. L'arrière de chaque sangle comprend un petit conduit dans lequel viendra s'enfiler la tige rigide de l'oriflamme. Pour la sangle du bas, le conduit est fermé à une extrémité, pour que la tige ne descende pas plus bas. Bien que les oriflammes soient bien plus classe, les autres meneurs m'avoueront préférer les ballons, je comprendrai pourquoi plus tard.

 

 

Quant aux dossards, nous en recevrons deux, un normal avec notre numéro, l'autre spécial avec notre allure qu'il faudra fixer à l'arrière. Alors qu'avec l'habitude des courses il m'est facile de fixer le dossard avant, il me faudra enlever mon T-Shirt et plusieurs essais avant que le dossard arrière ne soit fixé à satisfaction.

 

 

Le temps avance, il ne reste qu'une demi-heure avant la course. Nous quittons le doux cocon de notre vestiaire pour aller retrouver la foule et le froid. Avec Desta, nous nous rendons sur le terrain de foot qui jouxte le stade pour nous y échauffer. Un des autres meneurs que nous y retrouvons fixera mon oriflamme (que je tenais dans la main jusqu'à présent), car il n'est pas possible de l'enfiler tout seul. Comme les sangles sont sous mon T-Shirt, la tige passe aussi à l'intérieur et ressort au niveau du col, en le tirant en arrière, ce qui fait pression sur la glotte. C'est un peu désagréable au début, mais on s'y fait rapidement.

 

En m'échauffant, je rencontre des coureurs connus et à force de discuter je m'éloigne du groupe des meneurs.

Plusieurs coureurs m'abordent et me posent des questions. Un gars me dit qu'il veut courir en 43' et me demande s'il doit me suivre. Je suis tellement surpris par la question que je n'ai rien d'autre de spirituel à lui répondre que non, s'il veut faire 43', il doit courir devant moi !?!

 

L'heure avance et après 4 accélérations je retrouve Desta. Au lieu de sortir du terrain de foot par les côtés ouverts, nous traversons le grillage par l'ouverture qui fait 1m de haut. Ce sera une mauvaise idée, car dans l'opération nous avons plié les tiges de nos oriflammes, qui nous causeront des problèmes pendant la course.

 

Comme demandé, nous nous plaçons à l'arrière du premier bloc, environ 10 rangs avant la fin. Nos oriflammes ont tendance à pencher à gauche puis à droite puis devant nous, manquant de frapper les autres coureurs. J'espère qu'elles se redresseront pendant la course.

 

Sans aller trop dans le détail, nous nous mettons d'accord sur notre stratégie - tenir 4'20" sur les 3 premiers km plats, puis voir venir pour la suite, en fonction de l'avance ou du retard sur les temps de passage. Desta m'indique qu'il préfère prendre 20 à 30 secondes d'avance à la mi-course, pour avoir de la marge sur la fin. C'est lui le meneur expérimenté, je vais m'y conformer.

 

Depuis la sortie du vestiaire j'ai un trac énorme, que je n'avais plus éprouvé depuis mes premières courses, il y a pas mal d'années. Courir pour soi est une chose, mais courir pour d'autres qui comptent sur moi me met une énorme pression, je ne veux pas les décevoir ou leur faire manquer leur objectif.

 

A 17h00, le départ est lancé. Comme nous sommes en fin de bloc, il faudra plusieurs secondes avant de pouvoir nous mettre en marche, et ce n'est que sous l'arche de départ que nous pourrons commencer à courir. En passant sous l'arche, je m'apprête à lancer mon chrono, mais je constate qu'il n'y a pas de tapis. J'avance encore quelques mètres. et toujours pas de tapis, il y a tellement de coureurs que je ne vois pas à plus de 2 mètres devant moi. Un peu paniqué, je me dis que j'ai dû manquer le tapis et je lance mon chrono. Finalement, au moins 30 m après le départ, je passe sur ce qui ressemble à un tapis..

 

 

A l'arrière, le peloton est compact est nous devons péniblement nous frayer un passage en zigzaguant pour dépasser les coureurs les plus lents afin de tenir notre allure. Un pointage sur le classement me montrera que 20% des coureurs du 1er bloc ont couru en plus de 46' et ont donc présumé de leurs capacités en s'inscrivant. Impossible dans ces conditions de progresser de front à deux, nous perdons le contact plusieurs fois pour nous retrouver quand  la densité le permet.

 

Nous passons au 1er km avec 10 secondes de retard sur le plan, mais nous avons maintenant un peu plus d'air pour pouvoir tenir notre allure de croisière. Je m'apprête à dépasser Philippe et crie "Piste !" (private joke). Mais en le doublant, ma cheville gauche se dérobe. Je la reprend in extremis, il n'y a pas de dégats, mais c'était moins une. Il faut que je me concentre.

 

Les 2ème et 3ème km se passent sans problème, nous tenons notre allure de 4'20" et continuons à doubler des coureurs.

 

Nous tournons à la tour Haldimand et attaquons la principale difficulté, la montée du Denantou. Desta prend les devants et je le suis à quelques mètres. Je constate que l'allure est trop soutenue, nous sommes à 4'45/km, alors que j'avais prévu 5'/km. J'indique à Desta de ralentir, ce qu'il fait, mais pas assez à mon goût. Je décide de rester 10 mètres derrière.

 

La montée passée, nous relançons depuis la petite descente qui précède la Croix d'Ouchy et atteignons la mi-course en 22'14", soit avec 15" d'avance, ce qui est plutôt bon.

 

 

Peu après se trouve l'unique ravitaillement. Bien que la température ne le nécessite pas et que la pluie annoncée commence à tomber, nous effectuons un ravitaillement "volant", pour donner l'exemple. Je bois une gorgée et passe mon gobelet à un coureur à ma droite, comme je l'avais vu faire par les meneurs au marathon de Milan ;-)

 

Nous tenons maintenant une allure proche de 4'30/km, légèrement plus rapide.

 

A la fin de l'avenue de Cour se trouve une petite montée, qui se passe sans encombres - j'ai incité Desta à y ralentir un peu. Comme le parcours se rétrécit à partir de cet endroit, je passe devant Desta. J'angoisse un peu avant le virage en épingle qui nous amène à la vallée de la Jeunesse, mais je prends très large, pas de problème.

 

A la descente qui suit, je m'aligne sur le rythme des autres coureurs et prends quelques mètres à Desta. Je ne voulais pas ralentir à cet endroit et forcer les autres coureurs à m'éviter.

 

Desta me reprend à la petite montée du giratoire de la Maladière. Ce 8ème km sera évidemment le plus rapide, en 4'15". Nous passons devant la foule massée aux environs du stade et tournons pour attaquer la petite montée de la route de Vidy, que je connais par coeur pour y avoir fait des dizaines de 1'000m à pleine vitesse.

 

Au sommet de la montée, nous nous retournons pour constater que nous sommes tout seuls ! Emportés par l'élan de la descente, nous avons franchi la montée sans ralentir alors que les coureurs qui nous suivent y ont tiré la langue.

 

Desta me fait signe de continuer, alors qu'il va ralentir pour attendre ceux qui sont "juste". Je pars donc devant pour les deux derniers km, mais je vais aussi ralentir l'allure à 4'37/km, car nous avons près de 30 secondes d'avance.

 

J'encourage tous les coureurs à mes côtés à prendre leur envol pour terminer en beauté et ai le plaisir (pour une fois !) de me faire dépasser par Yves qui revient progressivement aux affaires, après un début de saison compromis par une méchante entorse.

 

Sur la descente qui précède l'arrivée au stade, je contrôle plusieurs fois que mon évaluation du temps est correcte et que je vais finir dans l'objectif avec mon allure maintenant réduite.

 

Sur le stade, je me mets dans une des pistes extérieures et encourage le groupe qui me suivait et qui maintenant sprinte pour dépasser le meneur !

 

Je passe tranquillement la ligne d'arrivée et ai droit à la bise de la part d'une concurrente (aussi blogeuse, cf le lien vers "le monde de Minouche" dans la colonne droite de ce blog). Desta arrive quelques secondes après moi, avec un autre groupe. D'autres concurrents viendront me remercier ou me simplement me gratifieront d'une tape amicale. Une concurrente demandera à son copain de la prendre en photo à mes côtés.

 

Bilan

 

Je tire de cette première expérience un bilan très positif, les objectifs de temps et de régularité ont été bien tenus et je pense avoir été utile pour un certain nombre de coureurs et coureuses.

 

Quand j'ai terminé la course, ma Garmin indiquait 44'45", ce qui est le temps que je visais, mais j'ai été un peu surpris et déçu en voyant mon temps officiel de 44'37", un peu trop rapide.

 

La différence vient du fait que j'ai démarré mon chrono peu après l'arche de départ et bien avant le tapis, mais il fallait bien pour la suite que je base mon allure sur la seule référence que j'avais, ma Garmin. Sachant que nous sommes partis de la fin du bloc, il est aussi préférable que nous soyons allé plus vite, car les coureurs partis en début de bloc et qui nous auraient ensuite suivi auraient eu un temps supérieur à 45'.

 

 

Si je devais le refaire, j'irais un peu moins vite à la montée du Denantou et ralentirai un peu moins sur les deux derniers km, mais je chipote ici pour une dizaine de secondes.

 

Au vestiaire, je débriefe avec Desta, qui dira cette phrase pleine de sens, que j'ai déjà entendu des coachs du Footing : "Quoi que tu fasses, tu iras toujours trop vite pour quelqu'un et trop lentement pour quelqu'un d'autre".

 

Mon seul regret est d'avoir finalement très peu communiqué et pas du tout conseillé les coureurs qui me suivaient. J'avais l'oeil rivé sur l'allure affichée par ma Garmin et n'ai jamais vraiment regardé derrière moi. Ceci dit, Desta, plus expérimenté que moi, n'a pas eu non plus beaucoup d'occasions de communiquer. Je pense qu'à l'allure pour laquelle nous avons mené, tous les participants sont concentrés sur leur course et il n'y a pas vraiment de bon moment pour discuter.

 

Je vous fais grâce des commentaires sur mon classement, qui n'est pas significatif.

 

Linda, qui partait dans le 2ème bloc était venue sans ambition, toujours en récupération de Milan, et a finalement terminé en moins de 47', ce qui lui a valu la 5ème place. C'est excellent, sachant qu'il y avait près de 300 concurrentes dans sa catégorie et elle regrette de ne pas être allée à fond, car elle était à 45 secondes du podium ! Elle est 90ème femme sur près de 3'000.

 

 

Pour terminer, je ne peux que recommander aux coureurs expérimentés de tenter une fois l'expérience de meneur d'allure, c'est très gratifiant et permet de voir une course sous un autre angle.

 

Cadeau souvenir : une médaille, un T-shirt technique et un T-shirt de staff (comme meneur d'allure).

 

 

Télévision

RTS Un - 1245 du 27.04.2013

RTS Un - 1930 du 27.04.2013

RTS Deux - Sport Dernière du 27.04.2013

La Télé - Sports du 29.04.2013

La Télé - C'est arrivé près de chez vous du 01.05.2013

 

Presse

 

 

Annonces dans le 24 heures en mars et avril 2013

24 heures du 23.04.2013

24 heures Web du 22.04.2013

24 heures Web du 27.04.2013

20 Minutes Web du 27.04.2013

La Côte Web du 27.04.2013

24 heures du 29.04.2013

20 Minutes du 29.04.2013

Partager cet article

Published by Bob le coureur
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 16:30

3ème course des castors

Crissier-logo 

"
Lieu Crissier Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 20.04.2013 16:29:58
Catégorie Course Infos course
Distance 9.35 kilomètres Dénivelé + 92.1 mètres Dénivelé - -96.2 mètres
Durée Totale 00:43:54 Activité 00:43:53 Pause 00:00:01
Allure Moy. 00:04:41 min/km Allure Max. 00:03:39 min/km Allure Min. 00:08:30 min/km
Météo 8 °C FC Moy. 162 BPM FC Max. 171 BPM
Equipement Aptonia-S300Aptonia - S300 (207km)Asics-T110N-190-Gel-DS-Trainer-16Asics - T110N190-GelDSTrainer 16 (578km)Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (1435km)Sony - NWZ-W273B (255km)
Résultats  M47 : 4ème/8 Overall H : 14ème/29  
  %class: 50% - %tps : +6% %class: 48% - %tps : +18%  
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:42 00:04:41 00:04:42 12.8 27.06
2.00 00:09:28 00:04:45 00:04:46 12.6 8.54
3.00 00:13:31 00:04:02 00:04:03 14.8 -18.77
4.00 00:17:50 00:04:19 00:04:19 13.9 -24.87
5.00 00:23:17 00:05:26 00:05:27 11.0 -0.24
6.00 00:28:24 00:05:06 00:05:07 11.7 24.33
7.00 00:32:59 00:04:34 00:04:35 13.1 18.98
8.00 00:36:55 00:03:55 00:03:56 15.3 -32.82
9.00 00:42:09 00:05:14 00:05:14 11.5 -13.21
9.38 00:43:56 00:01:47 00:04:43 12.7 14.23

3ème participation pour cette course qui en est à sa 3ème édition, un sans faute pour le moment. Je rappellerai juste que cette course est organisée par la Jeunesse de la Sorge, qui mobilise ses forces jeunes et vives pour cet évènement. Pour plus d'info et le parcours, je vous renvoie au CR de l'année passée,  Course des castors 2012.

 

Pour être honnête, je ne suis pas très motivé à participer à cette course, car après le marathon d'il y deux semaines, la course de Traîne-Savates il y a une semaine et les 20km de Lausanne dans une semaine, j'aurai bien aimé avoir un weekend tranquille !

 

 

Linda travaillant tout le weekend, c'est avec Teresa que je me rends à Crissier. Le ciel est couvert et la température a baissé de 10°C en à peine deux jours, pas très réjouissant.

Avec ma faible motivation, je ne m'étais même pas inscrit à l'avance, nous allons donc nous inscrire sur place.

 

J'y retrouve Max, qui a pris la photo ci-dessous. Il a déjà couru sur la distance de 4.7 km et y a fait un podium ! Il attend Nathalie dont la compétition de walking est en cours, et qui finira aussi sur le podium.

 

 

Rejoints par Ricco, Teresa et moi allons nous échauffer. Nous croisons l'équipe d'Yverdon, de sérieux concurrents !

 

Malgré la température fraiche, je me suis mis en court, mais pour le moment, je supporte bien ma veste ! Il souffle une belle bise, que contrairement à 2012 nous allons avoir de face à la montée.

 

Après avoir posé nos vestes, nous nous rendons sur la ligne de départ. J'y retrouve Roger, un coureur qui participe au Trophée, et de force similaire à la mienne. Je vais essayer de le suivre. Comme en 2012, on ne peut pas dire qu'il y ait grande foule à cette course, mais il y a quelques bons coureurs,

A 16h30, le départ et lancé. Comme je n'ai pas d'objectif, je pars tranquillement. Après la petite descente qui débute la course, nous attaquons la montée. Comme prévu, la bise nous souffle de face. Je me rabats derrière un autre coureur qui va m'abriter sur le secteur le plus exposé. Je dépasse Roger qui doit s'arrêter pour une problème de lacet.

 

Après la partie la plus raide de la montée, je dépasse le coureur qui m'a servi d'écran. Le peloton s'allonge et les places sont presque établies. J'ai un coureur au maillot noir et blanc en point de mire, puis Patrick, plus loin devant.

 

Au point culminant se trouve le ravitaillement où je ne m'arrête pas, vu la température fraiche. J'accélère pour la descente qui suit, mais pas trop car il ne faut pas s'épuiser, il y encore des difficultés à venir.

 

 

Je suis surpris d'être dépassé par Roger qui déboule à toute vitesse, j'ai l'impression de faire du surplace. Je le vois prendre de l'avance, dépasser l'homme en noir et blanc et arriver presque à la hauteur de Patrick.

 

Pour ma part, je me rapproche aussi insensiblement de l'homme en noir et blanc. Alors que la descente se termine, nous quittons la route pour arriver sur un sentier forestier. Je ne suis plus qu'à une vingtaine de mètres du concurrent devant moi. Dès le premier becquet, je le rattrape et le dépasse, il avait l'air complètement scotché dans la montée.

 

Il me suit sur le plat qui vient ensuite, mais je le distancerai définitivement sur la terrible dernière montée du premier tour. Je n'ai plus l'habitude de grimper ainsi et je ne me souvenais pas que c'était aussi dur.

 

C'est avec des jambes en coton que j'aborde la boucle presque plate qui amène à l'arrivée. J'ai toujours Roger, puis Patrick en ligne de mire, mais ils ont 50 à 100 mètres d'avance, ce sera difficile d'aller les chercher, à moins d'une grosse défaillance.

 

Pour la montée du deuxième tour, je n'ai plus personne pour m'abriter et je prends toute la bise de face. La distance avec Roger et Patrick n'augmente pas, mais ne diminue pas non plus. Je fais à nouveau impasse sur le ravitaillement.

 

A la descente, je m'attends à ce que Roger me distance comme au premier tour, mais ce n'est pas le cas, au contraire, j'ai l'impression de reprendre un peu de terrain. Je me dis que j'ai peut-être une chance de le rattraper sur la dernière montée et j'accélère...

 

 

Dans la forêt, je ne le vois qu'au hasard des virages et je ne sais pas si je me rapproche toujours. Je passe le premier becquet sans trop ralentir et j'ai la tête qui tourne au sommet, en raison de la violence de l'effort. A la dernière montée, je lâche un gros juron en passant devant les supporters du Footing, tellement c'est dur. Je vois Roger tourner au sommet - mon forcing m'a permis de reprendre une bonne partie de mon retard, mais ce ne sera pas suffisant.

 

Sur la dernière boucle ramenant à l'arrivée, je jette un coup d'oeil pour voir si je suis menacé par derrière. Ce n'est pas le cas et je relâche l'effort jusqu'à l'arrivée.

 

Contrairement aux éditions précédentes où j'avais terminé sur le podium, je suis 4ème de ma catégorie cette année. Ceci me vaudra quand même d'être appelé à la remise des prix et de recevoir une médaille .. en chocolat. En fait ce prix est bien plus sympa que les bons d'achats reçus par les 3 premiers.  Au niveau temps, j'ai amélioré de plus de deux minutes mon résultat de 2012 et de quelques secondes celui de 2011. Mais difficile de comparer avec 2011, car le parcours a été en partie modifié entretemps.

Nous attendons la remise des prix qui, comme chaque année, se fait attendre. J'ai mis un maillot sec et une veste coupe-vent, mais je n'ai que mes shorts et cette attente se fait loooongue car je suis transi de froid.

Ricco finira 1er de ma catégorie et me ramènera chez moi après le souper organisé par Patrick 3ème et son épouse Elizabeth, 2ème. Roger, plus jeune, n'aura pas de podium. Teresa finira aussi 1ère de sa catégorie et 3ème femme, une belle récolte pour le Footing Club !

Cadeau souvenir : un sac

Prix : une médaille en choocolat

 

Partager cet article

Published by Bob le coureur
commenter cet article
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 21:39

OverBlog, l'hébergeur de ce blog ayant décidé de "relooker" le site, il risque d'y avoir des perturbations dans les jours à venir, car la nouvelle version n'est pas encore très stable,

 

Partager cet article

Published by Bob le coureur
commenter cet article

Garmin Connect

Retrouvez toute mes sorties sur Garmin Connect Garmin Connect

(Un compte Garmin Connect est requis)

Recherche

Catégories

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -