Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Bob le coureur
  • Bob le coureur
  • : Activités de Bob le coureur en rapport avec la course à pied : entraînements, course, bobos...
  • Contact

Résultats 2014

Date Course Dist Temps Classement
        M50 Overl TL
05.07 Lac de Joux   12.7 55'18 3/59 321/293  
22.06 Lutry  TL09 10.0 42'22 8/24 43/128 2/34
13.06 Romanel  TL08 10.4 45'21 5/30 34/137 1/34
07.06 Savigny  TL07 9.3 41'50 7/42 61/2481 1/32
01.06 Semi Fribourg 21.1 1h33'18 11/127 88/632  
23.05 Pully  TL06 10.3 46'02 7/42 61/245 1/30
03.05 Nozon  TL05 13.3 1h14'14 11/55 81/274 1/28
26.04 20 Km LS  DL 20.0 1h26'23 27/248 339/2869  
12.04 Cheseaux  TL04 10.3 42'10 14/145 94/723 2/28
05.04 Bambi  TL03 7.5 31'28 3/28 22/128 2/26
22.03 Chavannes  TL02 6.0 28'18 9/19 41/101 4/21
15.03 Kerzers   15.0 1h05'18 74/490 770/5531  
02.03 CS Cross ZH   6.0 25'39 5/7 45/58  
18.01 Cross LS  TL01 8.0 34'28 22/59 103/251 5/17


5 courses
Total :  744 km - 158h  (vélo   250 km)
Décembre   :      km (vélo     km)
Novembre   :      km (vélo     km)
Octobre    :      km (vélo     km)
Septembre  :      km (vélo     km)
Août       :      km (vélo     km)
Juillet    :      km (vélo     km)
Juin       :      km (vélo     km)
Mai        :      km (vélo     km)

Avril      :   96 km (vélo   0 km)
Mars       :  296 km (vélo  54 km)
Février    :  202 km (vélo  30 km)
Janvier    :  160 km (vélo 165 km)

TL = Trophée lausannois   GT = Galops du terroir
DL = Défi sportif lausannois

Courses à venir

Courses à venir 2014

TL = Trophée lausannois   GT = Galops du terroir
D = Défi sportif lausannois

Date Course Dist Parc Site Inscr Res13
26.04 20km Lausanne DL 20.0
10.0

03.05

Nozon TL5 13.3
22.05 Tour Sauvabelin 5.0
23.05 Pully TL6 10.0
24.05 Journée du véloDL 100.0
07.06 Savigny TL7 9.7
13.06 Romanel TL8 10.2

18.06

Goumoens GT4 10.0

21.06

Marche romande DL 30.0
22.06 Lutry TL9 10.0
04.07 Ecublens 10.0

05.07

Lac Joux GT6 12.0
24.0

06.07

Rochers Naye 7.0

27.07

Plans - Névé 7.0

01.08

Carrouge 7.0

10.08

Sierre-Zinal 31.0
06.09 Bussigny TL10 11.7
13.09 Semi Orbe GT8 11.6
20.09 Vulliens 10.6
24.09 Piste YverdonGT9 5.0
27.09 Renens TL11 9.7
04.10 24h de natation DL 2.0
05.10 Morat-Fribourg 17.17
12.10 Poznan 42.2
26.10 Marathon
Lausanne DL 
10.0
21.1
42.2
08.11 Forcethon
Talent TL12
12.0
29.11 Prilly TL13 9.8
14.12 Midnight Run
Lausanne DL
5.0
7.5

 

Résultats 2013

Date Course Dist Temps Classement
        M40 Overl TL
14.12 Midnight Run DL 7.2 30'41 21/130 90/552  
07.12 Escalade 7.2 30'01 230/2185 984/793  
01.12 Cross Monthey 8.3 42'09 10/23 21/38  
23.11 Prilly TL13 8.5 35'38 24/60 69/203 12/49
09.11 Talent TL12 12.1 55'37 21/60 52/199 12/49
27.10 Semi Lausanne DL 21.2 1h35'54 106/833 903/5264  
06.10 Morat-Fribourg 17.4 1h18'34 106/833 903/5264  
28.09 Taleines 10.0 47'40 18/33 32/57  
21.09 Renens TL11 9.7 42.20 15/49 40/156 19/49
18.09 5km Yverdon GT 5.0 20'26 7/11 19/33  
25.08 Triathlon LS relais 0.5
21.0
5.0
1h16'09   5/37  
06.07 Ecublens TL10 10.0 Aband     21/49
23.06 Lutry TL08 10.0 42'36 15/39 45/121 18/49
22.06 Marche romande DL 17.5 2h59'22      
14.06 Romanel TL07 10.2 Aband     22/48
01.06 Savigny TL06 9.3 41'37 14/49 44/169 12/48
24.05 Pully TL05 10.0 47'42 26/81 85/264 18/46
04.05 CO Benenté DL 8.3 1h39'45   16/30  
27.04 10km Lausanne DL 10.0 44'37 60/484 627/4137  
20.04 Crissier 9.4 43'54 50/244 155/750 19/43
13.04 Cheseaux TL04 10.3 44'35 50/244 155/750 19/43
07.04 Milan 42.6 3h16'50 117/687 519/ 3116  
25.03 Chavannes TL02 6.0 28'18 22/40 50/126 23/39
20.03 Kerzers 15.0 1h05'52 118/583 689/ 3250  
19.01 Cross LS TL01 8.0 -     21/27


24 courses
Total :  1'778 km - 158h  (vélo   1'562 km)
Décembre   :  141 km (vélo   0 km)
Novembre   :  152 km (vélo   0 km)
Octobre    :  215 km (vélo  48 km)
Septembre  :  206 km (vélo 157 km)
Août       :   73 km (vélo 229 km)
Juillet    :   12 km (vélo 660 km)
Juin       :  118 km (vélo 261 km)
Mai        :  103 km (vélo  44 km)

Avril      :  158 km (vélo   0 km)
Mars       :  270 km (vélo   0 km)
Février    :  167 km (vélo  64 km)
Janvier    :  160 km (vélo 100 km)

TL = Trophée lausannois   GT = Galops du terroir
DL = Défi sportif lausannois

Anciens Résultats

Résultats 2012

Date Course Dist Temps Classement
        M40 Overl TL
15.12 Midnight Run DL 7.0 29'47 48/373 51/449  
24.11 Prilly TL13 8.5 34'00 15/54 36/168 11/52
17.11 One World Run 5.0 19'53 1/~4 1/~25  
10.11 Talent TL12 11.9 53'04 14/51 35/161 11/52
28.10 Semi Lausanne DL 21.1 1'29'55 49/834 218/2579   4/4
07.10 Morat-Fribourg 17.4 1h18'39 94/746 708/4602  
06.10 24h natation DL 2.0 50'00     3/4
22.09 Renens TL11 9.8 40'30 15/57 24/131 12/52
19.09 Yverdon 5k GT09 5.0 19'21 6/12 20/47 ?/??
09.09 Lutry TL10 10.0 41'30 9/43 24/131 12/52
26.08 Triathlon LS 21.8 43'18 4/38 18/138  
01.08 Carrouge 6.6 32'00   9/31  
14.07 Ecublens TL08 9.7 43'40 14/39 43/138 10/52
30.06 Lac de Joux GT06 12.9 57'59 4/42 13/156 ?/??
23.06 Marche romandeDL 30.0 3h06'37       2/4
08.06 Romanel TL07 10.4 44'07 13/47 33/145 8/52
02.06 Savigny TL06 9.7 42'01 13/54 35/157 6/51
31.05 Tour Sauvabelin 5.0 24'00 6/20 27/92  
25.05 Pully TL05 10.2 43'31 27/85 76/283 6/50
19.05 CO Sauvabel DL 8.5 1h23'16   19/51   1/4
28.04 10km Lausanne DL 10.0 43'23 27/45 277/3663  
21.04 Crissier 9.4 46'15 3/5 8/15  
14.04 Cheseaux TL04 10.4 45'30 58/196 187/651 8/49
31.03 Bambi TL03 7.6 34'57 25/44 66/145 8/47
24.03 Chavannes TL02 6.0 30'08 24/45 69/143 10/44
14.01 Cross LS TL01 8.0 33'07 31/59 113/238 9/33


26 courses
Total :  1754 km - 220h  (vélo   1204 km)
Décembre   :  100 km (vélo  67 km)
Novembre   :  166 km (vélo   0 km)
Octobre    :  192 km (vélo  42 km)
Septembre  :  167 km (vélo 108 km)
Août       :  121 km (vélo 505 km)
Juillet    :  172 km (vélo 103 km)
Juin       :  202 km (vélo  98 km)
Mai        :  218 km (vélo  40 km)
Avril      :  157 km (vélo   0 km)
Mars       :   60 km (vélo  82 km)
Février    :   54 km (vélo  97 km)
Janvier    :  144 km (vélo  63 km)

TL = Trophée lausannois   GT = Galops du terroir
DL = Défi sportif lausannois

Résultats 2011

Date Course Dist Temps Classement
        M40 Overl  TL 
17.12 Midnight  DL 7.5 34'38 134/397 153/587 5/5
10.12 One World Run 5.0 20'19 1/9 1/15  
26.11 Prilly TL13 10.0 42'28 22/58 60/176 12/60
12.11 Talent TL12 12.0 - -/51 -/151 12/60
06.11 Wasimolo GT08 11.2 59'17 34/78 81/222 12/15
30.10 Marathon  LS  DL 42.2 3h29'46 97/400 256/1057 5/5
15.10 Coupe Gd Jorat DL 14.2 3h07'   13/21 4/5
09.10 24h natation DL 4.0 1h46'     3/5
02.10 Morat-Fribourg 17.17 1h16'17 83/715 637/4659  
24.09 Renens TL11 9.7 41'34 11/46 35/156 10/60
21.09 5k Yverdon GT07 5.0 19'56 6/8 12/28 13/60
11.09 Lutry TL10 10.0 43'00 17/56 35/137 9/60
10.09 Côtes Orbe GT05 11.6 54'50 3/11 6/100 15/60
02.09 Sévelin 5.7 24'01 17/129 21/239  
14.08 Sierre - Zinal 31.2 5h17'54 262/300 800/908  
01.08 Carrouge 6.7 31'49   10/30  
24.07 Plan Névé 6.4 1h20'14 14/15 46/66  
16.07 Tour Alpages 17.0 1h40'11 64/127 206/428  
02.07 Ecublens TL08 10.0 44'24 20/43 53/143 2/56
25.06 Marche romande DL 39 3h45'     2/4
22.06 Goumoëns GT03 9.3 47'10 18/39 49/113 ??/??
17.06 Romanel TL07 10.2 45'55 24/53 57/170 1/54
04.06 Savigny TL06 9.7 42'36 23/70 42/167 2/54
27.05 Pully TL05 10.0 47'57 40/83 89/261 2/53
23.05 Journée du vélo DL 152 5h48'   -/199 1/4
19.05 Sauvabelin 5.0 - -/- -/-  
07.05 Nozon GT01 13.3 1h18'32 28/75 88/231 28/75
30.04 20km Lausanne DL 20.0 1h28'37 77/147 486/2647  
16.04 Crissier 9.6 44'00 3/12 10/32  
09.04 Cheseaux TL04 10.4 44'00 43/266 132/800 3/51
26.03 Bambi TL03 7.5 31'41 15/57 32/166 3/50
12.03 Chavannes TL02 6.0 28'04 23/52 52/148 4/43
15.01 Vidy TL01 8.5 37'09 33/66 120/250 8/33


32 courses
Total :  2068 km - 220h43'
Décembre   : 116 km (vélo  15 km)
Novembre   :  91 km (vélo   0 km)
Octobre    : 245 km (vélo  16 km)
Septembre  : 215 km (vélo 129 km)
Août       : 174 km (vélo   0 km)
Juillet    : 153 km (vélo  61 km)
Juin       : 224 km (vélo  16 km)
Mai        :  55 km (vélo 454 km)
Avril      : 207 km (vélo  71 km)
Mars       : 174 km (vélo  61 km)
Février    : 187 km (vélo  50 km)
Janvier    : 226 km

TL = Trophée lausannois   GT = Galops du terroir
DL = Défi sportif lausannois

 

Résultats 2010

Date Course Dist Temps Classement
        M40 Overl TLTV
18.12 Midnight Run 7.5 33'31 17/119 85/491 76/420
27.11 Prilly TL13 9.8 43'20 16/38 44/108 12/65
13.11 Talent TL12 12.0 54'30 13/51 43/154 9/65
31.10 Lausanne Marathon 42.16 3h23'52 101/437 225/1163  
09.10 24H natation 4.0 1h45'  -

-

 
03.10 Morat-Fribourg 17.17 1h19'25 115/722 873/4862  
25.09 Renens TL11 9.3 39'27 17 /51 43/155 11/65
12.09 Lutry TL10 10.0 41'33 14/54 34/121 8/65
08.09 La Sarraz TPV5 8.4 36'03 35/196 131/566 20/107
04.09 Bussigny TL09 11.7 -- --/52 --/130 7/65
01.09 Chavornay TPV4 9.1 41'11 40/192 130/584 12/121
25.08 Mézières TPV3 8.4 40'31 37/193 128/599 16/169
18.08 Genolier TPV2 8.5 34'54 33/188 95/550  
11.08 St-Prex TPV1 9.0 40'31 36/176 121/563  
01.08 Carrouge 6.8 32'07   9/26  
07.07 Thierrens 9.3 47'21 14/62 35/98  
03.07 Ecublens TL08 10.0 45'52 16/37 37/108 3/64
30.06 Vaulion 8.5 44'40 18/59 48/152  
23.06 Ronge Talons 10.0 44'11 10/37 29/111  
19.06 Marche romande 30.0 2h35'      
18.06 Romanel TL07 10.2 44'34 25/60 44/139 3/62
05.06 Savigny TL06 9.7 43'17 24/70 59/173 3/58
29.05 Jouxtens 8.6 37'48 - 6/18  
28.05 Pully TL05 10.0 47'54 27/103 77/256 3/56
22.05 Journée
du vélo
30.0
VTT
1h42'00 - -  
20.05 Tour de
Sauvabelin
5.0 24'17 5/18 28/81  
24.04 20km
Lausanne
20.0 1h30'28 45/378 424/2333  
10.04 Cheseaux TL04 10.4 44'20 62/233 179/676 3/50
27.03 Bambi TL03 7.7 32'31 11/44 25/104 3/46
20.03 Kerzers 15.0 1h08'27 166/540 1009/ 3130  
13.03 Chavannes TL02 6.0 27'56 16/45 44/116 5/41
16.01 Vidy TL01 8.2 38'22 26/56 91/173 6/26


32 courses
Total : 1891 km - 167h01'
Décembre   :  89 km
Novembre   : 123 km
Octobre    : 260 km (natat. 4 km) 
Septembre  : 158 km (vélo 149 km)
Août       : 150 km (vélo 406 km)
Juillet    : 157 km (vélo 222 km)
Juin       : 204 km (vélo  85 km)
Mai        :  86 km (vélo 195 km)
Avril      : 181 km (vélo  95 km)
Mars       : 214 km
Février    : 164 km
Janvier    : 109 km

 

Résultats 2009

Date Course Dist Temps Classement
        Vet 1 Overl TL
19.12 Midnight Run 7.5 34'32 27/122 134/534  
28.11 Prilly TL12 9.7 43'13 32/70 77/179 12/57
14.11 Talent TL11 12.0 55'14 17/52 44/150 11/57
25.10 1/4 marathon 10.0 40'58 51/460 235/1838  
26.09 Renens TL10 10.2 47'52 13/33 28/93 8/57
19.09 Vulliens 10.6 45'54 8/16 30/67  
13.09 Lutry TL9 9.7 41'16 25/70 72/245 6/57
05.09 Froideville 10.1 44'29 12/34 24/90  
29.08 Bussigny TL8 11.2 52'11 14/41  36/122 3/57
01.08 Carrouge ~7.0 32'07 3/11 6/26  
19.06 Romanel TL7 10.2 44'32 16/44   52/164 4/57
06.06 Savigny TL6 9.3 41'47 25/60   56/174 3/55
29.05 Pully TL5 10.0 49'04 43/98 117/289 4/54
17.05 Sauvabelin 2.8 14'08 7/12 22/55  
25.04 20km
Lausanne
10.0 44'13 99/798 346/2617  
04.04 Cheseaux TL4 10.4 45'41 67/219 188/606 5/49
28.03 Bambi TL3 7.2 33'38 18 /35 39/98 6/43
14.03 Chavannes TL2 6.0 28'26 17/30  49/100 11/39
17.01 Vidy TL1 8.0 38'55 37/55 112/172 22/35


19 courses
Total : 580 km - 48h15' (depuis septembre)
Décembre  : 166 km
Novembre  : 110 km
Octobre     : 128 km
Septembre : 176 km

13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 15:15

20ème course des Traîne-Savates - TL04

TL04-Cheseaux-Logo

Lieu Cheseaux Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 13.04.2013 15:15:14
Catégorie Course Infos course
Distance 10.13 kilomètres Dénivelé + 56.2 mètres Dénivelé - -72.5 mètres
Durée Totale 00:44:35 Activité 00:44:35 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:04:24 min/km Allure Max. 00:03:30 min/km Allure Min. 00:06:32 min/km
Météo 14 °C FC Moy. 163 BPM FC Max. 175 BPM
Equipement Aptonia-S300Aptonia - S300 (183km)Asics-T110N-190-Gel-DS-Trainer-16Asics - T110N190-GelDSTrainer 16 (569km)Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (1384km)Sony-NWZ-W273BSony - NWZ-W273B (232km)
Résultats  M40 : 50ème/244 Overall H : 155ème/750 TL : 19ème/43
  %class: 20% - %tps : +31% %class: 21% - %tps : +38% %class: 44%
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:03:53 00:03:53 00:03:53 15.4 -22.11
2.00 00:07:59 00:04:05 00:04:06 14.7 -7.32
3.00 00:12:20 00:04:21 00:04:21 13.8 -3.61
4.00 00:17:00 00:04:40 00:04:40 12.8 15.37
5.00 00:21:35 00:04:35 00:04:35 13.1 -12.62
6.00 00:25:51 00:04:16 00:04:16 14.0 -15.63
7.00 00:30:41 00:04:50 00:04:50 12.4 13.43
8.00 00:34:55 00:04:14 00:04:14 14.2 0.42
9.00 00:39:29 00:04:34 00:04:34 13.1 3.72
10.00 00:43:59 00:04:30 00:04:30 13.3 17.12
10.15 00:44:33 00:00:34 00:03:40 16.4 -0.26

 

Pour commencer, une petite précision. Les lecteurs attentifs de ce blog auront noté qu'il n'y a pas eu de CR pour la première course du Trophée lausannois TL01-Cross International de Lausanne. En effet, ayant dirigé cette course, je n'y ai pas participé. J'avais prévu de faire un CR du point de vue de l'organisation, mais finalement, faute de temps et de motivation, j'y ai renoncé, pour cette année.

Les lecteurs, toujours attentifs, auront constaté qu'il manque aussi le CR de TL03-Challenge Bambi. La raison en est plus triviale - cette course n'a pas eu lieu . Pour des raisons que je ne commenterai pas ici, le comité d'organisation a du jeter l'éponge. Espérons que ce n'est que temporaire, et que cette course, âgée de 49 ans reviendra en 2014.

 

TL02-Cheseaux-Banderole

 

La course des Traîne-Savates de Cheseaux fête ses 20 ans, c'est aussi l'âge du Trophée lausannois. Ayant couru un marathon il y a 6 jours, la décision de participer à cette course n'était pas évidente, mais il faut bien marquer des points.

 

Nous nous rendons à Cheseaux sans autres objectifs que de finir. Les courbatures du marathon se sont estompées mercredi et la sortie de récup jeudi m'a donné des envies de vitesse, après 3 mois d'entraînement à bas régime.

 

Pas de surprise cette année, le parcours reste le même, à la différence près qu'il est annoncé à 10.3 km, contre 10.4 les années précédentes.En effet, le parcours a été remesuré officiellement. A ma Garmin, ce sera 10.15, ce qui me réjouis plus que les 400 mètres de trop mesuré à Milan .

 

Après avoir garé la voiture dans le champ habituel, nous allons chercher nos dossards. Il y a énormément de monde. la course va battre son record de participation, et c'est déjà la plus grande du Trophée. Les dossards sont attribués par ordre alphabétique - les années précédentes, le mien n'avait que deux chiffres.

 

TL02-Cheseaux-Dossard

 

Pour son 20ème anniversaire, la course a mis le paquet, avec de nombreuses animations qui réjouissent petits et grands. Le prix souvenir, un superbe sac à dos de sport, vaut le déplacement et je gage qu'on va bientôt voir ces sacs dans tous les vestiaires de Romandie, à l'instar des cadeaux précédents de cette course qui ont connu un succès durable !

 

Je vais m'échauffer en solo avec mon walkman - je n'ai pas la fibre sociale aujourd'hui. Si tôt après un marathon, je ne sais pas vraiment à quoi m'attendre sur cette course, et dans ma bulle, je me prépare au pire. Ce qui m'inquiète surtout c'est qu'il y a eu de grosses pluies ces derniers jours, ce qui implique un parcours difficile, et beaucoup de pièges pour mes chevilles. Il est bien connu qu'après un gros effort, comme un marathon, on est très fragile. J'ai donc mis ma chevillère, mais il me faudra rester très prudent.

 

A l'échauffement, je me rends compte que je n'ai pas encore complètement récupéré, mon organisme renâcle à l'effort. Je lui impose néanmoins quatre accélérations sur le parking de la gare du LEB.

 

Je vais ensuite me positionner sur la ligne de départ. Je ne me mets pas trop en avant, pour ne pas partir trop vite, mais vu la participation, il y aussi le risque d'être pris dans un peloton plus lent..

 

Dans le peloton de départ, je reconnais une tête, d'un coureur dont j'avais reconnu la tête à Milan... Nous entamons la conversation et partageons nos impressions. Comme quoi je ne suis pas le seul à recourir peu après un marathon.

 

A 15h15, le départ est donné. C'est toujours un départ très délicat, vu qu'il y a plus de 1'000 coureurs et que la route n'est pas très large. Un coureur se tord la cheville juste devant moi sur un raccord de bitume qui faisait bien 5cm de haut. Je suis donc hyperconcentré, comme on le voit sur la photo.

 

TL04-Cheseaux-07b

 

Le parcours n'a pas changé depuis les deux dernières années, et après un long virage et un plat se trouve une belle descente. Évidemment tout le peloton est à coin et le 1er km sera bouclé en moins de 4 minutes.

 

Ça remonte au 2ème km, est c'est le grand égaliseur. Le peloton s'étale et je commence à reprendre des places. Gabriela se place à ma hauteur et je décide de la suivre.

 

Au 3ème km, nous quittons le bitume pour arriver en forêt, et je constate que le chemin est plus que gras . A part une bande étroite au milieu, les deux côtés sont constitués de flaques de boue. Il devient difficile, voire risqué de dépasser les coureurs plus lents qui se tiennent bien au milieu. A ce jeu-là, Gabriela est bien plus habile que moi, et il y aura un coureur, puis deux. puis trois entre elle et moi.

 

Je me rends compte que le rythme est trop élevé et que je perds beaucoup d'énergie à zigzaguer entre les coureurs. Au 4ème km j'ai un gros coup de mou, et dois ralentir. Les coureurs que je venais de dépasser, dont Pascal, reprennent l'avantage et je commence à sentir la suite plutôt mal.

 

TL02-Cheseaux-Parcours

 

Au 5ème km, le parcours se met à descendre et je peux un peu récupérer. Je passe la montée raide de la mi-course sans forcer et essaie de relancer après. Étonnamment, j'ai comme un second souffle qui me permet de reprendre un bon rythme de course.

 

Au ravitaillement, je prends un gorgée et m'arrose du solde. J'ai de bonnes sensations, et l'endurance acquise par le marathon entre en jeu. Je me dis qu'il ne reste plus de 5 km, ce n'est rien par rapport aux 42 km.

 

Je remonte un par un les coureurs qui m'avaient repris, dont Pascal. C'est dur, mais j'ai un mental en béton qui me dit de ternir jusqu'au bout.

 

Au 7ème km, j'ai Gabriela en point de mire, que je vais rejoindre au 8ème. Nous allons courir ensemble un moment, puis je lui fausserai compagnie à un km de l'arrivée, après lui avoir offert la moitié de mon verre d'eau au dernier ravitaillement. Sur le dernier tronçon, il n'y a pas cette année de bise de face, et c'est bien agréable !

 

Je dépasse Florian qui était en difficulté. Il va prendre mon train et me remerciera à l'arrivée de l'avoir tiré (il m'a quand même talqué au sprint ).

 

TL04-Cheseaux-05

 

Linda n'a pas encore récupéré du marathon et cette course sera pour elle un calvaire. Mais elle sera forte et terminera en compagnie de Jacky.

 

TL04-Cheseaux-02

 

Je termine 50ème M40 en 44'35'. C'est 30 secondes de plus que mon meilleur temps, mais c'est tout-à-fait honorable 6 jours après un marathon. J'avais mis une minute de plus l'année passée. Au Trophée lausannois, je remonte à la 19ème place. Avec une course manquante et ce (médiocre) résultat qui devrait tomber , il faudra attendre l'été pour me repositionner au classement, mais bon le Trophée ce sera pour 2014...

 

Pour la suite, ce sera la course des castors à Crissier le weekend prochain, sans autre objectif que participer à cette course très sympathique. Puis les 10 km de Lausanne, comme meneur d'allure, une nouvelle expérience qui me motive beaucoup !

 

20km-45mn

 

 

Cadeau souvenir : un sac de sport

 

TL02-Cheseaux-Prix1

 

TL02-Cheseaux-Prix2

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob le coureur - dans Course
commenter cet article
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 09:22

13ème Milano City Marathon

Milano-Logo


Lieu Milan Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 07.04.2013 09:22:57
Catégorie Course Infos course
Distance 42.61 kilomètres Dénivelé + 382.9 mètres Dénivelé - -367.0 mètres
Durée Totale 03:16:50 Activité 03:16:50 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:04:37 min/km Allure Max. 00:04:00 min/km Allure Min. 00:10:36 min/km
Météo 7 °C FC Moy. 155 BPM FC Max. 166 BPM
Equipement Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (1368km)Asics-T305N-Gel-DS-Trainer-18Asics - T305N-GelDSTrainer 18 (179km)Sony-NWZ-W273BSony - NWZ-W273B (222km)
Résultats  M45 : 117ème/687 Overall H : 519ème/3116  
  %class: 17% - %tps : +20% %class: 16.6% - %tps : +50%  
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:43 00:04:42 00:04:43 12.7 1.24
2.00 00:09:18 00:04:35 00:04:35 13.1 -2.76
3.00 00:13:57 00:04:39 00:04:39 12.9 -2.04
4.00 00:18:33 00:04:35 00:04:36 13.1 -1.26
5.00 00:23:07 00:04:33 00:04:34 13.1 -1.28
6.00 00:27:41 00:04:34 00:04:34 13.1 -7.54
7.00 00:32:16 00:04:35 00:04:35 13.1 1.58
8.00 00:36:53 00:04:36 00:04:37 13.0 -2.23
9.00 00:41:31 00:04:38 00:04:38 12.9 2.63
10.00 00:46:02 00:04:31 00:04:31 13.3 6.57
11.00 00:50:37 00:04:35 00:04:35 13.1 -3.84
12.00 00:55:11 00:04:34 00:04:34 13.1 -5.88
13.00 00:59:48 00:04:37 00:04:37 13.0 0.53
14.00 01:04:26 00:04:38 00:04:38 12.9 0.06
15.00 01:09:02 00:04:36 00:04:36 13.0 8.28
16.00 01:13:40 00:04:37 00:04:38 13.0 -4.26
17.00 01:18:11 00:04:30 00:04:31 13.3 -3.69
18.00 01:22:52 00:04:40 00:04:41 12.8 16.13
19.00 01:27:26 00:04:33 00:04:34 13.1 8.26
20.00 01:32:02 00:04:35 00:04:36 13.1 -11.89
21.00 01:36:29 00:04:27 00:04:27 13.5 -13.08
22.00 01:40:49 00:04:20 00:04:20 13.8 4.20
23.00 01:45:18 00:04:28 00:04:29 13.4 -9.53
24.00 01:49:45 00:04:27 00:04:27 13.5 80.81
25.00 01:54:15 00:04:30 00:04:30 13.3 -83.16
26.00 01:58:39 00:04:23 00:04:24 13.6 22.86
27.00 02:03:04 00:04:25 00:04:25 13.6 12.41
28.00 02:07:29 00:04:24 00:04:25 13.6 -5.92
29.00 02:11:54 00:04:24 00:04:25 13.6 -3.55
30.00 02:16:23 00:04:29 00:04:29 13.4 -8.06
31.00 02:21:00 00:04:36 00:04:37 13.0 20.92
32.00 02:25:33 00:04:32 00:04:33 13.2 -24.84
33.00 02:30:07 00:04:33 00:04:34 13.2 6.28
34.00 02:34:43 00:04:36 00:04:36 13.0 -12.10
35.00 02:39:23 00:04:40 00:04:40 12.8 7.07
36.00 02:44:32 00:05:09 00:05:09 11.6 12.52
37.00 02:49:12 00:04:39 00:04:40 12.9 -19.62
38.00 02:54:00 00:04:47 00:04:48 12.5 19.10
39.00 02:58:54 00:04:54 00:04:54 12.2 -7.19
40.00 03:04:02 00:05:08 00:05:08 11.7 8.02
41.00 03:09:01 00:04:59 00:04:59 12.0 4.18
42.00 03:13:49 00:04:47 00:04:48 12.5 -13.85
42.64 03:16:49 00:02:59 00:04:41 12.8 -4.38

 

Introduction


Mon 4ème marathon.

Le premier, en 2004 s'était mal passé - parti sur des bases de 3h30, j'ai eu des crampes dès le 25ème km et ai terminé en plus de 4 heures. Le second en 2010, s'est mieux passé. Toujours parti sur une base de 3h30, je l'ai terminé en 3h23, en sprintant à l'arrivée. Le 3ème, en 2011, se basait sur 3h15. Une méchante crêve la semaine de la course m'a longtemps fait hésiter à prendre le départ, et c'est avec des objectifs revus à la baisse que j'ai terminé en 3h29.

 

Motivation

 

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas un grand supporter du principe d'aller courir à l'étranger. Néanmoins, comme nous aimons beaucoup la ville de Londres, nous nous sommes inscrits en avril 2012 au tirage au sort (car évidemment pour ces grandes courses, il faut supplier pour pouvoir participer) pour pouvoir obtenir un dossard. Après une looongue attente, nous apprenons en octobre que nous n'avons pas eu la chance d'obtenir un dossard.

 

Milano-Affiche

 

Un peu par hasard, dans le car qui nous amenait de Fribourg à Morat, nous discutons avec d'autres coureurs du club qui, comme nous, n'ont pas obtenu leur sésame pour Londres. Ils ont choisi de se rabattre sur le marathon de Milan, qui, comme celui de Londres, a lieu au printemps. Après quelques jours de réflexion, nous nous décidons à les accompagner.

 

Ce qui m'a convaincu de revoir mes principes est l'éloignement réduit (3 heures 15 de train), le fait que le parcours soit pratiquement plat (l'indication de dénivelé dans le tableau d'en-tête ne correspond pas à la réalité), qu'il n'y a pas de quotas de dossard et ceux-ci sont à un prix abordable (50 € en s'inscrivant rapidement).

 

Milano-Flyer

 

Préparation


Nous avons demandé à notre coach Teresa de nous préparer un plan d'entraînement, ce qu'elle a fait bien volontiers. Le plan se composait de 66 entraînements sur trois mois, dont 3 courses pour Linda et 2 pour moi, avec 5 sorties par semaine. Globalement, le plan se divisait en trois phases, avec un premier mois d'endurance à bas régime, suivi de deux mois d'augmentation du volume, avec des séances au seuil, des collines et des séries, pour finir la dernière semaine avec une diminution du volume pour récupérer.

 

L'image ci-dessous donne une idée du plan, chaque couleur correspondant à une allure différente.

 

Milano-Plan

 

Suivant les conseils de coureurs expérimentés, j'ai procédé à un arrêt complet de la CAP les deux dernières semaines de 2012, pour récupérer avant d'attaquer le plan au 1er janvier 2013. Comme déjà raconté dans Tendinite, le retour , dès la deuxième semaine du plan, j'ai dû réduire le volume planifié et sauter certains entraînements. Je n'ai pu reprendre le plan complet qu'à sa moitié, vers mi-février. La tendinite n'ayant pas eu l'occasion de guérir complètement, j'ai pû effectuer le volume du plan, mais avec le risque à chaque sortie de la voir s'empirer.

 

Vers début mars, un syndrome rotulien au genou gauche a commencé à se manifester, faiblement d'abord, puis de plus en plus fortement alors que le volume augmentait. Ayant déjà vécu plusieurs fois la même chose, je sais que ces douleurs diminueront quand je réduirai le volume, mais il faudra tenir jusqu'après le marathon.

 

Ce sont donc dans des conditions non optimales que ce marathon s'est préparé. J'ai hésité plusieurs fois à abandonner alors que je n'avais encore pas trop investi, car la déception aurait été immense si j'avais du déclarer forfait quelques jours avant la course à cause de ces douleurs. A deux semaines du marathon, lors du plus long entraînement du plan (2 heures), les douleurs au tendon sont devenues si fortes que j'ai dû écourter la sortie de 30 minutes - inutile de dire que le moral n'était pas très haut dans les heures qui suivaient.

 

En 2011, je visais 3h15, et c'est un objectif que j'ai reconduit pour 2013. Suite au temps réalisé à la course test de Kerzers et sur un test de 5km fait une semaine avant le marathon, ma coach me prédit un résultat de 3h20. Ceci ne correspond pas vraiment à mes attentes. En effet, les sacrifices consentis pour suivre ce plan ne me semblent pas en rapport d'un gain de seulement 3 minutes sur mon meilleur temps (effectué sur un parcours vallonné). Si je m'entraîne bien plus, je veux gagner au moins 8 minutes, voire 10 ou 11. Je vais donc élaborer trois stratégies de courses : un plan A à allure constante pour atteindre les 3h15. Un plan B optimiste, si j'ai la super forme, avec negative split en 3h11et un plan C catastrophe si tout va mal en 3h20.

 

Milan-Temps

 

De ces trois mois d'entraînement, je retiens du bon comme le fait d'avoir pu faire courir beaucoup avec Linda, d'avoir pu faire des sorties dans d'autres endroits (en Valais pendant notre semaine de vacances de ski ou entre Montreux et Villeneuve). De moins bon, j'ai retenu la contrainte de courir souvent à bas régime, les yeux rivés sur la fréquence cardiaque qui devait rester sous certains seuils, le fait de ne presque plus pouvoir courir avec le Footing Club, car souvent les entraînements n'étaient pas compatibles avec le plan, et surtout de ne plus avoir la liberté de s'entraîner "librement", au risque d'annuler tous les acquis du plan.

 

Philippe, qui vient aussi à Milan, s'est intégré à notre plan et nous accompagnera dans bon nombre de sorties. Les autres coureurs du club inscrits à Milan (l'"élite") visent 3h et moins et se sont entraînés ensemble sur la base d'un plan plus dur que le notre. Il est arrivé plusieurs fois que nous croisions l'autre groupe lors des sorties du week-end.

 

Avant la course

 

Yves a mis en oeuvre ses talents d'organisateur pour préparer le déplacement et le séjour sur place en commun. Nous serons un vingtaine à faire le déplacement, dont 14 coureurs et 6 accompagnants. Nous ne sommes pas habitués à ce que tout soit organisé pour nous, et c'était bien agréable.

 

Comme pour beaucoup de courses hors Suisse, il est nécessaire de fournir un certificat médical pour que l'inscription soit validée. J'ai profité de cette visite médicale forcée fin février pour consulter sur ma tendinite. Une IRM n'a montré aucune lésion majeure, et j'ai reçu le go pour le marathon. Nous avons téléchargé nos deux certificats sur le site de la course, mais pour une raison que j'ignore, seule l'inscription de Linda a été validée d'avance, je devrai donc présenter  mon certificat au retrait des dossards. Ceci laisse donc planer une incertitude qui ne sera levé que la veille de la course, c'est une source de stress supplémentaire.

 

Le samedi 6 avril au matin, toute l'équipe se retrouve à la gare de Lausanne pour prendre un train direct jusqu'à Milan.

 

Milano-0102

 

Un coureur me fait remarquer que la durée du trajet est de 3h17, soit proche de celle d'un marathon - cette remarque s'avérera prémonitoire pour moi..

 

Arrivés à Milan peu avant midi, nous marchons 15 minutes pour rejoindre notre hôtel. Après avoir rapidement pris possession de nos chambres, nous allons trouver un endroit pour manger. Pas facile quand on est une vingtaine et qu'on ne connaît pas la ville. Ce sera pour moi une assiette de pâtes.

 

Nous nous rendons ensuite au village du marathon où nous retirons nos dossards et nos T-Shirt souvenirs.

 

Milano-Dossard

 

Pas de problème pour le certificat, il ne sera même pas contrôlé. Pour la médaille, par contre, il faudra finir la course...

 

Milano-0100

 

Le pack de course renferme plusieurs surprises - une canette de bière (pour après la course), et une boîte de thon !

 

Milano-0033

 

 

Milano-0052

 

Sur le mur de la course, je laisse une trace pour la postérité....

 

Milano-0048

 

Rentrés à l'hôtel, nous nous reposons, puis en début de soirée nous nous retrouvons pour aller au restaurant, que nous avons réservé cette fois. Comme bons marathoniens, nous commandons des pâtes et buvons de l'eau. Il faut savoir qu'en Italie, les pâtes sont considérées comme des entrées, précédant un plat plus consistant (viande, poisson). Les serveurs du restaurant seront donc surpris de voir la plupart des coureurs, moi y compris, commander une deuxième assiette de pâte, plutôt qu'un plat principal ! La portion "entrée" était bien trop chiche.

 

Tout le monde va se coucher tôt, car il nous faudra quitter l'hôtel à 7h le lendemain. Nous nous réveillons à 6h, après avoir mal dormi à cause du stress pré-marathon. Comme l'hôtel ne sert pas de petit-déjeuner avant 7h, nous le prendrons dans la chambre - gateau-sport et boisson énergisante.

 

Nous retrouvons les autres coureurs à 7h et allons prendre le métro (billet inclus dans le kit) pour rejoindre le départ, qui est situé à Rho, à une douzaine de km du centre ville.

 

Milano-Ticket

 

Quelques coureurs plaisantent pour donner le change, mais tout le monde est tendu.

 

Milano-0038

 

A la sortie du métro, il nous faut encore traverser tout le centre d'exposition qui est gigantesque, cela prendra encore 15 minutes avant d'atteindre le départ de la course. Comme habituellement, j'ai effectué ma routine d'hydratation intensive et je recherche d'emblée l'emplacement des toilettes...

 

La zone des vestiaires est située dans un parking sous-terrain, qui n'est pas vraiment accueillant. De plus un groupe de percussions y joue de manière continue, dans un bruit assourdissant réverbéré par les murs de béton. Comme annoncé, il nous faut être dans notre bloc au moins 40 minutes avant le départ. A 8h40, nous nous y rendons donc, Linda se trouve pour une fois dans le même bloc que moi, le second (coureurs entre 3h et 3h30). Les coureurs du groupe élite qui sont dans le même bloc se sont déjà mis aux avant postes. Pour ma part, je profite que le bloc ne soit pas encore plein pour faire quelques aller-retours d'échauffement.

 

Il fait environ 10°C et une légère bruine s'est mise à tomber. C'est une bonne température pour un marathon, mais bien froide pour attendre 40 minutes... Comme il fait plus de 10°C, je suis en maillot court. J'ai mis mon short de marathon, qui a deux poches à l'avant, me permettant de transporter les gels sans devoir prendre de ceinture. J'ai prévu quatre gels, pour les km 10, 20 et 30 et un de réserve.

 

Milano-0645

 

Le départ est annoncé à 9h22. Deux hélicoptères vont suivre la course pour la retransmettre en direct, et ils font du sur place au dessus de nous, c'est assez impressionnant.

 

Contrairement aux grandes courses en Suisse, les blocs ne vont pas partir à des intervalles séparés, mais tous ensemble.  Quelques minutes avant le départ, les rubans séparant les blocs sont enlevés, nous avançons et un peloton serré se forme pour un départ groupé. Je jette le vieux pull que j'avais gardé pour me tenir au chaud.

 

A 9h21, le compte à rebours démarre et le départ est donné à 9h22, dans une grande gerbe de confettis.

 

Milano-001

 

La chaîne de TV italienne La7 a diffusé toute la course en direct, ci-dessous les images du départ.

 


 

 

 

 

La course

 

Comme je suis dans le deuxième bloc, il faudra quelques secondes pour que le peloton à ma hauteur commence à se déplacer en marchant. Heureusement, au moment où je passe sous l'arche de départ et sur le tapis de chronométrage, il devient possible de courir.

 

J'ai repéré les ballons jaunes des meneurs d'allure de 3h15, ils sont 3 et ont déjà 100 mètres d'avance au moment où je peux m'élancer.

 

Pas de problème, je vais suivre mon plan, qui consiste à courir à une allure de 4'37" au km. Le 1er km sera un peu plus lent (4'43) en raison de la compacité du peloton et du fait que je ne suis pas encore chaud. Nous nous trouvons dans une zone industrielle, il n'y a pas grand chose à voir.

 

Dès le 2ème km, je trouve mon rythme de croisière, mes pulses sont en dessous de ceux du seuil. L'idée est de les garder sous les 153 jusqu'au semi, après, elles pourront grimper progressivement.

 

Au 3ème km, je constate ma Garmin bipe une quinzaine de mètres avant le panneau officiel. Cette différence va s'accentuer à chaque passage, la Garmin bipant chaque fois 10 mètres plus tôt. C'est un peu inquiétant, car cela amènerait à une différence de 400 mètres à l'arrivée, soit deux minutes. Cela veut aussi dire que je cours plus lentement que l'allure indiquée. Dois-je me recalibrer en courant plus vite, au risque de me griller ? Je décide de continuer selon les indications de ma Garmin, peut-être que cette différence n'est qu'au début de la course. Je vais m'efforcer de prendre tous les virages à la corde pour minimiser la distance à parcourir. Cela me force à regarder loin en avant pour anticiper le bon côté de la route et me donne des micro-objectifs, ce qui fait passer le temps plus vite.

 

Le 5ème km est déjà là, avec le premier ravitaillement. On nous tend des bouteilles PET de 0.5L pleines, déjà décapsulées. C'est plus pratique que des gobelets, mais comme j'en prend juste deux gorgées, cela fait un peu mal au coeur de jetter une bouteille à moitié pleine.

 

Milano-304

 

Nous avons maintenant quitté la zone industrielle et sommes dans une zone de verdure, bien plus agréable. Le public est très clairsemé. J'ai toujours les ballons des meneurs en point de mire, la distance s'est stabilisée à 150-200m.

 

Le 10ème km se présente sans événement notable. C'est l'heure de prendre mon premier gel, juste avant le second poste de ravitaillement. Je prends aussi un Voltaren. Ce n'est pas mon genre de prendre des médicaments pour courir, mais vue la distance et mes douleurs récurrentes au talon et au genou, j'ai préféré prendre cet anti-inflammatoire de manière préventive pour la fin de la course.

 

Milano-0649

 

Sur une zone exposée, un vent de face se lève et je m'abrite derrière le coureur devant moi. Qui s'avère être une coureuse, plutôt bien faite , et je vais rester derrière elle un moment. Mais je me rends compte qu'elle m'entraîne trop rapidement (4'31) et je ralentis l'allure, laissant filer la coureuse.

 

Comme je le craignais, la différence entre les km Garmin et les km officiels augmente et atteint maintenant 100 mètres.

 

Au 13ème km, nous passons devant le stade San Siro, qui serait le stade où joue l'équipe de foot locale. Moi et le foot....

 

Au 14ème km, c'est le tiers de la course, je contrôle mon temps de passage, je suis parfaitement dans le plan.

 

Au 15ème km, troisième ravitaillement. Plutôt que de jeter la bouteille d'eau encore à moitié pleine, je me la vide sur le torse et la nuque. Avec la température fraîche, cela me donne un coup de fouet bénéfique, et je vais réitérer l'opération à tous les ravitaillements suivants.

 

Milano-305

 

A cet endroit se trouve la première zone de relais. En effet, en plus du marathon individuel, se dispute sur le même parcours une course de relais (staffeta) en 4 tronçons. La zone s'étend sur plus d'un km, car il y a près de 2'000 équipes inscrites, soit 8'000 coureurs, contre 3'800 au marathon individuel. Le relais est parti 30 minutes après nous, et tout est encore calme dans la zone. Sur le plan de la course ci-dessous, les trajets de chaque relais sont dans une couleur différente.

 

Milano-parcours

 

 

Au 17ème km, nous quittons la banlieue de Milan pour passer sur l'autoroute périphérique. Ce sera le seul tronçon avec un peu de dénivellé, car nous allons "grimper" sur une bretelle et un peu plus loin descendre et remonter une tranchée. Je dépasse la coureuse du 12ème km. Elle finira première femme de moins de 35 ans non élite. Les ballons des meneurs sont de plus en plus grands, je m'en approche donc.

 

Milano-412

 

Au 20ème km, je prends mon second gel et ravitaille. J'ai la surprise de me faire "cogner" par un ballon jaune : un des meneurs d'allure me dépasse. Je pense qu'il a dû s'arrêter et veut rattraper les deux autres. J'en profite pour le suivre, histoire de me mettre au niveau des meneurs au passage du semi. Mais il va trop vite et je ne veux pas trop accélérer avant le semi, et je le laisse filer, provisoirement.

 

Milano-309

 

Nous arrivons à un rond-point ou débute une zone commune de plus de 2km avec la fin de la course. Cela permet donc de repérer la fin du trajet, avec notamment une longue droite le long d'une avenue. J'ai le plaisir de voir que la tête de la course n'est pas encore passée.

 

Le fan's club des accompagnants est là pour nous encourager et nous photographier !

 

Milano-0101

 

Je passe au semi "Garmin" en 1h37'00 et au semi "officiel" en 1h37'50. C'est tout bon pour finir en 3h15. Il me faut maintenant décider si je passe au plan A ou au plan B. Comme je me sens bien, je passe au plan B, qui consiste à augmenter l'allure à 4'30 / km. La théorie dit qu'il faut attendre le 32ème km avant d'accélérer, mais je décide de prendre le risque - ça peut me permettre de descendre sous les 3h15, mais il se peut aussi que je sois grillé pour la fin.

 

J'accélère donc, et rattrape le 3ème ballon des meneurs. Devant moi, je reconnais la silhouette de dos de Sacha, qui semble en difficulté, et je le dépasse en lui tapant sur l'épaule pour l'encourager. Je me rends compte que j'ai trop accéléré, je suis en 4'20" et je me force à ralentir.

 

On me voit dans la vidéo ci-dessous à la 30ème seconde. Juste derrière moi Sacha que je viens de doubler et le 3ème meneur d'allure. La fille du 12ème km apparait dans les toutes dernières secondes.

 


 

Au 24ème km, nous empruntons l'avenue qui mène à la gare centrale, et que nous avons prise en arrivant la veille. Nous rebroussons chemin devant la gare - cet aller-retour permet de croiser les coureurs plus avancés à l'aller et plus en retard au retour.

 

Tous les meneurs sont  maintenant dépassés et je ravitaille au 25ème. J'ai en point de mire Domenico, qui a le même maillot du club que moi. Je lui tape aussi l'épaule au moment où je le rejoins et il va s'accrocher derrière moi sur plusieurs km.

 

Nous nous trouvons à nouveau sur une avenue à parcourir dans les deux sens, mais plus longue cette fois. A l'aller, je croise les meneurs des 3h, au retour ceux des 3h30.

 

Milano-307

 

Je me sens bien et un peu trop euphorique, je vais tourner à 4'25 au km jusqu'au 29ème km, alors que nous pénétrons dans le coeur historique de Milan. Qui dit centre dit pavés et mon rythme se trouve coupé parce que je dois ajuster ma foulée aux intervalles entre les larges pavés.

 

Dans la vidéo, on me voit passer à la 30ème seconde, puis Domenico à la 50ème.

 


 

Nous passons devant le Dôme (la cathédrale de Milan), mais je n'ai pas l'occasion de l'admirer, tout concentré que je suis par le dallage de cette zone. Nous reviendrons le visiter le lendemain, en attendant, il figure sur la médaille.

 

Milano-302-Duomo

 

Les organisateurs ont eu la bonne idée de faire que le parcours de la course passe devant les principaux points d'intérêt de Milan.

 

Milano-Parcours2

 

Le 30ème km et son ravitaillement approchent, je prends mon dernier gel. Domenico n'est plus derrière moi.

Alors que la zone pavée se complique, avec des rails de tramway qui vont dans tous les sens, mon allure baisse à 4'37 et au 31ème km je commence à trouver ça dur. Tous les autres coureurs me diront avoir détesté courir sur ces pavés. Je me rends compte que j'ai oublié de vérifier mon temps eu 28ème km (2/3 de la course) - c'est mauvais signe, je perds de la lucidité.

 

Milano-408

 

 

Au 32ème km, alors que selon le plan B je devais passer à 4'25/km, je suis vraiment dans le dur et je dois rester en dessus de 4'30/km. Mes pulses sont à 162 (loin de ma FCMax à 178), mais j'ai l'impression qu'elles ne vont plus monter. Contrairement à Linda qui devra aussi ralentir au même endroit en raison de douleurs musculaires, mes jambes sont nickel, je n'ai pas senti mon genou et mon tendon ne s'est manifesté qu'une seule fois, dans une petite montée. Ce n'est pas le fameux "mur" du 30ème, mais je ne peux plus accélérer et mon corps me demande de m'arrêter.

 

Milano-303-Duomo

 

Je décide d'abondonner le plan B et passer au plan C, finir en limitant les dégats. Ma tête négocie avec mon corps le compromis suivant : le corps va courir jusqu'au 35ème, où la tête lui laissera marcher un peu.

 

C'est donc en résistance que va se courir le trajet du 32ème au 35ème km, les mètres défilent trop lentement, le ravitaillement ne veut pas apparaître. Mon allure fond à vue d'oeil- 4'33, 4'37, 4'40. Avec force et volonté, je finis par atteindre ce fameux ravitaillement.

 

On me voit courir sur la video ci-dessous, mais dans quelques secondes je vais marcher. On voit que les meneurs m'ont presque ratrappé.

 


 

Je marche sur toute la longueur. du ravitaillement Les trois meneurs de 3h15 me dépassent à cet endroit - le moral en prend un coup, mais je me rends compte qu'il n'y a plus que 5 coureurs qui les suivent, je ne suis pas seul à faiblir.

 

Le 36ème km sera le plus lent en 5'09. L'aspergeage d'eau m'a donné le coup de fouet nécessaire pour repartir, mais c'est dur et il reste encore 7 km. Tête et corps rénégocient une pause au 39ème km. La moyenne est en chute libre, 4'40, puis 4'48 et 4'54. Presque comme un zombie, je finis par atteindre le rond-point qui marque le début de la zone commune avec la première moitié de course. Je me mets sur le trottoir à l'intérieur du rond-point et marche jusqu'à sa sortie - le 40ème km sera effectué en 5'08.

 

Milano-301

 

Dans un moment de lucidité, je me souviens qu'il me reste un gel et je le prends, espérant y trouver l'énérgie pour les 3 km restants. Je vois toujours les meneurs au loin, il n'y a maintenant plus que deux coureurs qui les suivent. Je ressens les premières tensions aux cuisses, mais il faudrait encore 10km pour qu'elles se transforment en crampes, pas de problème de ce côté.

 

Je rassemble mes forces et repars pour le finish. Même si je suis mal, je sais que je vais terminer et je retrouve un peu de motivation, l'allure remonte un peu : 4'59, 4'47 et 4'41 pour les derniers hectomètres avant l'arrivée.

 

L'arrivée se trouvant sur une route qui fait une longue courbe, on ne la voit pas de loin. Heureusement, dès 500 mètres avant le finish, de grands panneaux annoncent la distance restante tous les 100, puis tous les 50 mètres. 250, 200, 150, 100 - le compte-à-rebours défile au ralenti.

 

Milano-311
 

50, je vois enfin l'arche d'arrivée, la délivrance est proche !

 

 


 

Je lève le bras pour la caméra en passant la ligne d'arrivée, mais je ne suis pas très fier sur le moment. Je pensais pouvoir faire dans les 3h11-3h13, le verdict est de 3h16'53.

 

 

Après la course

 

Je suis un peu surpris de constater que, contrairement aux marathons précédents, je n'éprouve pas la moindre émotion.

 

Milano-306-Finish

 

Je vais tranquillement rendre ma puce et prendre ma médaille, puis avancer vers les camions pour récupérer mon sac.

 

Milano-Medailles

 

Je sais d'expérience qu'il ne faut surtout pas que je m'assoie, car il sera extrêmenent dur de se relever.

 

C'est donc debout que je change donc mon maillot pour du sec. Je retrouve les coureurs du Footing arrivés avant moi, certains sont satisfaits, d'autre moins. Domenico arrive ensuite, plutôt marqué, 7 minutes après moi. La surprise viendra de Julie qui, pour son premier marathon, fera un temps canon de 3h27, 4ème de sa catégorie (et même 3ème au temps réel).

 

Milano-310

 

J'attends Linda qui arrivera un quart d'heure plus tard. Elle est un peu décue d'avoir fait moins que son temps d'il y a trois ans, mais satisfaite d'avoir terminé malgré ses douleurs musculaires.

 

Milano-405

 

Alors que les autres coureurs du Footing s'en vont, nous attendons Philippe qui arrivera 20 minutes plus tard, épuisé. Nous rentrerons à pied à l'hôtel qui est à deux kilomètres, mais ils nous en semblerons 10, chaque montée de trottoir étant une épreuve pour nos cuisses douloureuses.

 

Milano-Diplome

 

Rentrés à l'hôtel, c'est la récompense de la douche et de la bière reçue la veille dans le pack de course. Je constate une belle cloque sous le gros orteil gauche et un ongle bleu. Après avoir fait un peu de shopping, nous retrouvons l'équipe pour l'apéro. Comme au club, j'annonce les résultats que j'ai consultés auparavant grace au WiFi de l'hôtel et chaque coureur est applaudi.

 

Nous allons manger ensemble au restaurant de l'hôtel. L'ambiance est évidemment bien plus décontractée que le matin dans le métro. La soirée débute ensuite, mais ce qui s'est passé à Milan reste à Milan

 

Milano-0662

 

Conclusion

 

Déçu à l'arrivée de pas avoir atteint mes objectifs et d'avoir subi les 10 derniers km plutôt que de les avoir gérés, avec un peu de recul, je suis plutôt satisfait de ce marathon. J'ai amélioré de 7 minutes mon meilleur temps sur cette distance. Comme on le voit sur les résultats officiels ci-dessous, même si j'ai faibli sur la fin, j'ai encore gagné des places !  Je suis dans les 16% de tête des hommes,c'est plus qu'honorable.

 

Milano-Officiel

 

Les allures, km par km

 

Milano-Allures

 

Si je regarde le temps de passage aux 42.2km à ma Garmin, j'étais juste en dessous des 3h15. La plupart des autres coureurs avec qui j'ai parlé ont aussi mesuré une distance de 42.6 km, soit 400 mètres de plus que la longueur mythique.

 

Peut-être ai-je payé d'avoir accéléré au semi plutôt que d'attendre les 32-35 km, mais j'aurais peut-être eu la même baisse de régime, et un temps encore plus élevé. Il me faudra attendre le prochain marathon en automne 2014 pour le savoir.

 

Si j'ai trouvé le plan d'entraînement trop contraignant, j'ai par contre beaucoup apprécié la participation en groupe, et surtout avec des coureurs plus chevronnés que moi et auprès de qui j'ai beaucoup appris.

 

De gauche à droite, de haut en bas :

Julie, Linda, Yves et Sébastien, Raul et Steve.

Mathias, Daniel, Pavel, Jean-François, Domenico et Sacha. Manque Philippe.

Milano-Groupe2

Les accompagnants : Karin, Sandra, Muriel 2x, Cristina, Laurence et Laurent.

 

Après une semaine de repos, il faudra revenir à la routine des courses locales : les trois prochains weekends verront trois courses se dérouler.

 

Pour éviter le "post marathon blues", je me suis fixé un objectif astucieux : nouveau, technique et qui ne perturbera pas ma récupération : je vais officier pour la première fois comme meneur d'allure aux 10 km de Lausanne. Mais c'est une autre histoire.

 

Milano-logo2

 

 

Cadeau souvenir : une médaille et un T-Shirt

 

Milano-Prix3

Milano-Prix4

MCM13 Maglia-Maratona-Def

 

 

Milano-Prix2

 

 

Presse

 

Milano-Corriere-13-04-07b

 

Milano-Corriere-13-04-08

Milano-CorriereWeb-13-04-07Milano-RepubblicaWeb-13-04-08Milano-RepubblicaWeb-13-04-08bMilano-SkyItWeb-13-04-07

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob le coureur - dans Course
commenter cet article
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 15:45

31ème Cross de Chavannes - TL02

TL02-Chavannes-Logo

Lieu Chavannes Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 23.03.2013 15:44:46
Catégorie Course Infos course
Distance 5.89 kilomètres Dénivelé + 81.3 mètres Dénivelé - -60.8 mètres
Durée Totale 00:28:18 Activité 00:28:17 Pause 00:00:01
Allure Moy. 00:04:48 min/km Allure Max. 00:03:42 min/km Allure Min. 00:09:23 min/km
Météo 8 °C FC Moy. 161 BPM FC Max. 170 BPM
Equipement Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (1286km)Asics-T305N-Gel-DS-Trainer-18Asics - T305N-GelDSTrainer 18 (107km) Aptonia-S300Aptonia - S300 (173km)
Résultats  M40 : 22ème/40 Overall H : 50ème/126 TL : 23ème/39
  %class: 55% - %tps : +23% %class: 40% - %tps : +24% %class: 59%
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:52 00:04:52 00:04:52 12.3 26.04
2.00 00:09:28 00:04:36 00:04:36 13.0 -19.73
3.00 00:14:32 00:05:04 00:05:04 11.8 17.36
4.00 00:19:12 00:04:40 00:04:40 12.8 -13.47
5.00 00:24:13 00:05:01 00:05:01 12.0 18.13
5.90 00:28:17 00:04:03 00:04:31 13.3 -12.77

 

Ma 5ème participation au Cross de Chavannes, organisé par les Amis de la Nature

 

TL02-Chavannes-Flyer

 

Sur mon plan d'entraînement Marathon, ma coach Teresa a écrit "Chavannes - Ne pas tirer !". En effet, la course test était à Kerzers le week-end passé, et le marathon de Milan est dans deux semaines. Et le lendemain matin, le plan prévoit la plus longue sortie, celle deux heures. C'est donc sans ambition et en mode "entraînement" que je me présente à cette course.

 

Le temps est gris, humide et froid alors que nous nous rendons à Chavannes en début d'après-midi. Petite surprise, le collège où nous nous garions les années précédentes est en réfection, et il nous faudra aller stationner quelques centaines de mètres plus loin. Il y a plein de têtes connues et il nous faudra une bonne demi-heure pour atteindre la zone de la course et toucher nos dossards. Exceptionnellement, je n'ai ni photo ni scan de mon dossard, qui a été repris après la course.

 

TL02-Chavannes-00

 

Comme les filles courent une heure avant les hommes, j'ai presque deux heures à attendre avant ma compétition. Je vais l'occuper en allant encourager les filles aux côtés de Raymond Corbaz.

 

Je pars ensuite m'échauffer, l'idée étant de faire un échauffement long, qui consistera à parcourir deux fois la boucle de la course, soit 4 km. Je profite des deux passages pour essayer d'améliorer ma technique sur la dernière descente, où des canalisations en béton coupent le parcours - je les franchis en sautant par dessus, plutôt que de prendre appui sur elles. Espérons que cela fonctionne aussi à pleine vitesse.

 

TL02-Chavannes-13

 

L'heure avance et je vais me placer dans le peloton de départ. Malgré le temps frais, je n'ai mis qu'un T-Shirt, car je sais qu'il fera chaud dès la course partie. Le clap nous libère à 15h45, et je laisse le gros des coureurs partir devant moi.

 

TL02-Chavannes-20

 

 

Cette course est la plus courte du Trophée (6 km), et donc la plus rapide - mais pour moi, en mode marathon, la vitesse n'est pas une option.

 

TL02-Chavannes-Parcours

 

J'amorce tranquillement le premier tronçon sur bitume, en montée, pour arriver chaud au sommet. Une courte descente suivie d'un virage à gauche et nous quittons l'asphalte pour nous retrouver dans un champ, sur un petit chemin mal dessiné. Je fais bien attention à ne pas me tordre la cheville, que j'ai protégée en prévision.

 

Le petit chemin se termine abruptement au bas d'un talus, qu'il faut escalader dans l'herbe. Heureusement, il ne fait que quelques mètres et nous virons à gauche pour continuer à plat, perpendiculairement à la pente. Mais ce répit n'est que de courte durée, car nous virons à droite et il faut reprendre la pente de face pour la fameuse montée du cimetière. Une chaise y a même été posée, peut-être pour permettre aux coureurs fatigués de reprendre des forces...

 

TL02-Chavannes-Chaise

 

Je passe en mode technique et me prépare à dépasser le concurrent moins rapide devant moi, mais je me souviens que je ne dois pas tirer, alors je me range docilement derrière lui pour toute la montée.

 

Après un dernier becquet qui ressemble plus à de l'escalade qu'à du cross, nous nous retrouvons pour quelques mètres sur du bitume où il faut relancer. Nous retournons ensuite en forêt, sur un tronçon couvert de copeaux et en descente, qui permet de récupérer un peu. Mais la terre revient vite et la descente s'accentue, il faut aller vite, mais prudemment car c'est étroit et il y a de grosses racines.

 

TL02-Chavannes-01

 

Après cette descente vertigineuse, nous nous retrouvons sur un chemin plus large où il faut tenir sa droite, car la tête de la course se trouve déjà sur le chemin du retour. Nous quittons le chemin large pour un sentier plus étroit qui fait une boucle et nous permet de rejoindre le chemin large dans l'autre sens. Il est barré par une grande flaque d'eau que les organisateurs ont essayé de combler avec de la sciure, mais ce n'est pas très efficace.

 

Je tiens à nouveau ma droite pour éviter une collision avec les coureurs plus attardés qui sont encore à l'aller. Une dernière montée et nous attaquons la dernière descente technique. Je teste les sauts par dessus les canalisations en béton, et ça ne marche pas trop mal. Au bas de la pente, nous longeons à plat les méandres de la Mèbre avant de rejoindre l'arrivée et de boucler le premier tour.

 

J'ai juste derrière moi Kevin, un jeune coureur qui était au Footing il y a deux ans. Il me suit comme mon ombre.

 

TL02-Chavannes-21

 

Bien que je n'ai pas augmenté le rythme, je commence à dépasser des coureurs qui sont sont partis trop vite. La montée du cimetière se passe sans problème, je ne vais pas très vite, mais garde mon rythme. La relance est dure après, mais c'est pareil pour tout le monde. Mes pulses ont pris l'ascenseur, mais c'est presque inévitable après une telle grimpette.

 

A la descente, j'entends Raymond dire à Kevin : "Suis Alain!". Il va donc me coller le train jusqu'à ce que je lui dise de partir.

 

Le troisième tour débute, Kevin se met à ma hauteur, mais ne me dépasse pas. Je garde mon rythme, décontracté, sans tirer et nous dépassons trois concurrents à la montée. Au passage dans le champ, je me remets devant. A la montée du cimetière, je dépasse deux coureurs, c'est la première fois en 5 participations que je ne marche pas à la dernière montée. Avec Kevin, nous dépassons encore deux coureurs à la relance.

 

TL02-Chavannes-22

 

Alors que nous rejoignons le chemin large, je dis à Kevin d'y aller pour le finish, il reste 750 mètres. C'est une fusée qui décolle, et après quelques secondes je ne le vois plus !

 

Dans la dernière descente, j'entends une foulée qui se rapproche de plus en plus. Arrivé au plat, elle est juste derrière moi. Je veux bien y aller tranquille, mais j'ai quand même ma fierté . J'accélère. Les pas sont toujours derrière moi. J'accélère encore, les pas s'éloignent. Bon j'ai quand même un peu tiré, mais seulement sur les 300 derniers mètres . Je vois sur la photo ci-dessous que je lui ai pris une dizaine de mètres.

 

TL02-Chavannes-23

 

Je termine la course en 28'18", et suis étonné de n'être qu'à 20 secondes de mon meilleur temps sans avoir tiré - la forme est là !  Je suis par contre un peu déçu de ma place, 22ème sur 40, ce qui me place en deuxième moitié du classement. En 2012, avec deux minutes de plus, j'avais fini 24ème sur 45. C'est que le plateau était relevé cette année ! Avec ce résultat, et n'ayant pas participé à la première course pour cause d'organisation, je suis dans les bas fonds du classement du Trophée, 23ème sur 39.

 

Linda qui, comme moi, s'est ménagée, est toute surprise d'apprendre qu'elle se trouve sur le podium. C'est aussi un bon signe pour sa préparation de marathon.

 

TL02-Chavannes-17

 

 

Mon tendon d'Achille ne s'est pas manifesté durant la course, à part un peu lors de la dernière montée du cimtière. Par contre il se rappellera cruellement à mon souvenir le lendemain, avec des forts élancements me forçant à interrompre mon entraînement de 2h après 1h30 .J'étais un peu démoralisé sur le coup, mais les élancements ne sont pas revenus lors des sorties suivantes, alors je touche du bois .

 

La prochaine course sera la "vraie", avec le marathon de Milan, pour lequel nous nous préparons depuis trois mois avec 5 sorties par semaine. A suivre donc dans la prochaine entrée de ce blog....

 

Cadeau souvenir : Deux bandes de sécurité réfléchissantes

 

TL02-Chavannes-Prix  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob le coureur - dans Course
commenter cet article
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 12:34

35ème Kerzerslauf

Kerzers-logo

Lieu Kerzers Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 16.03.2013 12:34:05
Catégorie Course Infos course
Distance 15.07 kilomètres Dénivelé + 145.1 mètres Dénivelé - -150.8 mètres
Durée Totale 01:05:52 Activité 01:05:52 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:04:22 min/km Allure Max. 00:03:40 min/km Allure Min. 00:08:02 min/km
Météo 4 °C FC Moy. 163 BPM FC Max. 184 BPM
Equipement Aptonia-S300Aptonia - S300 (163km)Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (1222km)Asics-T305N-Gel-DS-Trainer-18Asics - T305N-GelDSTrainer 18 (61km)Sony-NWZ-W273BSony - NWZ-W273B (139km)
Résultats  M45 : 118ème/583 Overall H : 689ème/3250  
  %class: 20% - %tps : +25% %class: 21% - %tps : +47%  
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:26 00:04:26 00:04:26 13.5 25.06
2.00 00:08:43 00:04:16 00:04:17 14.0 8.69
3.00 00:13:06 00:04:22 00:04:23 13.7 18.17
4.00 00:17:26 00:04:19 00:04:20 13.9 5.36
5.00 00:22:04 00:04:37 00:04:38 13.0 25.46
6.00 00:26:15 00:04:10 00:04:11 14.4 -22.18
7.00 00:30:15 00:03:59 00:04:00 15.0 -30.90
8.00 00:34:36 00:04:20 00:04:21 13.8 -10.48
9.00 00:39:01 00:04:25 00:04:25 13.6 1.43
10.00 00:44:32 00:05:31 00:05:31 10.9 59.16
11.00 00:48:57 00:04:24 00:04:25 13.6 -14.26
12.00 00:53:14 00:04:16 00:04:17 14.0 -14.79
13.00 00:57:38 00:04:23 00:04:24 13.7 3.92
14.00 01:01:46 00:04:08 00:04:08 14.5 -30.34
15.00 01:05:45 00:03:58 00:03:59 15.1 -24.33
15.05 01:05:57 00:00:11 00:03:45 16.0 -0.43

 

C'est ma deuxième participation à la course de Kerzers (Chiètres en français), la première datant de 2010.C'est aussi ma première compétition de l'année après une "pause" de trois mois. En effet, je n'ai pu m'aligner le 19 janvier 2013 au traditionnel Cross de Lausanne, 1ère course comptant pour le Trophée lausannois, pour la bonne raison que j'en ai assumé la direction..

 

La course de Kerzers fait partie de mon plan d'entraînement pour le marathon de Milan, le 7 avril 2013. N'ayant pas gardé un très bon souvenir de cette course en 2010 ( CR Kerzerlauf (20 mars 2010) ), c'est plus par obligation que par plaisir que je m'y rends, car c'est la course "test" de mon plan marathon.

 

Kerzers-Flyer

 

Comme décrit dans Tendinite, le retour , je n'ai pas pu suivre mon plan à plein régime, et avec toutes ces sorties en endurance, je ne sais pas trop à quoi m'attendre sur une compétition de vitesse de 15 km. Mon seul temps de référence, et que j'ai donné à l'inscription, est de 1h08'47", mais il date de trois ans.

 

Comme en 2010, nous avons été orientés (très efficacement d'ailleurs, l'organisation suisse-allemande était parfaite) vers un parking situé en zone industrielle. Un petit quart d'heure de marche nous mène à la zone de la course, où convergent des coureurs venant de toutes directions. Il fait très frais pour la saison, 2°C, et je vais courir en long.

 

Pas besoin d'aller chercher nos dossards, cette fois, ils nous été envoyés par poste quelques jours auparavant.

 

Kerzers-Dossard

 

Pour éviter une longue queue comme en 2010, nous allons tout de suite chercher le prix souvenir. Après avoir fait deux fois le tour du dispositif, on nous indiquera qu'ils sont maintenant distribués après l'arrivée de la course plutôt qu'avant. Ayant du temps à tuer, nous allons regarder les derniers départs et les premières arrivées de la course de 5 km.

 

De retour dans le zone de course, nous retrouvons les connaissances usuelles, dont Philippe qui prépare aussi Milan avec Linda et moi. Nous allons nous échauffer en tournant avec des centaines d'autres coureurs sur un terrain de football. J'y retrouve Christoph. Quelques accélérations, et il faut descendre se positionner sur la ligne de départ, 3ème bloc pour moi. Il ne faut pas trop tarder, car l'assistance est dense dans la rue où se trouve le départ et les déplacements y sont difficiles.

 

Kerzers-Plan

 

Je suis à l'avant du bloc, où je retrouve Serge et Somnang. Au troisième coup de feu, à 12h34, notre bloc s'élance.

 

Le 1er km est en montée moyenne - ça m'arrange, comme ça je suis sûr de ne pas partir trop vite.

 

Il est suivi de 4 km plus ou moins vallonnés, mais globalement montants, ou nous passons des routes vicinales aux chemin forestiers. N'ayant couru que sur du bitume depuis le début de l'année, je ne suis pas très à l'aise sur terrain inégal - en prévision j'ai mis un renforcement pour ma cheville droite.

 

Kerzers01

 

Je "tourne" en moyenne à 4'20" au km sur cette zone, sans forcer, ce qui me surprend en bien. Le soleil ayant percé les nuages, je remonte mes manches, la température est maintenant idéale.

 

J'ai depuis le début de la course Serge et Somnang en point de mire et la distance semble diminuer. Serge a laché Somnang qui se trouve à ma portée. Je le dépasse au 5ème km en l'encourageant au passage.

 

Kerzers13

 

Les trois km suivants sont en descente, et je peux accélérer à 4' - 4'10" au km, mais pas trop, car nous sommes toujours en forêt et il ne faudrait pas que je me blesse à 3 semaines du marathon. Somnang me redépasse à la descente. Je pense que je vais le reprendre au plat et à la montée qui suivent, mais ce ne sera pas le cas, je verrai son katogan s'éloigner régulièrement jusqu'à la fin de la course.

 

Pour le 9ème km, nous nous trouvons sur un sentier assez étroit qui longe l'Aar.

 

Kerzers-a

 

C'est en principe le plus bel endroit de la course, mais je ne puis en profiter, car je dois anticiper les aspérités du terrain et les dépassements délicats.

 

Kerzers04

 

Au point 9.3, nous arrivons au bas de la fameuse Ramsey-Hill, un "mur" très raide de quelques centaines de mètres de long où l'on reprend d'un coup toute l'altitude perdue lors des 4 derniers km. Il tient son nom de la famille Ramseyer, qui habite dans la maison isolée au bas de la pente. Comme d'autres coureurs avertis, j'ai anticipé la difficulté en levant au peu le pied 200 mètres avant le bas de la montée, histoire d'avoir encore un peu de souffle.

 

Kerzers-b

 

En 2010, je m'étais mis à marcher au milieu de la montée, comme la plupart des coureurs autour de moi. Cette année, je suis dans un groupe plus tonique, je me mets en mode technique, petits pas, et franchis l'obstacle sans trop de problème, et surtout sans marcher. Les répétitions de montées de l'avenue des bains à Lausanne dans le cadre du plan marathon ont produit leur effet !

 

Je suis surpris au haut de la montée de trouver un regain d'énergie, comme si j'avais récupéré dans la montée. Je relance et gagne plusieurs places jusqu'à la traversée de Golaten au 10ème km. Un coureur inconnu M50 se place à mes côtés (à droite sur la photo ci-dessous) et me parle en swytzertütsch, je ne comprends pas tout et lui répond d'un signe.

 

 

 

Kerzers05

 

A Golaten se trouve le dernier ravitaillement. Vue la température fraîche, je les ai tous évités, y compris le dernier.

 

Il y a maintenant 3 km plus ou moins plats à parcourir sur chemins forestiers. Je suis en rythme de croisière à 4'20" au km de moyenne, je ne vais pas forcer, car j'ai encore quelques entraînements durs dans les jours à venir. Même si je suis plutôt à l'aise, je me réjouis d'être bientôt arrivé.

 

Au 13ème km, nous retrouvons le bitume et débutons la longue descente jusqu'à l'arrivée. Je peux un peu me lâcher à 4'05, puis 3'59" au km, toujours sans forcer. Je ne refais pas l'erreur de 2010 de penser que l'arrivée se trouve à la hauteur du départ, je tiens mon allure jusqu'au tapis bleu.

 

Kerzers03

 

Je déclenche ma Garmin et constate qu'avec un temps de 1h05'52", j'ai amélioré de presque 3 minutes mon temps de 2010, ce qui est une surprise plutôt agréable et un bon indicateur pour Milan. Le coureur M50 qui m'avait parlé à Golaten vient me remercier, car il m'a pris comme lièvre et a amélioré son temps de deux minutes.

 

 


Je relativise toutefois ma performance, car Serge et Somnang m'ont pris une minute et Christoph 3 minutes ! Vu ma blessure et mes entraînements à bas régime, je suis très satisfait d'avoir assuré une moyenne de 4'22" au km sur 15 km loin d'être plats.

 

Kerzers06

 

Ceci dit, je n'ai toujours rien trouvé de particulier à cette course qui justifie de faire une heure de route pour s'y rendre.

 

Linda termine en 1h11'34", soit quelques secondes de mieux qu'en 2010. Elle est très satisfaite aussi, car en 2012 elle avait plutôt vu ses temps augmenter par rapport à 2010, et là elle a amélioré son temps, sans forcer non plus.

 

Kerzers11

 

 


 

 

 

Nouvelle course dans une semaine avec le Cross de amis de la nature à Chavannes qui compte pour le Trophée lausannois. Cette course tombe assez mal dans le plan marathon, et nous devrons la faire "sans tirer", comme notre coach nous le recommande.

 

Cadeau souvenir : Une médaille et un linge (serviette)

 

Kerzers-Prix

 

 

Presse

 

Kerzers-Liberte-13-03-18a

Kerzers-Liberte-13-03-18b

La Liberté du 18.03.2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob le coureur - dans Course
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 23:29

7ème Christmas Midnight Run

Midnight-large-logo

Lieu Lausanne Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 15.12.2012 23:00:02
Catégorie Course Infos course
Distance 6.95 kilomètres Dénivelé + 52.4 mètres Dénivelé - -57.3 mètres
Durée Totale 00:29:47 Activité 00:29:43 Pause 00:00:04
Allure Moy. 00:04:17 min/km Allure Max. 00:03:11 min/km Allure Min. 00:06:14 min/km
Météo 5 °C FC Moy. N/A FC Max. N/A
Equipement Asics-T110N-190-Gel-DS-Trainer-16Asics - T110N190-GelDSTrainer 16 (380km)Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (451km)
Résultats  Elite : 48ème/373 Overall H : 51ème/449  
  %class: 12% - %tps : +29% %class: 11% - %tps : +29%  
Notes Sans ceinture cardio
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:17 00:04:17 00:04:17 14.0 19.45
2.00 00:08:25 00:04:07 00:04:08 14.5 7.82
3.00 00:12:32 00:04:07 00:04:07 14.6 -10.74
4.00 00:17:15 00:04:42 00:04:43 12.7 15.03
5.00 00:21:11 00:03:55 00:03:56 15.3 -20.93
6.00 00:26:03 00:04:52 00:04:52 12.3 9.64
6.92 00:29:47 00:03:43 00:04:03 14.8 -7.36

 

C'est ma 4ème participation à cette course qui marque traditionnellement la fin de la saison des compétitions. Les deux premières s'étaient assez bien déroulées, malgré les températures glaciales. L'édition 2011  CR 6ème Christmas Midnight Run (17 décembre 2011) avait été manquée : je m'étais tordu une cheville une semaine avant et n'avais pas pu m'entraîner. J'avais couru sans forme et sans motivation. Un prélude néfaste à ce qui sera un début de saison 2012 de sinistre mémoire.

 

Midnight-Banner

 

Bien que ne faisant pas partie de mes objectifs principaux, j'ai bien l'intention de d'améliorer mon temps sur cette course et d'effacer ma mauvaise performance de 2011.

 

La course présente quatre nouveautés cette année :

  • Une "course" de walking a été ajoutée. Elle s'intercale entre la course déguisée de 2.5 km (qui est avancée à 20h45) et la course de 5 km, qui reste à 22h. La course de 7.5 km à laquelle je participe reste à 23h.
  • Un nouveau sponsor principal a été trouvé, le magasin de sport Athleticum, et on pouvait déjà aller chercher les dossards le matin de la course dans le magasin situé au Flon
  • Le trajet a été amputé de la boucle sur la place St-François. Le parcours est donc plus court - améliorer son temps sera facile.
  • La rue de Bourg a été sécurisée.

Concernant les deux derniers points, j'en suis en partie à l'origine, car j'avais fait part dans ce même blog de mon mécontentement quant aux risques encourus par les participants dans les "interactions" avec le public de fêtards qui fréquente ce secteur. Les organisateurs de la course ont pris connaissance de ma prose et ont décidé d'améliorer la sécurisation de ce tronçon (suppression de la boucle sur St-François qui croisait le trafic des piétons, couloir entre barrières sur toute la rue de Bourg). Cette décision aura été bonne et je tiens à remercier ici l'organisation, d'une part pour avoir permis aux concurrents de courir en toute sécurité et d'autre part pour avoir écouté la voix des participants.

 

Midnight-Programme

 

Mon blog s'était aussi plaint de la chicheté du cadeau souvenir (un pain d'épice). Les organisateurs m'ont expliqué qu'en 2011, leur sponsor principal ayant fait faux bond au dernier moment, ils n'avaient pu en trouver un autre à temps et avaient dû faire avec un budget très sérieusement amputé. Ma diatribe sur ce point leur a retourné le couteau dans le plaie - je m'en excuse. Il est clair qu'en ayant tous les éléments en main, on comprend mieux la situation et que c'est finalement grâce à beaucoup d'engagement de leur part que l'édition 2011 a pu avoir lieu.

 

Cette année, les organisateurs auront le sourire, car le record de participation a été pulvérisé avec 2'652 inscrits, soit 20% de plus que le record de l'année passée.

 

Le début de semaine a enregistré des températures glaciales (-6°c) et des chutes de neige abondantes, mais tout cela va changer en fin de semaine, la météo annonce dès vendredi de la pluie et des températures bien plus douces (+7°C). Effectivement, en ce samedi, alors que nous allons chercher nos dossards chez Athleticum, il tombe des cordes et la neige fond à vue d'oeil.

 

Midnight-Dossard

 

Pour assurer la promotion du Trophée lausannois et du Cross de Lausanne, je me rends dès 20h00 sur la place de la Riponne, où se trouvent la grande tente et l'arrivée/départ de course. . Il fait sec et doux, la course s'annonce sous les meilleurs auspices. Je croise beaucoup de connaissances, ce qui fait que je ne distribue pas beaucoup de flyers... Je vais aussi saluer le speaker, Christian Perler, qui arbore un beau déguisement de Père Noël.  Vers 22h00, je m'assieds pour un quart d'heure, histoire de ménager mes jambes. Linda me rejoint à ce moment et nous allons déposer nos affaires à la consigne. Je vais garder un T-Shirt rouge passé sur un maillot long fin et des shorts 3/4. Afin d'être dans l'ambiance, je garde le cadeau-souvenir - un bandeau - sur la tête, même si la température ne le nécessite pas.

 

La Christmas Midnight Run propose cette année un maillot technique qui n'est pas remis comme prix, mais peut être acheté séparément. Nous en avons fait l'acquisition il y a quelques semaines lors du Marathon de Lausanne, et je dois dire que c'est un achat que je ne regrette pas, il est superbe.

 

Midnight-Prix3

 

Midnight-Prix2

 

Vers 22h30, je croise Serge et nous convenons d'aller nous échauffer ensemble. La pluie s'est mise à tomber, mais elle est très fine et ne nous gênera pas. Nous parcourons le tracé jusqu'au sommet de la rue de Bourg et redescendons vers le départ par la rue Centrale, car le temps passe vite. Serge lance les accélérations sur le retour, ça fait du bien, je me sens dans le coup. Je vais encore faire quelques lignes sur le quai de la station de métro.

 

Depuis 2010, le morceau "I gotta feeling" des Black Eyed Peas est pour moi le symbole de cette course, je vais parsemer le blog de quelques paroles de cette chanson.

 

"I gotta feeling that tonight's gonna be a good night"

 

Je vais m'installer sur la ligne de départ vers 22h50. Serge me fait remarquer qu'il n'y a pas de tapis de chronométrage après le départ. Nous nous avançons donc jusque vers le 5ème rang pour perdre le moins de temps possible entre le coup de feu et notre départ effectif. Christoph et Yves ne sont pas présents cette année, je ne sais pas vraiment avec qui je vais me mesurer.

 

A 23h pile, le starter nous libère. Comme chaque année, le départ est très rapide et il faut faire attention à la bordure de trottoir puis au virage vers la rue Haldimand. Ça se passe plutôt bien et je me laisse emporter par le rythme endiablé de ce début de course en faux-plat descendant. La descente s'accentue alors que nous passons à la rue Pichard, et encore plus à la rue du Grand St-Jean. Lors de mes reconnaissances, j'ai étudié la trajectoire idéale pour prendre au mieux le virage à 90° au bas de la descente, mais il y a trop de coureurs pour que je puisse la suivre. Un coureur M50 me dépasse, je suis étonné de le voir ici, d'habitude, il est loin devant moi. Peut-être a-t-il manqué son départ.

 

Midnight-Parcours

 

Après toute cette descente, c'est le retour sur terre avec la rue de la Louve qui est en faux-plat montant, mais à la vitesse à laquelle je cours, elle fait l'effet d'un mur. Pourtant j'y repasse le M50. Nous virons à droite pour arriver sur la place de Palud. Je suis surpris de constater qu'elle est très peu éclairée, et j'ai de la peine à distinguer le passage de la course entre les spectateurs.

 

Après avoir traversé la place se trouve la dernière descente, rue du Pont, et nous atteignons le point le plus bas de cette course vallonnée, à l'intersection avec la rue Centrale. Linda me racontera qu'elle a dû s'arrêter à cet endroit pour laisser passer un camion de pompiers .

 

Les choses sérieuses commencent avec la montée bien raide de la rue St-François. Je me mets en mode technique, petits pas, sur la pointe des pieds, lever de genoux, mouvements des bras. Les concurrents qui ont présumé de leurs forces le regrettent à ce moment, et je commence à en dépasser plusieurs. Avec la suppression de la boucle à St-François, il n'est plus possible de récupérer et il faut continuer à monter sur la longue rue de Bourg. Par contraste, elle semble plus douce que le becquet que l'on vient de grimper, et la pente continue à s'adoucir jusqu'au haut. Il faut donc bien gérer cette double montée, et se forcer à relancer un peu vers le milieu, alors qu'on aurait plutôt tendance à ralentir.

 

"Round and round, Up and down"

 

La montée n'est pas terminée, il faut encore grimper sur la rue Caroline pour atteindre le pont Bessières. Le plat de ce dernier permet de récupérer un peu, mais c'est de courte durée, car il faut vite se remettre à monter pour atteindre la rue Curtat. C'est un faux-plat descendant et il faut se forcer à relancer pour repartir à pleine vitesse. Elle se termine par un virage en épingle à cheveux et j'avais l'habitude d'attraper le panneau de signalisation pour m'en servir comme d'un pivot. Malheureusement, ce panneau a été scié depuis et il me faut virer plus large.

 

Midnight-Profil

 

Nous attaquons l'avenue Menthon, dernière montée qui nous mène à la Cité. Elle forme un long virage vers la droite et on n'en voit le bout qu'au dernier moment. Elle nous pose derrière la cathédrale ou nous retrouvons le plat sur de gros pavés, dangereux pour mes chevilles. Nous faisons un demi tour de la cathédrale et atteignons le point culminant de la course.

 

"Easy come, easy go, now we're on top"

 

 

 

Midnight 03

 

Nous attaquons la terrible descente de la cathédrale au pont Bessières, puis de la rue de la Mercerie. Fait exceptionnel, j'ai décidé de ne pas porter ma ceinture cardio. En effet, j'ai constaté lors des éditions précédentes et des reconnaissances que j'avais une tendance plus ou moins consciente à me retenir lors des descentes raides pour éviter que ma ceinture ne se déplace. Étant donné qu'il y a peu d'intérêt à suivre ma FC dans une compétition courte et avec de fréquents changements de pente, la liberté gagnée en courant sans ceinture vaut la peine.

 

J'ai aussi repéré la trajectoire idéale sur cette pente, en passant sur la gauche de la rigole centrale que je dois absolument éviter de franchir à pleine vitesse (mes chevilles...). Ici encore, je ne pourrais pas la suivre, car un coureur plus lent l'occupait. Je me décontracte et essaye de bien dérouler. Je suis un peu surpris de dépasser des concurrents, la descente étant mon point faible. Mais je me fais aussi dépasser par quelques concurrents en mode ballistique.

 

Raymond Corbaz m'encourage au bas de la pente. A pleine vitesse, j'atterris sur la place de la Palud qui est mieux éclairée de ce côté. Un virage sec sans visibilité nous amène sur la rue de la Madeleine, en faux-plat montant, qui fait aussi l'effet d'un mur. C'est étonnant de constater comment des rues qui semblent plates quand on y marche peuvent paraître pentues quand on y court . Un dernier effort et on se retrouve à la Riponne, premier tour bouclé en 9'39". Plus que deux.

 

 "Let's do it, let's do it,  And do it again !"

 

 

Le speaker cite mon nom au passage et rappelle que le Cross de Lausanne aura lieu le 19 janvier. J'ai bien fait d'aller le saluer - il fait ma promo .

 

A l'attaque du deuxième tour, je suis surpris de constater que la course est maintenant bien clairsemée, je n'ai plus que trois ou quatre concurrents en ligne de mire et nous avons presque la même vitesse. Les places semblent établies. Je grignote néanmoins des mètres sur les deux coureurs devant moi. Je peux maintenant suivre la trajectoire idéale dans les descentes. Je ne sais pas où j'en suis dans la course, car je n'ai aucun coureur connu ni devant, ni derrière moi, je vais continuer au feeling.

 

La montée St-François-Rue de Bourg est bien difficile, car je suis allé très vite au premier tour. Mais je serre les dents et me dis que je suis déjà presqu'à la moitié. Il y a deux semaines, j'ai fait six fois la boucle en entraînement - cela me sert maintenant, car en comparaison les trois tours à  parcourir semblent presque faciles. Je regrette d'avoir mis le bandeau, car j'ai les oreilles qui chauffent, mais il faudra faire avec, je ne vais pas jeter le cadeau souvenir !

 

Midnight-Flyer

 

Le deuxième tour est un peu plus lent en 9"53". J'attaque le dernier tour avec détermination. Au passage de la rue Pichard, je passe le coureur balai. Il va maintenant falloir dépasser les coureurs de fin de peloton. Je me rends compte qu'il viennent de finir leur premier tour et moi le second, je suis presque deux fois plus rapide qu'eux ! Dans la descente du Grand St-Jean, je rattrape un des coureurs que j'avais en point de mire. Je jette un coup d'oeil en le dépassant et constate avec surprise que c'est Paolo, qui finit d'habitude bien loin devant moi. Je l'enjoint à s'accrocher derrière moi, ce qu'il fera je pense un moment. Il finira 20 secondes après moi. Je suis un peu décontenancé de l'avoir dépassé - a-t-il eu une défaillance, ou suis-je vraiment aussi en avant dans la course ?

 

Mais je n'ai pas le temps de me poser trop de questions, car la densité des coureurs à qui je prends un tour augmente. Il me faut être très attentif et anticiper les espaces au travers desquels je vais les dépasser. La reconnaissance que j'ai faite la veille pendant les nocturnes m'a bien entraîné à slalomer entre les chalands. Je me retrouve dans la situation un peu particulière où j'ai en point de mire bien plus de coureurs attardés que de compétiteurs directs. Difficile dans ces conditions de se motiver à suivre ou rattraper un autre concurrent.

 

A la dernière montée de la rue de Bourg, je paye les efforts des deux premiers tours, mes jambes n'en peuvent plus et j'ai l'impression de me traîner. Je constate que les autres coureurs dans le même tour que moi vont à la même vitesse. Ça me rassure, mais me donne aussi un oreiller de paresse que je dois combattre et je me force à relancer, même si ça fait mal. 

 

"Feel the shot, Body rock, Rock it don’t stop"

 

C'est au bord de l'asphyxie que j'arrive au pont Bessières, et je me félicite de ne pas avoir pris ma ceinture cardio - ma FC doit avoir crevé tous les plafonds.

 

Je relance à fond sur la rue Curtat et suis impressionné du différentiel de vitesse avec les coureurs qui n'en sont qu'à leur deuxième tour. Je me fais mal une dernière fois à l'av. Menthon, dépassant encore un adversaire avec qui nous avons joué à cache-cache entre les concurrents attardés. Au plat de la cathédrale, un concurrent venant de l'arrière me dépasse à toute vitesse. J'essaye sans succès de le suivre dans la descente de la Mercerie, mais en passant je prends une place à un concurrent qui semble être encore plus mauvais descendeur que moi.

 

Midnight-Artsy2

 

Un dernier encouragement de Raymond au bas de la descente vertigineuse et je manque de percuter le photographe en embuscade à l'entrée de la Palud. Heureusement son flash m'a aveuglé une seconde avant l'impact, et j'ai par réflexe dévié sur la gauche. Je profite de mon élan pour traverser la Palud avant de bifurquer sur la Madeleine.

 

Je prends une grande respiration pour attaquer la finale. C'est à ce moment que deux missiles me dépassent, dont le M50 que j'avais passé au premier tour. Ils sont déjà en plein sprint, je n'ai aucune chance, j'ai l'impression de marcher. Une demi seconde de stupeur et je lance aussi mon sprint, il faut tout donner !

 

"Just take off, Lets paint the town. We’ll shut it down. Let’s burn the roof. And then we’ll do it again"

 

Je vois le chrono géant à côté de l'arche d'arrivée - le chiffre de gauche est encore un "2", je peux finir en moins de 30 minutes ! Ça me booste pour les 50 mètres qui restent. Ce dernier tour sera quand même le plus lent, en 10'03".

 

29'46" au chrono, j'ai de la peine à croire que je termine en moins d'une demi-heure ! Mon meilleur temps était de 33'31" en 2010, je l'ai battu de près de 4 minutes. Certes le parcours est plus court d'environ trois cent mètres, mais cela ne représente même pas deux minutes. Je suis étonné de voir que la zone d'arrivée est bien moins occupée que d'habitude, pour cause, j'étais vraiment très en avant dans la course... On me voit ci-dessous à gauche, bien plus tard, alors que je débriefe avec Stephanie (2ème dames senior)

 

Midnight 01

 

Je suis très satisfait de ce résultat, mais reste un peu sur ma faim, car je n'ai pas l'impression d'avoir géré ma course, mais plutôt d'y être allé au feeling, et ça ne peut satisfaire mon esprit cartésien. Peut-être que si j'avais été opposé à des adversaires connus, je me serais encore plus donné. Je me rends aussi compte que je n'ai pas réussi à tenir un rythme constant, mais bon je n'ai perdu que 10 secondes à chaque tour. Et 4'17"de moyenne au km, avec les difficultés de cette course, il ne faut pas non plus être trop difficile.

 

"I gotta feeling that tonight's gonna be a good night"

 

Je termine 48ème de la catégorie "élite" (moins de 50 ans) sur 373 participants - en 2010 j'étais 76ème sur 420. Une belle progression. Le M50 qui m'a battu de 2 secondes au sprint finit 4ème de la catégorie senior (50 ans et plus). Voila qui me laisse songeur - je rejoindrai cette catégorie dans deux ans et avec ma performance de ce soir je serai aux portes du podium.... Noter cette course comme objectif principal en 2014 !

 

J'attends Linda qui arrive un peu déçue de son temps. Il faut dire qu'elle préfère les courses plates et longues, tout le contraire de la Midnight. Nous félicitons notre coach Teresa qui gagne dans la catégorie Dames senior, mais rentrons tout de suite, car Linda doit se lever tôt demain.

 

Midnight 02

 

C'était ma dernière course pour cette l'année, qui se termine sur de belles performancese. Comme je ne pourrai pas participer au Cross de Lausanne en janvier 2013, vu que je l'organise, la prochaine compétition est en théorie le Cross de Amis de la Nature à Chavannes en mars 2013. Mais je m'imagine mal ne plus avoir de course pendant trois mois - je vais bien trouver quelque chose avant .

 

A court terme, je vais faire une pause de deux semaines après la dernière sortie du Footing Club. A la reprise en janvier 2013, il y aura du travail, car le plan d'entraînement pour le marathon de Milan (7 avril) va débuter et j'ai des ambitions. Mais c'est une autre histoire, à suivre...

 

 

 

Cadeau souvenir : un bandeau

 

Midnight-Prix1

 

 

Presse

 

Midnight-24H-12-12-17

24 heures du 17.12.2012

 

 

Midnight-LaufkalenderWeb-12-12-17

Laufkalender.ch Web du 17.12.2012


Midnight-20Minutes-12-12-17

20 minutes du 17.12.2012

 

Midnight-20MinutesWeb-12-12-16

20 minutes Web du 16.12.2012

 

Midnight-TdGWeb-12-12-16

Tribune de Genève Web du 16.12.2012

 

Midnight-24H-12-12-15a

Midnight-24H-12-12-15b

24 heures du 15.12.2012

 

Midnight-RougeFMWeb-12-12-14

Rouge FM Web du 14.12.2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob le coureur - dans Course
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 15:55

34ème A Travers Prilly

TL13-Prilly-Logo

Lieu Prilly Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 24.11.2012 15:21:09
Catégorie Course Infos course
Distance 8.50 kilomètres Dénivelé + 62.0 mètres Dénivelé - -20.6 mètres
Durée Totale 00:34:00 Activité 00:34:00 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:03:59 min/km Allure Max. 00:03:27 min/km Allure Min. 00:05:02 min/km
Météo 10 °C FC Moy. 167 BPM FC Max. 176 BPM
Equipement Asics-T110N-190-Gel-DS-Trainer-16Asics - T110N190-GelDSTrainer 16 (355km)Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (348km)
Résultats  M40 : 15ème/54 Overall H : 36ème/168 TL : 11ème/52
  %class: 28% - %tps : +14% %class: 21% - %tps : +24% %class: 21%
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:03:54 00:03:53 00:03:54 15.4 13.37
2.00 00:07:49 00:03:55 00:03:55 15.3 3.34
3.00 00:11:39 00:03:50 00:03:50 15.6 -9.94
4.00 00:15:49 00:04:09 00:04:10 14.4 8.60
5.00 00:19:46 00:03:56 00:03:57 15.2 -10.98
6.00 00:23:58 00:04:12 00:04:12 14.3 10.60
7.00 00:27:57 00:03:58 00:03:59 15.1 -5.16
8.00 00:31:58 00:04:00 00:04:01 15.0 4.93
8.54 00:34:02 00:02:03 00:03:47 15.9 -6.47

 

Les lecteurs assidus du blog auront certainement constaté que je suis dans une série de courses qui m'ont bien réussi, en améliorant significativement mes temps et mes moyennes. Une première question que je me pose est le pourquoi de cette progression maintenant, alors que cela fait presque trois ans que je m'entraîne "sérieusement" ?

 

L'autre question est de savoir où sont mes "nouvelles" limites ? Pour répondre à cette seconde interrogation, je me suis fixé la course de Prilly comme test, où je veux courir le plus vite possible et voir jusqu'où je peux aller. A cet effet, je me suis dit que si j'arrivais à suivre, voire dépasser , certains coureurs qui m'ont toujours battus, jusqu'au bout de la course, j'aurais de nouveaux repères. Je pense à Antonio, que j'ai souvent en point de mire en fin de course, et aussi à Patrick, qui finit régulièrement une à deux minutes devant moi. A l'entraînement du mardi précédent, plutôt qu'aller faire de la VMA avec l'élite, je suis allé faire 5x1'000m avec le groupe moyen. Ces 1'000m se terminaient en montée, et faisaient un bon test pour la course. Le test a été concluant, puisque le dernier 1'000m a été bouclé en 3'45".

 

TL13-Prilly-Flyer

 

Le samedi matin de la course, nous nous rendons à Prilly pour faire .. nos courses ... et j'en profite pour aller déposer des flyers sur les tables de remise des dossards, qui sont en cours de montage. En raison d'importants travaux au centre commercial, la course a dû complètement revoir l'organisation sur place, ainsi que le parcours même de l'épreuve. En faisant nos achats, nous constatons qu'effectivement le centre commercial, couvert de palissades est impraticable et nous n'avons même pas réussi à trouver l'entrée du parking sous-terrain.

 

Après avoir mangé chez nous, nous retournons sur Prilly. Les dossards sont remis au collège de l'Union, à 250 mètres du départ, où se trouvent aussi les vestiaires et où la remise des prix aura lieu. Pour tout dire, je trouve cette configuration plus pratique que celle des années précédentes où il fallait naviguer entre le centre commercial et l'autre collège, plus éloigné. J'ai le plaisir de constater que les organisateurs m'ont invité pour cette course.

 

TL13-Prilly-Dossard

 

Je croise Patrick, qui effectue la promotion du Trophée 2013. Il me dit que j'ai fait des progrès et qu'il devra faire attention à moi - en mon fors intérieur, je pense la même chose...

 

Je pars m'échauffer avec Yves et Laurent. Nous reconnaissons la boucle nouvellement tracée pour cette édition. Comme les années précédentes, nous allons monter la route du Chasseur, mais allons la quitter plus bas, à la hauteur de l'av des cerisiers plutôt que du ch. de la Possession. Cela fait donc un bout de montée en moins. Nous descendons l'av. des cerisiers pour rejoindre l'av. du château. Après 50 mètres, nous retrouvons le parcours des années précédentes, qui nous fera prendre l'av. de Jolimont, puis revenir sur l'av. des cerisiers. Ici nous quitterons l'ancien tracé pour reprendre l'av du château, quitter la route et passer entre les deux bâtiments (ancien et nouveau) dudit château et retourner vers le départ. Là aussi, nous économisons une bonne partie de la montée de l'av. des cerisiers que nous remontions en sens inverse.

 

TL13-Prilly-Parcours

 

Le temps est bien plus agréable qu'au Marathon ou au Talent, et même si le soleil ne perce pas les nuages bas, il fait un 10°C qui permettra de courir en T-Shirt et short 3/4 (des shorts courts auraient aussi été). Anne-Laure nous rejoint pour faire encore une demi-boucle, et bien reconnaître le passage en descente vers le château. Il se termine en un virage serré à 90°, sans visibilité, qu'il faudra négocier à pleine vitesse. Nous constatons que la boucle fait bien moins que les 2 km des années précédentes, tout juste 1700 mètres, ce qui met les 5 tours à 8.5 km. Je vais donc calibrer ma course sur cette distance.

 

A 15h07, je vais me placer sur la ligne de départ. Je vérifie encore une fois mes lacets, auxquels j'ai fait des triples noeuds, pour éviter les mésaventures des deux précédentes éditions où j'avais dû m'arrêter pour relacer mes baskets. A deux minutes du départ de 15h15, on nous annonce que la course aura du retard, et nous partons trottiner encore quelques minutes.

 

TL12-Prilly-07

 

Je suis placé assez en avant, mais je constate qu'il y a du beau monde, les points seront chers. A 15h21, la détonation du starter nous libère.

 

TL12-Prilly-06

 

Selon ma stratégie, et contrairement à mon habitude, je démarre rapidement en ce début de course qui attaque d'emblée avec une montée. Je demande à Christoph s'il a vu le concurrent qui nous précède tous les deux au classement du Trophée. Pendant qu'il me répond, un coureur, Willy (on le retrouvera plus tard), s'étale devant nous et c'est de justesse qu'un autre coureur arrivera à le relever avant que tout le peloton ne lui passe dessus. Christoph m'indique qu'il n'a pas vu le coureur. S'il n'est effectivement pas présent, cela lui permettrait de gagner une place, et potentiellement moi aussi.

 

Nous sommes déjà au sommet de la pente et je relance pour la descente. Après 3 minutes de course, mes pulses sont déjà à plus de 160, ça promet ! Nous tournons ensuite pour le long faux plat montant de l'av. du Château. Christoph est toujours à mes côtés et nous commençons à remonter des concurrents. Ma Garmin indique 3'54" au 1er km, ce qui est vraiment très vite, compte tenu de la longue montée. Mais je ne m'affole pas, mon objectif est de voir combien de temps je peux tenir à ce rythme.

 

Antonio n'a pas encore pris le large et je l'ai en point de mire. J'accélère encore un chouia pour le rejoindre. Alors que je suis sur les talons d'Antonio, Christoph commence à lâcher prise.

TL12-Prilly-05

 

Nous tournons et nous retrouvons sur l'autre faux plat, celui de l'av. de Jolimont, qui est légèrement descendant. Antonio surpris de me voir déjà à sa hauteur se met à relancer et je le suis. Je me rends compte que nous avons maintenant Patrick en point de mire - je ne m'attendais pas à être si proche de mon objectif dans le premier tour !

 

Je suis maintenant sur les talons de Patrick et avec l'allure que j'ai prise pour le rattraper, je pourrais le dépasser. Mais je me dis que ce ne serait pas raisonnable, si je faiblis sur la fin et me fais redépasser, je le regretterai. Je décide alors de faire quelque chose de nouveau pour moi, une course tactique 

 

Je reste donc bien sagement derrière Patrick et vais essayer de le suivre, en gardant des forces pour faire la différence sur la fin de course. Et je ne suis pas le seul à suivre cette tactique, car nous nous retrouvons en un petit peloton de 6 coureurs, dont Antonio, qui se laissent mener par Patrick. Tous sont des coureurs expérimentés, M50 (sauf Patrick) et je me sens un peu intrus dans ce groupe, car je termine généralement derrière ces concurrents.

 

TL12-Prilly-04

 

Ce petit train va durer du 2ème au 4ème tour. L'allure baisse un peu, notamment à la montée du Chasseur, ce qui me permet de m'économiser. Sur le plat, quand je trouve que le régime a trop baissé, je me porte à la hauteur de Patrick, faisant mine de vouloir le dépasser - il relance aussitôt, et je me replace derrière lui. Mais il ne faut pas croire que je suis en promenade de santé - à plusieurs reprises je me retrouve 5 mètres derrière le groupe et je dois relancer pour coller.

 

Vers la fin du 3ème tour, je me demande quand il faudra que j'attaque. J'imagine le faire à la fin du 4ème tour, dans le faux plat descendant qui précède la passage du château. Mais quand j'y arrive, je suis à l'arrière du groupe et ça ne fait pas de sens d'accélérer sur la descente. Cela fait un moment que je n'ai plus vu Antonio, il a dû lacher prise. A la fin du 4ème tour, nous entendons le speaker annoncer l'arrivée prochaine du premier de la course - cool, je ne me ferai pas prendre de tour !

 

TL12-Prilly-03

 

Nous abordons la dernière montée du Chasseur et c'est au milieu de celle-ci, alors que la déclivité augmente, que je place mon attaque. Je passe Patrick d'une manière franche, le sort est jeté, il me faudra assumer pendant les 1'500 mètres restants.

 

Je dévalle la pente à toute allure et me force à ne pas regarder derrière moi. Mais j'entends qu'il y a au moins deux coureurs qui se sont accrochés - c'est moi qui vais prendre le rôle de lièvre qu'avait Patrick. Sans penser ni à la fatigue ni à la douleur, je continue à tenir une allure de 4 minutes au km. A 500 mètres de l'arrivée, j'essaye encore d'accélérer pour me débarrasser de mes poursuivants. Je suis à 3'45 au km ! Après le virage sec du passage du château, je me lance en sprint jusqu'à l'arrivée. Hélas je vois Willy, qui était dans le petit groupe, me dépasser avec ses grandes enjambées. 

 

TL12-Prilly-02

 

Alors que je coupe mon effort sur la ligne d'arrivée, un autre coureur encore en pleine vitesse me dépasse après la ligne et va se placer devant moi dans la chicane d'arrivée

 

Je suis très content de cette course, avec une allure moyenne supérieure à 4 minutes au km, ce qui est mon record pour une compétition de plus de 5 km. Certes il n'y avait pas, et de loin, les 10 km habituels, mais je pense que j'aurais pu les tenir à cette allure. Avec un temps de 34'01", j'ai amélioré de plus de 8 minutes mon temps de 2011, mais il n'y a évidemment pas de comparaison possible.

 

Linda termine au sprint avec Teresa et renoue avec les podiums en prenant la 3ème place de sa catégorie, qui sera aussi sa place au classement final du Trophée.

 

TL12-Prilly-08

 

TL12-Prilly-01

 

Nous allons nous doucher et participer à la remise des prix, toujours très sympathique lors de cette dernière course du Trophée.

 

TL12-Prilly-09

 

Patrick ayant dû s'absenter, l'organisateur de la course me demande de prononcer quelques mots. Je le fais volontiers, mais sans préparation, j'ai dû un peu bafouiller.

 

TL12-Prilly-10

 

Un grand bravo à l'organisation de cette course, impeccable comme d'habitude, malgré les perturbations sur le site habituel de la course ! Le seul bémol est que certains concurrents, déçus de ne pas avoir couru les 10 km annoncés sont repartis pour un 6ème tour

 

Je termine 15ème sur 54 de ma catégorie et 36ème sur 168 hommes. Ce n'est pas très bien payé, vu ma bonne performance, mais le plateau était relevé. A comparer avec ma 22ème place en 2011 et 30ème en 2009.

 

En regardant les classements, je constaterai que le coureur qui m'a dépassé sur le fil était de ma catégorie, me faisant perdre une place et un point au classement du Trophée. Avec effarement, je me rends compte qu'avec ce point j'aurais passé à la 10 place (ex-aequo) du Trophée et me maudis d'avoir coupé mon effort avant la chicane. En regardant de plus près, je vois que j'aurais quand même été 11ème selon le règlement, l'autre concurrent m'ayant toujours battu aux confrontations directes. Il aurait fallu finir 13ème à Prilly, soit avec 15 secondes de mieux pour gagner une place au Trophée. Je termine donc 11ème du Trophée, ce qui est mieux que mes 12èmes places aux trois éditions précédentes, surtout en considérant mon mauvais début de saison.

 

L'enseignement que je tire de cette course est concluant, je peux tenir une course en partant plus vite, mais je ne sais pas encore jusqu'à quelle vitesse, ayant opté pour une course tactique. La prochaine course sera la Midnight Run, mais ensuite il y aura un grand trou jusqu'en mars 2013, ne pouvant pas participer au Cross de Lausanne vu que j'en préside l'organisation. Mais comme un marathon se profile pour le printemps, le début d'année 2013 se fera sous le signe des entraînements longs....

 

 

Cadeau souvenir : un linge

 

TL13-Prilly-Prix

 

 

Presse

 

TL13-Prilly-24H-12-11-23

24 heures du 23.11.2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob le coureur - dans Course
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 11:28

3ème One World Run Lausanne

One World-Logo

Lieu Lausanne Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 17.11.2012 11:08:45
Catégorie Course Infos course
Distance 5.00 kilomètres Dénivelé + 0.0 mètres Dénivelé - -1.2 mètres
Durée Totale 00:19:53 Activité 00:19:53 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:03:58 min/km Allure Max. 00:03:31 min/km Allure Min. 00:04:18 min/km
Météo 8 °C FC Moy. 159 BPM FC Max. 170 BPM
Equipement Asics-T110N-190-Gel-DS-Trainer-16Asics - T110N190-GelDSTrainer 16 (347km)Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (315km)
Résultats  M40 : 1er/~4 Overall : 1er/~25  
  %class: 0% - %tps : +0% %class: 0% - %tps : +0%  
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:00 00:04:00 00:04:00 15.0 0.99
2.00 00:08:02 00:04:02 00:04:02 14.9 -2.45
3.00 00:12:01 00:03:58 00:03:59 15.1 -1.05
4.00 00:16:03 00:04:02 00:04:02 14.9 1.50
5.00 00:19:52 00:03:48 00:03:49 15.7 2.79
5.01 00:19:53 00:00:00 00:01:33 38.7 0.00

 

C'est ma deuxième participation à cette course qui en est à sa troisième édition (j'ai été malade et ai manqué la première). Cette course est spéciale à plusieurs égards, puisque d'une part elle est organisée de manière amateure (dans le bon sens du terme) par Stephanie Smith, fidèle participante au Trophée lausannois et d'autre part qu'elle ne vise pas la performance sportive, mais plutôt à récolter des fonds pour aider des enfants victimes du SIDA. Des courses similaires sont organisées ce même jours dans plusieurs villes du globe, d'où son nom de "One World Run".

Site du One World Run

 

Linda travaillant ce samedi matin, c'est en solo et en transports publics que je me rends au port de Vidy où sera donné le départ de la course. Le ciel est gris et le froid rendu pénétrant par l'humidité ambiante. Durant ma descente en bus, les nuages s'entrouvriront un instant pour laisser poindre quelques rayons de soleil. Hélas ce sera un faux espoir et la suite de la matinée restera sous la grisaille.

 

Arrivé sur place, je croise d'emblée Stephanie, qui me redirige vers la table d'enregistrement. Après avoir réglé ma donation, je reçois le T-Shirt de la course 2012 et mon dossard, fait main et bien plus résistant qu'il n'y parait. Pour une fois, son numéro correspond à mon statut de défenseur du titre.

 

One World-Dossard

 

Les participants arrivent petit à petit, la plupart provenant du cercle d'amis anglophones de Stephanie, j'ai un peu de peine à socialiser, d'autant plus que mes compères de 2011, Max et Pascal, font faux bond cette année. J'attends que quelqu'un se décide pour aller s'échauffer, mais le temps avance et à 15 minutes du départ, je me décide d'y aller tout seul. Un petit tour sur les quais et me voila de retour vers la ligne de départ, tracée à la craie cette année. Les autres concurrents s'y groupent déjà. Nous sommes une vingtaine de participants, en majorité de jeunes femmes. Je profite des 5 minutes restantes pour faire quelques accélérations et me rendre compte que je ne suis pas encore vraiment échauffé.

 

One World-03

 

Comme en 2011, Stephanie va gérer la course et ne pourra pas y participer. Elle me dit sur la ligne de départ être un peu déçue de l'absence sans avertissement de plusieurs personnes qui s'étaient inscrites. Quelques minutes avant le départ, elle reçoit un appel d'une concurrente en retard et décide de décaler le départ. La concurrente va apparaître, puis disparaître. Stephanie donne finalement le départ sans elle.

 

La course consiste à faire un aller-retour le long du lac Léman, entre le port de Vidy et l'extrémité ouest des terrains de sport de l'UNIL/EPFL, pour un distance totale de 5km. Ma stratégie de course est de partir "tranquillement" à 4min/km, puis d'accélérer progressivement.

 

Un concurrent démarre à toute vitesse et prend la tête de la course. Sans m'affoler, je tiens le rythme convenu et le dépasse juste avant la petite (et seule) montée derrière les pyramides. Au premier km, j'ai tenu pile poil l'allure prévue. Mais je ne me sens pas capable d'accélérer, car je ne suis pas assez échauffé et une bise assez forte souffle de face. J'ai peine à tenir l'allure, et vais même légèrement ralentir sur le second km (4'02").

 

Je passe le petit pont sur la Chamberonne et quitte le bitume pour le troisième km. Une bénévole marque le point de rebroussement et me salue par mon prénom - elle devait être au même poste l'année passée. Je fais un "tourné sur route" et repars en sens inverse. Je constate que j'ai creusé une bonne avance sur le second, qui est en fait une seconde, et une "séniore" comme moi. Je suis pratiquement assuré de remporter la course et étrangement, cela a un effet un peu démotivant. Mais je pense à la bonne cause et relance. Je commence à être mieux échauffé et effectue le 3ème km en 3'58".

 

One World-Prix2

 

Je peux saluer et encourager au passage chaque coureur que je croise. J'ai la surprise de voir des concurrents qui n'étaient pas au départ. Ce sont les participants dont Stephanie m'avait parlé et qui pensaient que le départ était donné à Ouchy. Se rendant compte de leur bévue, ils ont couru d'Ouchy à Vidy, pour constater que la course était partie sans eux. Ils auront finalement parcouru le double de la distance !

 

Au passage du 3ème km, ma Garmin indique que je suis à tombé à 4'30" au km, ce qui est manifestement faux et me décontenance un peu. Je n'y fais plus attention et me concentre sur ma course. Je connais bien ce bord de lac, puisque nous venons souvent y faire la vitesse (1'000 et 2'000m), et à des allures proches de celle de ma course.

 

Le dernier km débute et je me sens bien pour accélérer. La dernière ligne droite sur le port de Vidy avait été interminable en 2011, et je me suis préparé psychologiquement à l'endurer. Ce dernier km sera couvert en 3'48", de loin le plus rapide.

 

Stephanie me félicite pour ma première place. il n'y a pas de chronométrage. Sur la ligne d'arrivée, nous encourageons les coureurs qui arrivent au compte-goutte.

 

Je vais ensuite changer mon maillot humide contre un sec pour éviter de prendre froid et boire un gobelet de thé chaud. Nous attendons le retour des walkeurs pour la cérémonie de remise des prix. Je reçois une médaille et un cake fait maison, dont la taille varie selon la position sur le podium.A ma droite se trouve Brady, le mari de Stephanie, et co-organisateur de la couse.

 

One World-01

 

Je suis évidemment satisfait d'avoir gagné cette course, mais comme le dit l'adage, "à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire". J'ai amélioré mon temps de 2011 de 25 secondes, mais j'ai été 30 secondes plus lent que pour les 5km sur piste à Yverdon. Le froid et l'échauffement insuffisant en sont probablement responsables. Plus une course est courte, plus il faudrait s'échauffer, afin d'être chaud dès le début. Le jeune coureur qui a fini troisième (au centre ci-dessous, avec les baskets ultra-minimalistes) aurait fait un bon adversaire, et j'aurais préféré me battre pour conserver "mon titre", mais hélas il faisait partie des coureurs partis en retard.

 

One World-02

 

Stephanie sera finalement très satisfaite de la course, puisqu'elle aura permis de récolter plus de 800.- Elle raconte sa course sur son blog : Steph Runs

 

La matinée se termine pour moi avec un décrassage costaud, puisque je vais remonter à la maison en courant (Vidy - Home), c'est pour cela que l'on me voit sur la photo avec mon sac de course (pour ramener le cake).

 

 

Cadeau souvenir :Un T-Shirt

 

 

One World-Prix1

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob le coureur - dans Course
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 11:54

1er Forcethon Talent

Tl12-Talent-Banner

Lieu Chalet-à-Gobet Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 10.11.2012 11:01:15
Catégorie Course Infos course
Distance 11.90 kilomètres Dénivelé + 163.8 mètres Dénivelé - -164.0 mètres
Durée Totale 00:53:00 Activité 00:52:59 Pause 00:00:01
Allure Moy. 00:04:27 min/km Allure Max. 00:03:35 min/km Allure Min. 00:06:06 min/km
Météo 8 °C FC Moy. 162 BPM FC Max. 172 BPM
Equipement Aptonia-S300Aptonia - S300 (104km)Asics-Gel-Trail-Lahar3-GTXAsics - T1G1N9099 - Gel Trail Lahar 3 GTX (23km)Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (257km)
Résultats  M40 : 14ème/51 Overall H : 35ème/161 TL : 11ème/52
  %class: 27% - %tps : +19% %class: 22% - %tps : +19% %class: 21%
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:01 00:04:01 00:04:01 14.9 -5.18
2.00 00:08:06 00:04:04 00:04:05 14.7 -32.14
3.00 00:12:48 00:04:42 00:04:42 12.7 16.71
4.00 00:17:25 00:04:37 00:04:37 13.0 13.09
5.00 00:21:38 00:04:12 00:04:13 14.2 -38.92
6.00 00:26:04 00:04:26 00:04:26 13.5 -62.10
7.00 00:30:28 00:04:23 00:04:24 13.7 31.49
8.00 00:34:56 00:04:28 00:04:28 13.4 12.12
9.00 00:39:44 00:04:48 00:04:48 12.5 28.44
10.00 00:44:31 00:04:47 00:04:47 12.5 31.39
11.00 00:49:21 00:04:50 00:04:50 12.4 20.03
11.91 00:52:59 00:03:37 00:04:00 15.0 -6.18

 

C'est la première édition de cette course, mais en fait ce n'est pas une nouvelle venue, puisqu'il s'agit du déjà trentenaire du Trophée du Talent, dont la formule a été modifiée cette année. En effet, la fondation FORCE (FOndation pour la Recherche sur le Cancer de l'Enfant) s'est associée au service des sports de l'UNIL/EPFL pour parrainer et coorganiser cette course.

 

Les changements majeurs apportés au vénérable Trophée du Talent, aussi appelé "course à Lavizzari", du nom de son fondateur, sont les suivants :

  • Départ/arrivée au niveau de l'Ecole hôtelière, plutôt qu'au centre sportif de Mauvernay
  • Modification du parcours sur les deux derniers kilomètres
  • Ajout des catégories enfant et walking
  • Chronométrage à transpondeur avec la société MSO
  • Parrainage minimum pour les participants (ce qui implique la fin de la gratuité de la course)

En tant que Webmaster du site de la course, j'ai eu l'occasion de participer à des séances de travail qui m'ont permis d'assister à la genèse de cette nouvelle formule.

 

TL12-Talent-Flyer

 

Ce qui ne change pas, c'est que cette course est la 12ème du Trophée lausannois, et je me dois donc d'y participer !

 

Mais pour moi, tout ne se déroule pas dans des conditions idéales. Tout d'abord, en début de semaine, la météo annonce de fortes pluies pour le samedi de la course. Après la neige et le froid du Lausanne Marathon, ce sont à nouveau des conditions exécrables qui s'annoncent pour cette course.

 

En 2011, je m'étais tordu la cheville droite à l'entraînement du mardi précédant la course, puis à nouveau à l'entraînement du jeudi. Le samedi, après 2 km de course, la même cheville n'a pas tenu et j'ai dû abandonner ( CR 30ème Trophée du Talent (12 novembre 2011) - TL12 ). Il y a un mois, j'ai tordu cette même cheville lors d'un entraînement. Pour éviter la même mésaventure qu'en 2011, j'ai depuis protégé ma cheville à chaque entraînement du mardi (en forêt, de nuit..)

 

Aptonia-S300

Le jeudi précédant la course, après 1.5 km d'entraînement, dans une descente en forêt, mais sur le bitume, alors que je discutais avec Christoph, ma cheville droite se foule à nouveau . La douleur est de même intensité qu'il y a un mois, soit forte sur le coup, mais pas autant que lors de précédentes foulures. Plutôt que de continuer l'entraînement comme je l'avais fait en 2011, je décide d'arrêter et Linda rentre avec moi. Je suis évidemment d'humeur très sombre, j'ai l'impression d'être comme dans un de ces cauchemars où l'on voit tout les éléments se mettre en place pour une issue tragique. Le mauvais scénario de 2011 est-il en train de se rejouer ?

 

Je glace ma cheville dès le retour à la maison et vais porter ma chevillère tout le vendredi au travail. Je sens quand même une gêne, parfois une douleur à la marche. La question se pose évidemment - être raisonnable et déclarer forfait pour la course, ou y participer quand même, au risque d'une blessure ?

 

Comme annoncé, la nuit de vendredi à samedi est marquée par de fortes pluies incessantes. Elles se poursuivent le samedi matin alors que nous nous levons. C'est pour moi le scénario le pire, car la course du Talent se déroule en forêt et présente beaucoup de dénivelé. L'équation chemin forestier + feuilles mortes + pluie + descente + cheville fragile me semble conclure tout droit à une blessure.

 

Mais bon, je suis quand même Bob, et être raisonnable, ce sera pour quand je serai vieux . Je me décide donc à participer à ce Forcethon Talent, mais avec les aménagements suivants :

  • Port de la chevillère
  • Chaussures de trail plutôt que de compétition
  • Modération sur les 6 premiers km de descente

Nous partons à 9h30 pour le Chalet-à-Gobet, où nous garons la voiture comme nous le faisons deux fois par semaine pour les entraînements du Footing Club. Il tombe des cordes, et c'est avec l'aide d'un parapluie que nous nous rendons sur le site de la course, l'Ecole hôtelière (EHL), distante de 500 mètres du parking et du centre sportif de Mauvernay.

 

TL12-Talent-02

 

 

Nous allons chercher nos dossards, qui cette année sont personnalisés.

 

TL12-Talent-Dossard

 

Le système de chronométrage de la société MSO comprend un transpondeur (puce), qu'il faut fixer à la cheville et rendre à l'arrivée.

 

TL12-Talent-Dossard2

 

Après plusieurs essais, nous parvenons à le fixer correctement

TL12-Talent-01

 

Comme à chaque course, nous croisons les amis du Trophée, du Footing, et le temps passe vite. Nous retournons à la voiture poser nos vestes et je quitte Linda qui retourne à l'EHL, où se trouvent les vestiaires des dames. Je me rends au centre sportif de Mauvernay, où se trouvent les vestiaires des hommes et je pars m'échauffer avec Ricco et Antonio. Nous n'allons pas trop loin, car il ne reste que 15 minutes avant le départ, et nous nous rendons vers la zone de départ.

 

Comme nous sommes déjà équipés de nos puces, il nous faut contourner l'arche d'arrivée, pour éviter de déclencher un passage de la course des enfants !

 

TL12-Talent 080

 

La pluie s'est vraiment calmée. Je croise Serge vers l'arche et termine l'échauffement avec lui, accélération comprise. Je sens que ma cheville n'est pas au top avec la pression de l'accélération, ce n'est pas très bon signe.

 

Nous allons nous placer sur la ligne de départ...qui n'est marquée nulle part. Pierre Pfefferlé, l'organisateur de la course se positionne devant le peloton et annonce qu'il est la ligne A trois minutes du départ, je me rends compte que je vais avoir trop chaud avec mes deux couches. Trop tard pour enlever le maillot long, car le dossard y est épinglé. J'enlève le T-Shirt que j'avais mis en dessous et sprinte pour le poser au vestiaire des dames, Linda le récupérera plus tard.

 

TL12-Talent 065

 

A 11h pile, le coup de feu nous libère. Selon ma stratégie, je pars sans stress, d'autant plus que la course débute par une montée. Nous arrivons ensuite sur un tronçon où j'ai remarqué les années précédentes que le son des semelles battant le bitume se réverbère d'une façon très particulière. C'est encore plus impressionnant cette année, avec la chaussée mouillée, ça y est, je me sens parti pour le "Talent".

 

Nous arrivons déjà à la descente sur la route du Golf, bloquée pour notre passage. Jetiens une allure solide, mais pas exagérée. Le 1er km sera quand même franchi en 4 minutes. Nous attaquons une belle descente sur le bitume, je me force à ne pas aller trop vite. Yves, concurrent direct au Trophée lausannois, m'y dépasse. C'est son terrain de prédilection. Je ne m'affole pas, et dans la montée qui suit, je reprends l'avantage.

 

Nous arrivons à la fontaine des Meules, première difficulté de la course. Je salue au passage Patrick, organisateur du Trophée lausannois, qui sécurise la traversée de route à cet endroit. Je n'aime pas trop la montée qui suit, car elle est très caillouteuse. Je suis Jacques, un M60, qui est très bon à la montée, et nous commençons à dépasser des coureurs surpris par cette première difficulté.

 

La montée passée, nous sommes en forêt, sur le tronçon de plat où j'ai abandonné en 2011. Rien que d'y repenser. mes pulses augmentent de 10, et je scrute le moindre obstacle qui pourrait destabiliser mon pied. Mais ça passe et je me félicite d'être allé déjà plus loin qu'en 2011.

 

TL12-Talent-03

 

Après avoir relaxé quelques mètres sur route, il me faut attaquer ce qui sera pour moi la difficulté majeure de cette course, la longue descente sur Monthéron. Nous sommes sur un chemin forestier couvert de feuilles mortes. Il est difficile d'anticiper la nature des appuis, Je dois donc me concentrer sur chaque foulée - être sur le côté du chemin le plus favorable, anticiper les franchissements de flaques, de virages, d'obstacles, et surtout être prêt à pallier à la moindre instabilité de ma cheville. C'est une concentration permanente que je m'impose, très stressante. Parfois je me rends compte que mon esprit vagabonde et je me fais violence pour ne me focaliser que sur une seule chose : mes appuis. Cette section est pour moi vraiment difficile, je me sens comme un funambule qui peut tomber à chaque pas.

 

Au début, alors que la descente n'est pas trop raide, je maintiens une bonne allure et l'écart avec les coureurs devant moi reste stable. Mais au fur et à mesure que la pente raidit, je perds du terrain et commence à me faire dépasser. Nous arrivons à une traversée de route et j'ai quelques mètres de bitume pour décompresser. Mais il faut déjà attaquer la partie la plus dure, la dernière descente sur Monthéron le sentier est étroit, boueux, glissant et caillouteux. J'avance par petits pas, me cale sur la gauche et fais signe à mes poursuivants de me dépasser par la droite.

 

Mon calvaire se termine enfin et ma cheville a tenu ! Retour sur le bitume pour terminer la descente et arrivée au ravitaillement de Monthéron. Vu la température, je ne bois qu'une gorgée sans m'arrêter.

 

TL12-Talent-Denivele

 

Dès que j'ai atteint le plat, je considère que la course commence vraiment pour moi - il reste 6 km en montée plus ou moins marquée, pas le moindre plat ou descente. Je me mets en mode course et commence à rattraper de petits groupes de coureurs qui m'avaient dépassé à la descente. J'ai l'idée de faire quelques foulées derrière chaque groupe pour récupérer, mais finalement je ne veux pas rester juste derrière un coureur, car cela bloquerait ma visibilité, m'empêchant d'anticiper un obstacle. Un coureur que je dépasse lance un "tiens, mais c'est Bob" - apparemment un lecteur du blog .

 

La montée s'accentue, mais je ne réduis pas l'allure - je me dis que je vais moins vite qu'au semi de Lausanne, je dois pouvoir tenir sur les quelques km restant. Au 8ème km, j'ai Christoph, concurrent direct au Trophée, en point de mire. Je le rattrape et nous échangeons quelques mots. Il me dit qu'à ce rythme je vais lui prendre une minute. Ca me parait beaucoup, mais il aura raison.

 

Je poursuis ma remontée, en rejoignant Mauro (autre concurrent proche au Trophée), puis Somnang et enfin Serge, comme en fin de course à Renens. Le 10ème km est passé, et j'ai un trio de coureurs en point de mire, avec notamment Antonio (qui récupère de son 1er marathon il y a deux semaines).

 

Alors que le parcours est sensé obliquer à gauche, il partent sur la droite. Je me dis qu'il y a un problème de balisage ou qu'ils se sont trompés, mais arrivé au carrefour, je constate que le chemin de gauche est bloqué et le balisage va vers la droite. Je suis d'autant plus surpris que c'est moi qui ai tracé le plan de la course sur le site Web . L'organisateur m'expliquera après la course que ce changement a été imposé il y deux jours par le service des forêts, la tronçon prévu initialement n'ayant pu être sécurisé. J'ai représenté la modification en jaune ci-dessous.

 

TL12-Talent Parcours 2012

 

Je commence à sentir la fatigue de ma remontée soutenue et ne sais pas du tout par où va passer la fin de la course. J'essaye d'imaginer plusieurs tracés possibles. Nous sommes à peine à 500 mètres de l'arrivée, mais si nous repassons par Mauvernay, il y en aura encore pour au moins 1'500m. Un peu décontenancé, je passe en mode "résistance" plutôt que "fin de course". Après 300 mètres, je constate que nous allons effectivement revenir sur Mauvernay. Je commence à peiner et je serre un peu à la montée avant le Boscal. Mais je vois que devant moi Antonio peine aussi et a été lâché par ses deux compagnons de route. Je me dis que j'ai encore une chance, il reste à peine un km et je me remotive.

 

La montée se termine enfin et une petite descente nous ramène sur Mauvernay. J'accélère, mais Antonio fait de même. Nous tournons à Mauvernay et attaquons les 500mètres de boulevard jusqu'à l'arrivée. Antonio a 75 mètres d'avance, c'est trop pour le rattraper. Je m'accroche, ce sera mon km le plus rapide en 4 minutes, mais que cette ligne droite est longue ! J'arrive finalement 10 secondes après Antonio.

 

Mon temps est de 53'04, améliorant de plus d'une minute trente mon temps de 2010, pour un distance totale comparable. Je suis déçu en bien - malgré les conditions et mon départ prudent, j'ai fait la différence lors de la remontée. Je suis donc très satisfait de ce résultat, mais un peu frustré, car j'aurais pu faire mieux sans ma blessure.

 

Je suis 14ème de ma catégorie sur 51, ce n'est pas mirobolant, je ne suis même pas dans le 1er quart, mais il y avait un plateau assez relevé. Au scratch hommes, je suis 35ème sur 161 (22% top). Au Trophée lausannois, je gagne une place en passant devant Yves et m'installe au 11ème rang (sur 52). J'ai donc de bonnes chances d'échapper à la 12ème place au final cette année ! Pour la suite, c'est relativement simple. Si je finis mieux que 14ème à Prilly (ce qui semble faisable), je marque 10 points + 5 points de fidélité et passerai 9ème ex-aequo. Ceci ne vaut évidemment si le 10ème (Christoph) et le 9ème ne marquent aucun point à Prilly. Si ils participent, il me faudra me classer au moins cinq rangs devant eux pour compenser leurs points fidélité, c'est peu probable. Inversement, Yves 12ème devrait me prendre 5 points, pour me rattraper, soit 20 en tout, ce sera très difficile, mais par contre possible si je ne cours pas à Prilly. En résumé, je pense que ma 11ème place est définitive, à moins d'une défection de ma part ou des deux concurrents devant moi à Prilly.

 

Linda a juste dépassé l'heure de course et est un peu déçue, car elle avait mieux couru l'année passée. Elle a néanmoins la bonne surprise de finir sur le 2ème place du podium de sa catégorie.

 

TL12-Talent 013

 

Alors que nous quittons le site de la course, la pluie se remet à tomber dru pour tout l'après-midi, nous ayant épargnés le temps de la course.

 

La suite pour moi consiste à terminer l'année en ayant rétabli ma cheville. Il me reste trois courses sans gros enjeux. Ensuite, ce sera l'organisation du Cross International de Lausanne et la préparation pour un marathon au printemps. mais ça,c'est une autre histoire....

 

 

Cadeau souvenir : une casquette

TL12-Talent-Prix

 

 

Presse

 

rts1

RTS La Première du 03.11.2012

TL12-Talent-MSO-Newsletter-12-11-07

Newsletter MSO du 07.11.2012

 

TL12-Talent-MigrosMagVD-12-11-05
Migros Magazine VD du 05.11.2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob le coureur - dans Course
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 15:00

20ème (Semi) Marathon de Lausanne

Marathon Logo
Lieu Tour de Peilz Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 28.10.2012 13:30:17
Catégorie Course Infos course
Distance 21.14 kilomètres Dénivelé + 59.3 mètres Dénivelé - -54.3 mètres
Durée Totale 01:29:57 Activité 01:29:57 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:04:15 min/km Allure Max. 00:03:43 min/km Allure Min. 00:05:26 min/km
Météo 2 °C FC Moy. 162 BPM FC Max. 179 BPM
Equipement Asics-T110N-190-Gel-DS-Trainer-16Asics - T110N190-GelDSTrainer 16 (337km)Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (194km)Sony NWZ-W252WSony - NWZ-W252W (806km)
Résultats  M40 : 49ème/834 Overall H : 218ème/2579
  %class: 5.9% - %tps : +17% %class: 8% - %tps : +38%  
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:22 00:04:22 00:04:22 13.7 13.37
2.00 00:08:27 00:04:04 00:04:05 14.7 -14.74
3.00 00:12:43 00:04:16 00:04:16 14.0 -6.82
4.00 00:17:10 00:04:26 00:04:27 13.5 23.44
5.00 00:21:40 00:04:30 00:04:30 13.3 -6.13
6.00 00:25:53 00:04:12 00:04:13 14.3 -4.90
7.00 00:30:05 00:04:11 00:04:12 14.3 -5.48
8.00 00:34:18 00:04:13 00:04:13 14.2 -3.03
9.00 00:38:32 00:04:13 00:04:14 14.2 1.61
10.00 00:42:49 00:04:17 00:04:17 14.0 12.31
11.00 00:47:03 00:04:13 00:04:14 14.2 -5.00
12.00 00:51:23 00:04:19 00:04:20 13.9 0.17
13.00 00:55:42 00:04:18 00:04:19 13.9 -7.45
14.00 00:59:54 00:04:12 00:04:12 14.3 -0.56
15.00 01:04:15 00:04:20 00:04:21 13.8 7.14
16.00 01:08:28 00:04:13 00:04:13 14.2 -6.38
17.00 01:12:39 00:04:10 00:04:11 14.4 -1.80
18.00 01:16:55 00:04:16 00:04:16 14.0 0.98
19.00 01:21:08 00:04:13 00:04:13 14.2 2.47
20.00 01:25:22 00:04:13 00:04:14 14.2 4.45
21.00 01:29:25 00:04:03 00:04:03 14.8 -13.98
21.15 01:29:59 00:00:33 00:03:42 16.2 -0.27

 

Un CR que j'ai beaucoup de plaisir à rédiger, car il relate une de mes meilleures courses, et en plus elle est en passe de devenir mythique en raison des conditions météo extrêmes qui l'ont accompagnée !

 

Marathon-Flyer

 

Après mes déboires de début d'année qui m'ont empêché de participer aux 20 km de Lausanne, divers facteurs qui font que nous n'avons pas participé à des courses de montagne, le seul gros objectif 2012 me restant est le semi de Lausanne. Après un mois d'août consacré à préparer le triathlon de Lausanne, je me suis mis en mode "Semi", ce qui va bien avec le plan d'entraînement du Footing Club, qui vise à nous amener au pic de forme pour cette course

 

La semaine de charge "Marathon" a été effectuée fin septembre. L'entraînement de 6x2000 m'a montré que je pouvais tourner entre 4'16" et 4'11" au km sur 2 km. Le test de 12 km m'a montré que je pouvais soutenir 4'22" au km sur une distance d'endurance, mais j'ai aussi senti que je plafonnais sur les deux derniers km.

 

Marathon 595

 

La question que je me pose donc est celle de l'objectif chrono que je veux (peux) atteindre ? En 2011, j'avais visé et atteint la barrière des 1h30 aux 20 km de Lausanne. Ce serait donc cohérent de viser le même objectif sur le semi. Sans être plat, le semi de Lausanne est bien moins vallonné que les 20 km, mais il fait 1'200 mètres de plus, soit 5 bonnes minutes par rapport à mon allure de référence. Un rapide calcul me montre qu'il faudrait avoir une allure moyenne de 4'15" au km, ce qui me parait au delà de mes capacités - il n'y a que peu de courses de 10 km dans lesquelles j'ai atteint une telle allure. Je me fixe donc un objectif plus raisonnable de 1h33, temps donné à mon inscription. Il faut dire que j'ai déjà participé deux fois à cette course, et ai chaque fois souffert, avec des résultats décevants : 1h39 en 2003 et 1h37 en 2006.

 

Marathon 598

 

Mais cette barrière des 1h30 va me rester dans la tête durant tout le mois d'octobre - et si je tentais ce pari un peu fou ?

Lors de deux entraînements de week-end, je vais me tester sur les 5 km finaux (Lutry- Lausanne) à une allure de 4'15" et ça passe, mais évidemment, ce n'est que le quart de la distance... Je vais longtemps gamberger - tenter les 1h30, au risque de terminer à la ramasse et être une 3ème fois déçu, ou assurer à 1h33 ? A Morat-Fribourg, j'ai senti la fatigue dès le 12ème km, et ai du limiter les dégâts, ce qui n'est pas très encourageant, sachant que le semi fait 4 km de plus. Mais je me souviens de 2010 où j'avais aussi peiné à Morat pour survoler ensuite mon marathon - l'histoire va-t-elle se répéter ?

 

J'ai pris une semaine de vacances avant l'épreuve. Le lundi précédant la course, nous avons fait une sortie à vélo avec Linda, il faisait plus de 20°, nous étions en T-Shirt. Les prévisions météo annoncent des températures négatives et de la neige pour le dimanche de la course, ce qui semble complètement incongru. Bien qu'improbable, la météo va effectivement commencer à se dégrader le vendredi, alors que nous allons chercher nos dossards, les premières gouttes se mettent à tomber et les vents se lèvent.

 

Marathon 610

 

La dégradation va se poursuivre le samedi, avec des grosses pluies toute la journée et une chute libre de la température. Les premiers flocons commencent à tomber en fin d'après-midi - nous avons de la peine à y croire, mais ce semi va effectivement se dérouler dans des conditions hivernales 

 

En ce dimanche matin, le paysage est blanc, les températures négatives et la bise tempétueuse arrache les feuilles multicolores que nous admirions encore il y a quelques jours.

 

Marathon 895b

 

Un premier communiqué tombe : toutes les courses sont maintenues. Un second est publié peu après : les courses des enfants sont annulées sur décision des médecins - cela créera pas mal d'effervescence sur Facebook Autre buzz sur Facebook : comment s'habiller ? Il est vrai que la dernière course avec de telles conditions date de la fin 2011, la Midnight Run...

 

Pour notre part, nous choisissons de prévoir toutes les options, avec plusieurs couches de court, de long, bonnet, gants, etc. Nous verrons selon les conditions sur place ce que nous garderons sur nous et ce que nous mettrons dans le camion pour Lausanne.

 

Marathon 608

 

Contrairement à son nom, le semi marathon de Lausanne ne part pas de Lausanne, mais de la Tour-de-Peilz, localité située entre Vevey et Montreux, et comme par hasard à 20 km de Lausanne. A 11h, nous quittons la maison et nous rendons à pieds à la gare de Lausanne pour prendre le train (gratuit) de 11h34 pour la Tour-de-Peilz. La bise a vite fait de traverser nos vestes et la neige légère qui continue à tomber rend les rues humides et glissantes. Nous sommes arrivés suffisamment à l'avance pour avoir des places assises dans le train, ce qui n'est pas le cas de la majorité des autres coureurs qui s'y trouvent.

 

Marathon 622

 

Durant le trajet, nous longeons plusieurs fois les routes sur lesquelles nous allons courir. Nous y voyons les derniers marathoniens à l'aller vers la Tour-de-Peilz où se trouve le point de rebroussement, ainsi que les premiers au retour. Quelques ouvertures dans les nuages laissent espérer des éclaircies, mais elles se referment vite. Juste avant d'arriver, à  90 minutes du départ, nous avalons notre "gâteau sportif". Après avoir vu Gabriela en manger avant Morat-Fribourg et remporter la course, nous avons décidé de nous y mettre  Cela nous aura été plutôt bénéfique.

 

A la Tour-de-Peilz, nous nous rendons tout de suite sur le parcours de la course pour voir passer les marathoniens. Nous pourrons encourager deux fois (aller et retour) les amis qui tournaient entre 3h30 et 4h15. Nous grelottons sur place et de voir les concurrents lutter contre un blizzard de face ne nous motive pas vraiment. L'objectif des 1h30 me semble compromis, et je me dis que j'aurai même la bonne excuse de la météo si je foire cette course

 

Marathon 602

 

Nous allons nous changer. Je me retrouve dans des vestiaires bondés, les coureurs préférant évidemment rester au chaud que perdre des calories à l'extérieur. Je dois me contorsionner pour arriver à enlever mes vêtements. Je garde trois couches sur le haut : un T-Shirt technique à manches courtes, puis un maillot long fin et enfin mon maillot long du Footing, je ne mettrai pas de veste. Un pantalon long collant pour le bas, au lieu du 3/4 que j'avais prévu. Une paire de gants techniques et mon "buff" en guise de bonnet.

 

Je retrouve Linda et nous allons poser nos sacs d'habits dans le camion puis passer le temps restant au chaud dans un endroit tranquille dont Stephanie nous a indiqué l'emplacement. Mais je n'écrirai pas où il se trouve.

 

Marathon 624

 

L'heure avance et je pars m'échauffer. Je vais le faire sur la boucle du début de la course. En effet, la distance de la Tour-de-Peilz à Lausanne n'étant que de 20 km, il a fallu ajouter cette boucle d'un km pour atteindre la distance officielle de 21.1 km.

 

Marathon-TourDePeilz

 

J'y rejoins Yves, puis Serge et Somnang. Je fais deux accélérations et me retrouve tout seul, mes camarades n'ont pas l'air aussi motivés que moi ! Yves partant dans le second bloc, nous le laissons et allons nous placer vers le départ.

 

Je m'enfile dans le premier bloc. Serge, qui est encore sur le côté me fait signe d'avancer. Pourquoi veut-il se mettre tout devant, ce n'est pas un sprint ? Je progresse avec difficulté dans le bloc, mais ne retrouve pas Serge. Je tombe sur Evaristo et suis un peu étonné de le trouver dans le premier bloc. Il m'indique dans son style cool qu'en fait je suis dans le deuxième bloc ! Alors je comprends mieux pourquoi Serge me disait d'avancer

 

Marathon-Dossard

 

Je m'avance donc vers le premier bloc qui, curieusement, semble moins dense que le second. J'y retrouve Serge et Somnang, hilares. Je salue aussi Philippe, le mari de Sophie, concurrente et amie de Linda au Trophée lausannois. A la base, Philippe est un nageur et ses résultats en cap sont en dents de scie : sur certaines courses il finit loin devant moi, sur d'autres loin derrière. Je repère les meneurs de 1h30 à l'avant du bloc.

 

Marathon 202

 

Je discute avec d'autres coureurs et ne vois pas le temps passer, je n'ai aucun stress. A 15 secondes du départ je m'assure que ma Garmin est en ordre et que mes lacets sont bien doublement noués. A 13h30 pile nous sommes libérés.

 

Comme je suis assez en arrière dans le bloc, je piétine un peu au départ. Je déclenche mon chrono en passant sous l'arche, mais le tapis de mesure est quelques mètres plus loin. Je prends note que mon temps Garmin sera donc de quelques secondes plus élevé que le temps Datasport.

 

Je pars volontairement à une allure modérée sur la boucle initiale, ce sera un de mes km les plus lents (4'22). C'est un sacré contraste avec mes courses habituelles où le premier km est le plus rapide. En fait, je veux éviter de me retrouver juste derrière les meneurs et devoir m'imposer leur rythme.

 

La boucle se termine en nous amenant sur la route cantonale, que nous allons suivre jusqu'à Lausanne. J'ai maintenant de l'espace pour aller à mon allure et la course commence vraiment. Le 2ème km est bouclé en 4'05 - certes il est en descente, mais c'est beaucoup trop vite. Je dois me faire violence pour ralentir et régler ma vitesse sur l'objectif. Le 3ème km sur les quais de Vevey est bouclé en 4'16, tempo parfait. Les meneurs sont déjà bien loin, j'ai de la peine à les distinguer. La photo ci-dessous donne une bonne idée de l'allure au niveau des meneurs, ça ne rigole pas.

 

Marathon 309

 

Après quelques km, j'ai atteint la température de course et vais remonter les manches de mes deux couches "longues". Je vais garder mes gants durant toute la course - ils n'étaient pas absolument nécessaires, mais j'aurais eu du stress durant toute la course si je les avais enlevés et glissés dans mon pantalon. Finalement, les conditions météo sont bien plus agréables qu'elles en ont l'air.

 

A cette vitesse, les km défilent rapidement. J'arrive à la sortie de Vevey et retrouve le ravitaillement où j'avais failli abandonner le marathon en 2011. Cette année, avec le froid, pas besoin de ravitailler. Je vais quand même, pour le principe, prendre sur toute la course deux fois des gobelets dont je n'avalerai qu'une gorgée.

 

Marathon-Sac

 

 

Après Vevey se trouve la première difficulté, la montée de Corseaux. Je me suis placé derrière des coureurs qui arborent les couleurs de leur club "Bouliac". Ce nom ne m'est pas inconnu, car ce club est inscrit à la compétition des équipes, tous les coureurs ayant indiqué un objectif de 1h30. Comme j'ai aussi organisé une équipe du Footing Club, je me rends compte qu'il s'agit de concurrents très sérieux. Sur le papier, notre équipe est la plus forte, mais de quelques minutes seulement. Je trouve une motivation sérieuse à leur coller au train et à les dépasser.

 

Cette montée me donnera les deux km les plus lents de ma course, 4'27, puis 4'30. Les 1h30 semblent bien compromis. A 100 mètres du haut de la montée, je prends une décision forte - je dois aller les chercher, ces 1h30 !

Je relance avant même d'avoir atteint le haut de la montée et lâche le groupe que j'avais suivi depuis Vevey. Je sens comme une libération, une impression de fuite en avant. Mes pulses ont dépassé les 160, la vraie course est lancée.

 

A partir de ce moment, tout va aller très vite. Je vais dépasser Serge, puis au 7ème km Somnang. Je me sens toujours un peu gauche quand je rattrappe de amis. Que faire - passer en faisant semblant de ne pas les avoir reconnus, les saluer sobrement, leur prodiguer un mot d'encouragement ? C'est difficile, j'ai l'impression d'être soit un goujat, soit un frimeur. Le salut sobre reste la meilleure option.

 

Chaque fois que la bise souffle contre moi, je me réfugie en me collant derrière un autre coureur. S'il ne va pas assez vite, je débouche d'un coup et accélère pour rattraper le prochain coureur, et progresser ainsi par bonds. Quand le vent souffle de dos, je m'écarte de l'axe du peloton et me force à relancer pour bénéficier au maximum de la poussée.

 

Marathon 200

 

J'ai ressenti ces derniers temps des élancements à l'arrière de la cuisse droite. Alors que la course avance, il deviennent de plus en plus fréquents et c'est plutôt inquiétant. J'essaie de masser la zone concernée et me rends compte que le muscle est tendu comme une corde de piano. J'essaye de changer ma foulée, courant sur la pointe du pied, ou sur le talon, mais rien n'y fait. Les élancements ont heureusement cessé aussi rapidement qu'ils ont apparus.

 

St-Saphorin est passé et dans la montée sur Rivaz, je rejoins Yann. A Morat-Fribourg, je l'avais dépassé en début de course, mais il m'avait repris, je dirais même mouché, sur la fin. J'ai une petite angoisse en le dépassant - le même scénario va-t-il se répéter ? Mais je reste concentré sur ma course. Il me dépasse, je m'abrite derrière lui. A la montée suivante, je le repasse.

 

Nous arrivons sur le long boulevard entre Rivaz et Treytorrens. C'est un peu ma bête noire, j'y ai toujours souffert du vent dans cette direction, que ce soit lors de mes marathons précédents ou à vélo. Mais aujourd'hui avec ma technique de progression par bonds, ce tronçon passe comme dans un film accéléré. Je rattrape de plus en plus de coureurs, c'est motivant. Sur les longues rectilignes, j'ai toujours les meneurs en point de mire. Ils sont loin, mais la distance semble stabilisée. J'essaye de ne pas me mettre trop de pression, mais je me dis que si je suis bien sur la fin, c'est encore jouable. Cela fait 10 km que je tourne entre 4'12 et 4'19.

 

Marathon 402

 

Cully et le dernier tiers de la course approchent. A chaque km parcouru, je me dis qu'au rythme auquel je tourne, je vais forcément me prendre un gros coup de fatigue. J'avais prévu de consommer un gel à la descente sur Cully. Même si je n'en ressens pas le besoin, je me force à le faire - c'est un test de volonté, et je le réussis. Je dois me battre avec le zip de ma poche qui ne veut pas se refermer. J'avais pris un billet de 20 francs pour rentrer en cas d'abandon, je pense que je l'ai perdu dans la manoeuvre, car je ne l'ai pas retrouvé en rentrant.

 

Dans Cully, je dépasse Christian, qui m'avait lâché à Morat-Fribourg alors que je venais de le rejoindre. Il tentera de s'accrocher sur quelques mètres, mais le différentiel de vitesse est trop grand. A la sortie de Cully, je dépasse et salue au passage Nuria, qui est aussi dans l'équipe du Footing. Elle semble être bien. Elle finira 5ème de sa catégorie, et son temps sera le 5ème comptant pour l'équipe, impressionante !

 

Marathon 310

 

Je m'étais fixé Cully comme point de décision : assurer ou foncer ? Je suis un peu en territoire inconnu, car je n'ai jamais couru aussi vite sur une telle distance - je décide de prendre le risque et d'y aller.

 

J'ai l'impression un peu étrange d'être dans un train lancé à pleine vitesse : je ne peux pas aller beaucoup plus vite, mais pas plus lentement non plus, l'allure est comme fixée. Je remarque que depuis quelques km, il y a un coureur en vert (comme 25% des coureurs) qui me suit comme mon ombre. A Villette, je cours sur le trottoir pour éviter le vent, alors que le peloton est sur la route. L'homme en vert me suit sur le trottoir. Je trouve un peu bizarre qu'un coureur inconnu aie autant confiance en moi pour me suivre ainsi. En regardant les photos après la course, je constaterai qu'il me suivait depuis au moins Rivaz...

 

Marathon 404

 

Tous mes km sont effectués maintenant en dessous de 4'16 et je vois passer les panneaux comme dans un rêve - 14, 15, 16. Nous arrivons déjà à Lutry, je profite de la petite descente pour récupérer un peu. En passant dans la grand' rue, je me rends compte que je vais presque aussi vite que durant la course des Singes !

 

Marathon 403

 

A la montée qui suit Lutry, je me souviens que j'avais du marcher lors de ma précédente participation au semi. Je ralentis un peu, mais à  peine (4'16) pour ne pas gaspiller les forces dont je vais avoir besoin pour terminer. Passée la montée, je me mets en mode finish, c'est la fuite en avant.

 

La fatigue finit par me tomber dessus au 19ème km. Mais je l'ignore. Il ne reste que 2 km, il faut serrer les dents et crocher et puis crocher. Je me répète que je cours pour l'équipe du Footing, je ne dois rien lâcher. Sur la longue rectiligne entre Pully et Lausanne, je vois toujours les meneurs, ils ont encore une bonne minute d'avance. J'ai décidé de ne pas regarder mon temps et me dis que je vais faire 1h32, voire 1h31.

 

Marathon 401

 

La rectiligne se termine et nous tournons pour descendre sur la tour Haldimand. Le coureur qui me suit depuis Cully décide de prendre les devants et me dépasse : c'était en fait Philippe, salué au départ de la course, qui a trouvé avec moi le lièvre parfait. Il finira 10 secondes devant moi, et me remerciera chaleureusement de l'avoir mené à bon port. Cela me redonnera une bonne conscience pour tous les coureurs derrière lesquels je me suis abrité.

 

Marathon 615

 

La longue droite finale est là, et j'ai de la peine à trouver l'énergie pour sprinter. Je me fais dépasser par un coureur que je reconnais - nous avons passé notre maturité ensemble il y a 30 ans. Je le salue, mais il est tellement concentré qu'il ne m'entends pas. Cet épisode me redonne la pêche, et je vois que le deuxième meneur d'allure a bien ralenti, la distance fond à vue d'oeil. Je rassemble mes dernières forces, oublie la douleur et me lance à fond.

 

Marathon 406

 

Le meneur n'a pas encore franchi la ligne.  Je passe la première arche, puis la seconde. Le meneur est à 30 mètres de la ligne d'arrivée, je vais le rattrapper, mais non, il passe le tapis avec quelques mètres d'avance. Je me souviens que je suis parti quelques secondes après lui, ça pourrait le faire....  J'arrête mon chrono en passant sur le tapis : 1h29'57" !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

 

Marathon 306

 

Je suis comme sur un nuage, j'ai envie de crier, de rire, de pleurer, jamais je n'avais été aussi content à l'arrivée !

 

 



Je rends ma puce et une bénévole m'enveloppe dans une feuille de plastique, pour éviter que je ne perde de la chaleur. Je discute avec les coureurs qui arrivent en attendant Linda. Le temps passe et toujours pas de Linda, je commence à me refroidir. Je croise Stephanie, partie un bloc derrière celui de Linda, qui m'affirme qu'elle ne l'a pas dépassée. Un peu inquiet, je me dirige vers le marathon expo pour aller récupérer mon sac d'habits.

 

Marathon 201

 

 

En passant, je m'arrête au stand du Défi lausannois pour valider la dernière épreuve qu'il me fallait pour le Défi III.

 

Defi-Banniere-2011

 

Je suis rassuré en constatant que la course de Linda a été validée - elle est déjà passée, j'ai du la manquer dans la zone d'arrivée.

 

Je la retrouve sous la tente où sont entreposés les sacs d'habits. Elle veut me faire croire qu'elle a fait 1h50, mais je lis dans ses yeux que ce n'est pas vrai. Comme moi, elle est sur un petit nuage, car elle a couru en 1h39, bien en dessous des 1h47 qu'elle visait ! Elle a terminé sa course avec Yves, qui d'habitude finit avec moi (je ne mets pas leur clip finish, car il y a matière à divorce ).

 

Marathon 613

Marathon 405

 

Nous prenons le métro pour rentrer et devons courir pour attraper le bus 16, et c'est presque euphoriques que nous terminons cette journée, avec une bonne douche chaude pour nous récompenser tout ce froid.

 

En consultant les classements sur Datasport, ma satisfaction est décuplée quand je vois que l'équipe du Footing a gagné le semi, juste devant l'équipe "Bouliac" ! C'est la première fois que le Footing Club inscrit des équipes sur les trois distances du Lausanne marathon, sur mon initiative, et ça a payé. En plus mon temps compte pour l'équipe, 4ème des 6 meilleurs temps !

 

Marathon-ClasseEquipe

 

Je termine 49ème homme III sur 834, soit dans les 6% de tête, c'est presque incroyable pour moi qui suis normalement situé dans les 15% ! Je suis 218ème homme sur 2579, soit dans les 8% de tête. J'ai été de 30 secondes plus rapide sur la deuxième partie de la course - c'est bien un negative. La différence est trop faible pour être vraiment significative, mais montre que j'ai été régulier, sans faiblir sur la fin comme dans un bon nombre de mes courses.

 

Marathon-Diplome

 

Je suis évidemment très satisfait de mon temps, de mon classement et de la victoire de notre équipe. Après un début d'année difficile (blessure), j'ai l'impression d'avoir progressé significativement depuis le début de l'été, avec plusieurs courses dont j'ai été très content. Je ne comprends pas vraiment ce qui a changé, peut-être que le repos forcé en début d'année et les séances de vélo y sont pour quelque chose.

 

Cette course termine pour moi les objectifs de la saison 2012. Il me reste encore 4 courses d'ici la fin de l'année, mais je vais mettre la pédale douce. Récupérer, et surtout éviter les blessures sera mon principal objectif.

 

 

Cadeau souvenir : Maillot technique + médaille

 

Marathon-Dossard-Prix

 

Marathon-Prix2

 

 

Presse

 

Marathon-24H-12-10-29a

Marathon-24H-12-10-29b

Marathon-24H-12-10-29c

Marathon-24H-12-10-29d

24 heures du 29.10.2012

 

Marathon-20Minutes-12-10-29
20 minutes du 29.10.2012

 

 


 

 


 



RTS Un du 28.10.2012


 

Marathon-20MinutesWeb-12-10-2820 minutes Web du 28.10.2012

 

Marathon-24H-12-10-27
24 heures du 27.10.2012

 

Marathon-24H-12-10-25
24 heures du 25.10.2012

 


Marathon-20Minutes-12-10-25
20 minutes du 25.10.2012

 

Marathon-Regional-12-10-24
Le Régional du 24.10.2012

 

Marathon-24H-12-10-24bMarathon-24H-12-10-24a24 heures du 24.10.2012

 

Marathon-24H-12-10-1324 heures du 13.10.2012

 

Marathon-24H-12-09-26
24 heures du 13.09.2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob le coureur - dans Course
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 11:36

79ème Morat-Fribourg

Morat-Fribourg-Logo
Lieu Morat Parcours/détail Garmin Connect Heure de Départ 07.10.2012 10:18:12
Catégorie Course Infos course
Distance 17.38 kilomètres Dénivelé + 287.3 mètres Dénivelé - -118.9 mètres
Durée Totale 01:18:39 Activité 01:18:39 Pause 00:00:00
Allure Moy. 00:04:31 min/km Allure Max. 00:03:41 min/km Allure Min. 00:06:15 min/km
Météo 16 °C FC Moy. 159 BPM FC Max. 175 BPM
Equipement Sony NWZ-W252WSony - NWZ-W252W (770km)Asics-T110N-190-Gel-DS-Trainer-16Asics - T110N190-GelDSTrainer 16 (316km)Forerunner 610Garmin - Forerunner 610 (30km)
Résultats  M45 : 94ème/746 Overall H : 708ème/4602
  %class: 12.6% - %tps : +25% %class: x4.7% - %tps : +43%  
Notes
Intermédiaires
Distance (km) Durée Totale Temps Intermédiaire Allure Intermédiaire Vitesse Intermédiaire Modification dénivelé (m)
1.00 00:04:12 00:04:12 00:04:12 14.3 -9.71
2.00 00:08:42 00:04:30 00:04:30 13.3 15.43
3.00 00:12:58 00:04:16 00:04:16 14.1 13.76
4.00 00:17:39 00:04:40 00:04:41 12.8 38.18
5.00 00:22:29 00:04:49 00:04:50 12.4 43.33
6.00 00:26:54 00:04:24 00:04:25 13.6 6.95
7.00 00:31:20 00:04:26 00:04:26 13.5 -2.70
8.00 00:35:46 00:04:25 00:04:26 13.5 24.17
9.00 00:40:06 00:04:20 00:04:20 13.8 -7.11
10.00 00:44:27 00:04:21 00:04:21 13.8 2.21
11.00 00:48:36 00:04:08 00:04:09 14.5 -30.13
12.00 00:52:59 00:04:23 00:04:23 13.7 -10.61
13.00 00:58:33 00:05:34 00:05:34 10.8 52.50
14.00 01:03:10 00:04:37 00:04:37 13.0 13.60
15.00 01:07:34 00:04:23 00:04:24 13.7 1.50
16.00 01:12:02 00:04:28 00:04:28 13.4 -1.12
17.00 01:16:31 00:04:29 00:04:29 13.4 -13.47
17.42 01:18:37 00:02:06 00:05:03 11.9 28.07

 

Troisième participation à cette grande classique. En relisant mes CR précédents, je me rends compte que j'ai été assez négatif sur cette course- mon appréciation n'a pas fondamentalement changé, mais j'y reviens quand même chaque année...

 

Morat-Fribourg ne fait pas partie de mes objectifs principaux et je la considère plutôt comme un test avant le semi de Lausanne.

 

Morat-Flyer

 

La semaine précédant l'épreuve ne m'a pas vraiment mis dans des conditions favorables, avec une gastro le mercredi et le jeudi, qui a provoqué des mictions douloureuses le vendredi. Le samedi nous sommes allés nager 2 km ( CR 24 heures de natation (2km) - 6 octobre 2012 ) et sommes rentrés quand même un peu fatigué. La nuit précédant la course, pour une raison inconnue, j'ai eu de la peine à dormir de manière continue, et ai eu à peine trois heures de sommeil. Il faut dire que le bruit de la pluie qui est tombée drue toute la nuit n'aidait pas. Je me lève donc à 5h45 en ce dimanche matin, il fait encore nuit, il pleut et je n'ai pas mes heures de sommeil. Ma motivation est aux abonnés absents.

 

A 7h, nous prenons Gabriela et Philippe en route et roulons sur Fribourg. Il pleut à verses et personne ne parle dans la voiture. Arrivés à destination peu avant 8h, nous laissons la voiture au parking et nous rendons à la gare de Fribourg, équipés de nos vestes de pluies. Nous avions prévu de prendre le train de 8h22, mais celui-ci n'est pas annoncé, on nous redirige vers des cars. Par chance, celui vers lequel nous arrivons est presque plein et démarre dès que nous sommes installés. J'y retrouve des cadors du Footing et nous pouvons faire un prébriefing de la course.

 

Morat-Billet

 

Arrivés à Morat, il reste une bonne heure et demie à tuer avant le départ. Je vais déposer des flyers du Cross au stand d'inscription, et nous nous installons, par terre au chaud dans le hall du vestiaire des dames. Vers 9h30, nous allons aux camions déposer nos sacs qui doivent retourner à Fribourg. Il y a des coureurs partout et on ne peut faire 10 mètres sans saluer des connaissances.

 

Il se met soudainement à pleuvoir plus fort et nous nous abritons sous un porche. Mais l'heure avance et il nous faut quitter cet abri pour aller nous échauffer. Je pars avec Aurélie et Gabriela, Linda et Philippe partant plus tard, ils attendront encore un peu. Notre échauffement se résumera à trois aller-retour entre le centre et la voie ferrée, les barrières étant descendues chaque fois que nous arrivions. Je termine l'échauffement en solo, avec trois accélérations en montée, histoire de se préparer au dénivelé de la course.

 

A 10h05, je me me rends sur la rue centrale, que je remonte pour atteindre mon emplacement de départ, le bloc C. Par malchance, c'est à cet endroit que s'est installée une Guggenmusik qui nous éclate les oreilles. Je me place un peu en retrait, histoire de ne pas parti trop vite.

 

Morat-006

 

A 10h15, le premier bloc est lâché. Le notre est libéré et nous avançons au pas vers la ligne de départ. Alors que je positionne mon walkman/mp3, je fais une mauvaise manipulation et il se retrouve dans un mode dont je ne sais plus comment sortir. Je m'efforce de rétablir la situation et quand j'y parviens, je regarde l'horloge qui indique un départ dans trois secondes... Pour une fois je n'ai pas eu le loisir de me stresser avant le départ !

 

A 10h18, le coup de feu nous libère. Comme je suis assez en arrière, ça piétine un peu au début, et il faut faire attention sur les pavés humides, mais la route s'élargit assez vite pour me laisser du champ.

 

Le parcours débute par une descente, puis un assez long plat sur un gros km. Ce 1er km est franchi en 4'11, un de mes départs les plus lents. Je trouve maintenant mon rythme de croisière pour attaquer la montée quasi continue jusqu'au 5ème km. Tout va bien, je commence à dépasser des coureurs qui doivent ralentir à la montée, dont Yann rencontré sur la ligne de départ.

 

Après avoir traversé Courgevaux, nous passons Courlevon, à la sortie duquel se trouve un premier ravitaillement. Comme il tombe toujours une petite bruine, il n'est pas nécessaire de ravitailler, je prends juste une gorgée d'eau pour le principe. Il y a ensuite une descente, et je décide de récupérer un peu, car j'ai fait tous le km de montée en moins de 4'50", j'ai un peu peur d'aller trop vite, bien que mes pulses soient encore loin du rouge.

 

Morat-Profil

 

Un rayon de soleil pointe, et je crains qu'il ne se mette à faire trop chaud, mais c'est une fausse alerte les nuages continueront à régner sur la course.

 

La descente se termine et j'attaque la montée vers Courtepin qui se termine au 7ème km. J'ai en point de mire les deux maillots du Footing de Christian et Antonio. C'est Ok pour Christian, car nous sommes à peu près du même niveau, mais plus étonnant de rattraper Antonio, car il est bien plus fort que moi. Suis-je parti trop vite ?

 

Sur le plat avant d'entrer à Courtepin, je rejoins et dépasse Christian que je salue au passage. Il n'entend pas me laisser partir devant et va augmenter son allure pour qu'elle atteigne la mienne. Je me dis que ce n'est pas le moment de me griller en faisant "la course" et laisse Christian prendre l'avantage. A Courtepin, Christian dépasse Antonio, puis c'est mon tour. Antonio n'entend pas non plus se laisser faire et repasse devant. Je me dis que je ferais aussi bien de le suivre.

 

Je fais l'impasse sur le ravitaillement à la sortie de Courtepin. On voit ci-dessous Christian, et on distingue Antonio en arrière plan à gauche et moi-même à droite, derrrière son épaule.

 

moratfribourg 071012awi 0112

 

Antonio a l'air d'être dans le dur, et je commence aussi à sentir la fatigue. Christian, que j'avais facilement rattrapé, il y a un km, prend le large. Après Courtepin se trouve un bon km de faux-plat montant et je sens que je ne suis plus du tout à la fête. Je commence à me faire (re)dépasser, notamment par Frédéric un ex collègue avec qui j'échangerai quelques mots. Heureusement qu'il y a la descente sur Pensier pour récupérer après le 10ème km, avec ma meilleure allure de la course en 4'09. Pour me préparer au semi, j'avais planifié de prendre un gel dans cette descente. Bien que je n'en avais pas envie, je me suis efforcé de l'avaler, et je pense qu'il m'a permis de limiter les dégâts en fin de course.

 

Morat-Parcours

 

Le retour au plat de la traversée de Pensier est pénible et j'ai impression d'avancer comme un escargot, mais j'étais quand même à 4'23". Je me demande comment je vais faire pour franchir la montée de la Sonnaz qui débute au 12ème km. Je ne me souvenais pas que les 500 mètres qui précédaient la montée proprement dite étaient aussi raides, et je les ai trouvés presque plus dur que la fameuse Sonnaz. Je me suis mis en mode "technique montée" (petits pas) dès le début de la pente pour être sûr d'arriver en haut sans devoir marcher. J'ai l'impression d'être au ralenti et ce 13ème km sera le plus lent, en 5'34". Je me rends compte au milieu de la montée qu'Antonio que je suivais depuis Courtepin n'est plus là, je l'ai dépassé. En quatre ans de compétition, c'est la première fois que je suis devant lui, et cela m'attriste plutôt que de me réjouir, car j'aurais espéré un beau combat loyal. Au lieu de ça, nous sommes tous les deux à la ramasse et c'est le moins marqué qui est devant.

 

Je scrute la foule compacte à cet endroit pour identifier Ramyond Corbaz, son emplacement habituel marque la fin de la montée. Quand j'arrive enfin à sa hauteur, il se met à courir à  mes côtés et donne une pousse dans le dos qui m'aidera à bien franchir le sommet.

 

Un peu de plat pour récupérer, et il déjà faut relancer pour la descente qui amène sur Fribourg. Je retrouve un peu d'énergie (effet du gel ?) et la descente se fait à 4'15" / km. Mais le panneau du km 14 passé, c'est retour au plat (voire faux plat montant si j'en crois le tracé) et le début d'une longue galère...

 

J'ai beau me dire qu'il ne reste que 3 km, j'ai l'impression de courir indéfiniment sur cette rectiligne, et que le panneau des 15 km n'arrive pas, n'arrivera jamais. Yann, que j'avais lâché à Courgevaux me dépasse avec une belle foulée énergique alors que j'ai l'impression de traîner les pieds.

 

J'atteins quand même les 15 km, mais c'est loin d'être fini. En raison de travaux, il nous faut maintenant emprunter une déviation par rapport au tracé classique, qui va rallonger le parcours de 275 mètres. Je me rends compte qu'il me reste en fait encore 2.5 km...

 

Morat-Modif

 

Après avoir contourné la patinoire, la rue de Morat fait une descente jusqu'à la porte du même nom et j'en profite pour récupérer, car je me souviens que le tronçon qui suit,  jusqu'à la place devant la cathédrale avait été terrible les années précédentes.

 

Morat-005

 

Je passe le portique marqué "Arrivée" avec un fanion rouge qui indique le dernier km. On me racontera avoir vu des coureurs sprinter à cet endroit, pensant être déjà arrivés. Ce tronçon est comme dans mes souvenirs, terrible.

 

Je tourne enfin devant la cathédrale et me prépare pour la longue montée de la bien nommée "route des Alpes", qui amène à l'arrivée. Avec le tracé classique, le panneau des 17km, visible depuis le bas, montrait la fin de la montée et servait d'objectif. Avec le tracé allongé, le panneau se trouve au bas, et une fois passé on ne repère plus le haut de la montée, ce qui est dur psychologiquement.

 

Morat-004

 

Contrairement aux années précédente où j'avais croché dans la montée en me disant que j'étais presque arrivé, c'est dans la souffrance et au ralenti que je vais l'escalader. La photo se passe de commentaires...

 

Morat-002

 

 

Après ce qui m'a paru une éternité, le virage à droite tant attendu est atteint et j'ai la bonne suprise de constater que l'arrivée est plus proche, me semble-t-il, que les années précédentes.

 

Je pense à faire un salut pour le finisher clip, mais me rendrais compte après coup qu'il aurait fallu le faire après le passage sous l'arche plutôt qu'avant, pour qu'on le voie mieux. 

 

 

 

     

Epuisé, je m'appuie sur un vauban pour reprendre mon souffle, mais après trois respirations, un officiel vient m'en déloger car il faut "libérer la zone" (on le voit bien sur le clip). Un peu enervé j'avance comme un zombie, et manque le ravitaillement, si il y en avait un. Plutôt que de rester dans cette zone hostile, je monte directement sur la place où se trouvent les stands de ravitaillement et de remise du prix souvenir.

 

Morat-Affiche

 

Je vais directement chercher un T-Shirt de taille S. Deux dames qui ne savaient quelle taille prendre pour leurs maris me demandent de l'essayer, ce que je fais volontiers. Je me rends ensuite au parking situé à 300 mètres pour récupérer mon sac et celui de Linda, puis retourne sur la place, pour y retrouver Gabriela et Linda arrivées entretemps. Vu la foule, nous devons renoncer à  prendre une douche sur place et allons vers la voiture, avec Anouck que nous ramènerons.

 

Alors que nous somme pris dans un bouchon à la sortie du parking, nous constatons sur nos smartphones que Gabriela est première de la catégorie W45 ! Nous décidons qu'elle doit aller chercher son prix, ce qu'avec sa modestie elle n'aurait surement pas osé demander. Linda gare l'auto sur un trottoir et je pars avec Gabriela pour ce qui sera l'épisode le plus palpitant de ce CR :

 

A la recherche du premier prix !

 

Tout d'abord nous sommes un peu perdus, car nous ne connaissons pas Fribourg, et les virages effectués en sous-terrain dans le parking nous ont fait perdre notre orientation. Je repère une rue bouclée à la circulation, la course ne doit pas passer très loin. Bingo, au bout de cette rue se trouve le virage final de la course. Nous commençons à courir, car les autres nous attendent pour rentrer et l'auto n'est pas stationnée correctement.

 

Arrivés sur le parcours de la course, nous essayons d'atteindre l'arrivée en remontant par la gauche, mais nous sommes arrêtés par des grilles de plus de deux mètres de haut. Il nous faut traverser pour aller sur la gauche, mais tout est encore bouclé. Nous repérons des jeunes qui traversent quand même et faisons comme eux, en escaladant deux fois les vaubans. Sur le côté droit de la rue se trouvent plusieurs tentes qui forment une sorte de labyrinthe. Après plusieurs essais infructueux, nous trouvons un passage vers l'arrivée. Un peu naïvement, nous avons pensé que les prix seraient près du podium. Celui-ci est malheureusement vide, et plus le moindre officiel en vue. Nous nous souvenons qu'il y avait un stand d'information sur la place de ravitaillement et c'est au pas de course que nous remontons les 300 mètres qui nous en séparent.

 

Alors que nous arrivons sur la place, nous croisons deux bénévoles qui portent un panneau marqué "INFORMATIONS" - le stand est en cours de démontage. Nous y trouvons une dame en train de s'en aller et qui nous dit que les prix sont à retirer au stand d'information - l'autre stand d'information - vers l'arrivée.

 

Nous rebroussons chemin et courons au milieu de la foule. J'ai repéré des tentes du côté gauche de la route et nous nous y rendons, mais constatons que le stand d'information est du côté droit. Un Securitas vient d'écarter des vaubans et nous nous précipitons pour traverser, mais il les referme et refuse de nous laisser passer. Gabriela palabre, mais même son sourire ne fera pas fléchir le vigile. Nous remontons cinq mètres plus haut, vérifions que le Securitas a le dos tourné et franchissons les vaubans. Après avoir traversé, nous tombons sur un autre Securitas de l'autre côté de la route qui nous enjoint à quitter la zone d'arrivée par en haut. Même procédé, nous faisons semblant d'obtempérer pour franchir à nouveau les vaubans alors qu'il regarde ailleurs.

 

Nous atteignons enfin le stand d'information et le prix tant convoité, des bons d'achats totalisant une belle somme, qu'il aurait été dommage de laisser sur place ! Alors que nous voulons retourner d'où nous sommes venus, nous nous égarons à nouveau dans un dédale de tentes. Nous apercevons une ouverture au fond d'une des tentes et allons pour la traverser, mais nous sommes arrêtés par des officiels, car c'était la tente VIP. Ici non plus les talents de négociation de Gabriela seront sans effet.

 

Nous finissons par trouver un passage, et après un nouveau double franchissement de vaubans pour repasser du bon côté, nous sprintons pour revenir à la voiture, fourbus mais satisfaits d'avoir ramené le prix !

 

Cette épisode m'a rappelé à la fois un jeu vidéo, à sauter sur des obstacles (vaubans) et éviter des monstres (securitas) ainsi que l'émission la chasse au trésor, où il fallait trouver un objet dissimulé en s'aidant de vagues indices communiqués durant la quête.

 

Morat-Dossard

 

 

Linda a eu un début de course pénible, elle était prête à s'arrêter, mais finalement ses forces sont revenues et elle a pu terminer la course à un bon rythme. On la voit ci-dessous, juste devant Olivier.

 

Morat-003

 

Je n'ai pas regardé mon temps durant la course, ce n'est qu'à l'arrivée que le verdict est tombé : 1h18'32". C'est mieux qu'en 2010 (1h19), mais moins bien qu'en 2011 (1h16'17"). Si l'on considère que l'allongement de 275 mètres se parcourt en 1'15", j'ai donc perdu une bonne minute par rapport à l'année passée. Je suis tout d'abord décu de mon temps, mais me dit que finalement j'ai bien limité les dégats. Il est clair que cette contre-performance est un peu inquiétante à trois semaines du semi de Lausanne. Mais je me souviens qu'il m'était arrivé la même chose en 2010 alors que je préparais le Marathon, et que cela m'avait incité à être plus sérieux dans mon entraînement. Je considère donc ce résultat décevant comme un avertissement à moindres frais.

 

Un bon résumé de ma course : "Parti à l'audace, fini au courage"

 

 

 

 

Cadeau souvenir :Un T-Shirt technique et une médaille (que nous n'avons pas prise)

Morat-Prix

 

Morat-Prix2

 

Presse

 

Morat-24H-12-10-08

Morat-24H-12-10-08b

24 heures du 08.10.2012

 

Morat-20Minutes-12-10-08

20 minutes 08.10.2012

 

Morat-LiberteWeb-12-10-08b

La Liberté (Web) du 08.10.2012

 

Morat-LiberteWeb-12-10-07

La Liberté (Web) du 07.10.2012

 

Morat-24H-12-10-06

24 heures du 06.10.2012

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bob le coureur - dans Course
commenter cet article

Garmin Connect

Retrouvez toute mes sorties sur Garmin Connect Garmin Connect

(Un compte Garmin Connect est requis)

Recherche

Catégories

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -